Astuce !

Pour toute recherche dans LMDP, ouvrez ALPHABET : accès direct à 700 documents

langue maternelle * documents pédagogiques

Activités de langue française dans l’enseignement secondaire * Revue trimestrielle

 http://docpedagfrancais.be/ *  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

 

 

 

ACCUEIL
Ouvrir les numéros en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  86 articles parus dans LMDP

JULIBEL, le français actuel

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990

 

 

 

 

Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

 

 

 

 Numéro 150 * Septembre 2012

 

 

Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

 

1. Christine Lara, Andromaque de Racine, en classe de lycée. Appréhension d’une œuvre intégrale

 

2. Pierre Lemaire, Kafka, La Métamorphose. Entrelacs de lectures et création de textes

 

3. Christian Thys, Mettre en perspective La Métamorphose, de Kafka : Fantastique et conte philosophique. À propos des cafards, cloportes et autres vermines * Entre refoulement et satire

 

4. Boîte à outils pour écrire des slogans (rédaction et coll.)

Ne pas retarder l’accès au paradis de la lecture

Début 70... Cette école, comme plusieurs autres de la capitale, accueille un nombre croissant d’élèves non francophones – péninsule ibérique, Afrique du Nord. La structure toute récente du rénové permet d’ouvrir une classe d’accueil où on pourra les familiariser avec le français.

Indispensable, certes, un répertoire élémentaire de mots, de structures, de règles, à monnayer dans des situations simples et variées de communication orale et écrite !

Mais l’imprégnation ne soit pas être seulement linguistique : elle doit aussi être aussi culturelle. Pour cela, rien de tel que de susciter d’emblée chez ces jeunes le plaisir de parcourir des livres, des revues, des albums, de petites encyclopédies que l’enseignant met à leur disposition. Et cela, durant deux des huit périodes hebdomadaires du cours de français.

Le visiteur entre sur la pointe des pieds dans ce petit local silencieux et confortable où le professeur aborde chacun pour noter ses réactions, ses questions. On devine, dans la tête et le cœur des lecteurs, la satisfaction de s’intégrer progressivement dans un espace culturel dont ces textes sont le miroir.

 

 

 

Christine Lara, Andromaque de Racine, en classe de lycée. Appréhension d’une œuvre intégrale

1-3 : Découverte : Racine, dans le monde du théâtre * 4-10 : Lecture d'Andromaque * 11-16 : Voir-faire-écrire du théâtre * 17-18 : Evaluer * Détour par le 20e siècle !

Un défi permanent

             Enseigner le théâtre  est un défi permanent car il est difficile de faire dire et jouer des scènes dans le peu de temps imparti à ces séquences. L’enseignant voudrait que l’élève lise, dise et joue une scène, qu’il s’approprie le texte et son langage, le jeu et ses règles, la diction et le ton, qu’il puisse produire, lui aussi un texte théâtral et savoir analyser une scène, comprendre une mise en scène.

            Si le projet  est immense, il faut se donner les moyens de le réaliser et prendre en compte les acquis des années précédentes, du moins pour la partie « jouée ».

            Cette séquence sur Andromaque de Racine essaie d’atteindre certains objectifs fixés par les orientations officielles tout en essayant de plaire aux apprenants. Il s’agit d’une séquence adaptée aux élèves de seconde et de première de lycée général. Cette séquence peut se positionner en fin de second trimestre ou au début du 3e, au moment où les élèves se connaissent et seront moins intimidés pour interpréter leur rôle.

          Cet apprentissage  s’étale sur 18 séances et dure 22 heures (classe de niveau moyen). Selon le synopsis d’apprentissage suivant.:

Objectif 1 :
faire découvrir le théâtre et son vocabulaire.

Il est important que les élèves connaissent l’origine sacrée du théâtre (polythéisme et monothéisme), ses caractéristiques à travers les siècles, son évolution. Placer sur une frise chronologique les auteurs les plus importants. (Travail qui peut être fait  par des groupes et par siècles)

Les élèves  découvriront le lieu théâtral  (théâtre « à l'italienne » XVIIIe-XIXe siècles, théâtre élisabéthain (1550 - 1642),  théâtre en plein air,  théâtre « à la française » et le théâtre contemporain),  les métiers de la scène, l’histoire du théâtre, les premiers comédiens (et tragédiens). Ce travail peut être fait sous forme d’exposés, par groupes, et présentés aux autres élèves. Un rapporteur de chaque  groupe se charge de synthétiser l’exposé de son équipe et le remet au professeur (clé USB). Le professeur rectifie, complète éventuellement et imprime une synthèse globale  qui servira de bilan, de trace écrite pour toute la classe. Il est aussi possible, avec des classes moins motivées, de faire réaliser une maquette d’un amphithéâtre (pluridisciplinaire).

Les élèves ont chacun un rôle à jouer dans une scène. Ils doivent improviser des costumes (pas d’achat !) et des accessoires de théâtre (épée en carton, poignard en carton…) Ils devront apprendre par cœur leur rôle et le jouer à la date prévue. C’est le professeur qui distribue les rôles en fonction de ce qu’il sait de ses élèves (bonne mémoire, motivation…). Ils ont le temps de répéter entre eux à leur convenance et non pendant les cours. Ils seront notés sur le jeu de rôle, l’apprentissage du texte, les costumes, la diction, le sérieux…

 Objectif 2 :
 s’intéresser à l’auteur, Jean Racine.

Les élèves ont été sensibilisés au monde du théâtre et sont prêts à découvrir le contexte de production. Ils connaissent l’évolution du théâtre vue en objectif 1. Aussi, dorénavant, peuvent-ils situer Jean Racine, dans une époque et un courant.

Cet objectif se présente sous quatre angles.

- L’époque de l’auteur : avec le manuel, une frise chronologique. Il s’agit de situer Racine dans son époque, dans le mouvement du classicisme. Il faut connaitre les événements importants du XVIIème siècle, la condition des comédiens et des directeurs de troupe, l’Académie française, les rentes, la cabale, la censure, le mécénat…

- Le mouvement littéraire : les caractéristiques du baroque et du classicisme, les différents genres théâtraux (travail à partir de la frise et du manuel ou sur Internet, tableau comparatif des principaux genres théâtraux).

- L’auteur

a) Biographie      b) Bibliographie   c) Rapport entre sa vie et son œuvre

(Les recherches sur l’époque et l’auteur (a et b) peuvent être faites par les élèves et présentées en classe ou ramassées par l’enseignant et notées (10 copies, selon un choix pédagogique). Les autres points seront vus avec le professeur pour éviter tout contresens ou erreurs cognitifs.

 

- La réception de l’œuvre (comment la pièce a été accueillie par le public de son époque : censurée ? succès ?....nombre de représentations ?)

 Le travail préliminaire ayant été réalisé, il est temps d’aborder le texte.

 

Objectif 3 :
découvrir la structure d’une tragédie classique 

Les élèves ont l’ouvrage en main et commentent sa structure (nombre d’actes, de scènes, de vers, écriture versifiée). Un bilan des caractéristiques de la tragédie classique (déjà abordée dans l’objectif 1)  est dressé.

Objectif 4 :
découvrir les personnages

L’enseignant utilise la pièce et les didascalies initiales pour faire lister les différents personnages, leur rang social, leurs rapports. On peut aussi faire remarquer, la longueur des tirades, le nombre de répliques, la présence des personnages pour en déduire leur importance au sein de l’intrigue. Il est nécessaire, à ce stade de l’étude, d’aborder la généalogie des personnages, la malédiction qui pèse sur les familles et pourquoi, la notion de tragédie qui en ressort.  Etablir un schéma simple des relations : « Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector ». Il est possible de montrer aux élèves que ce schéma affectif se retrouve dans des séries (soap) télévisées, qu’il est le nœud de l’intrigue.

début 150 * début "Lara/Andromaque"

Objectif 5 :
analyser les scènes d'exposition

à partir d’un tableau remis aux élèves et à compléter pour les scènes 2 et 3. Analyse des  scènes (1-3), définition et fonction de la scène d’exposition. Rappel du théâtre antique, du chœur, du coryphée et Hypothèse de lecture à partir des informations fournies par les scènes d’exposition. Trace écrite à partir des réponses des élèves, éventuellement complétées par l’enseignant. Voir annexe 1

Objectif 6 :
étudier l'intrigue d'Andromaque
dans deux scènes

à partir d’un questionnaire, de la pièce et des acquis précédents (Actes III et IV).
Voir annexes 2 et 3)

Objectif 7 :

redéfinir les divers dialogues présents au théâtre (didascalies, monologue…et leurs fonctions).

Objectif 8 : 
étudier l’évolution du personnage d’Andromaque au fil de la pièce. Il s’agit de montrer qu’Andromaque est un personnage tragique, courageux, une mère aimante, une épouse fidèle et une reine consciente de ses devoirs. L’enseignant exploitera les réponses des élèves au questionnaire distribué  (annexe 4).

Objectif 9 :
Evaluation intermédiaire portant sur l’histoire de théâtre, les genres théâtraux, les personnages de la tragédie Andromaque. (Contrôle de connaissances).

Objectif 10 :
consiste à étudier le rôle et la fonction du monologue théâtral (tragique)

Cet objectif se déroule en deux temps :
1. A partir d’un petit corpus de monologues de différents genres (Tartuffe pour la comédie, par exemple…) les élèves sont amenés à définir les différentes fonctions du monologue, à caractériser le monologue selon le genre théâtral.
2. étude du monologue d’Hermione (Acte V, sc. 1), en classe à partir d’un questionnaire.

Prolongement ou évaluation : Etudier le monologue d’Oreste Acte II, sc.3.

Voir-faire-écrire du théâtre...

Objectif 11 :
Visionner une pièce de théâtre ou un montage théâtral (scènes choisies pour revoir les acquis précédents). Prévoir une sortie au théâtre.

début 150 * début "Lara/Andromaque"

Objectif 12 :
Etudier la mise en scène théâtrale. (Etude des costumes, de l’éclairage, utilisation du vocabulaire de la scène. Visionner les interviews de metteurs en scène et de costumiers. Faire une fiche bilan sur la mise en scène. Les élèves réalisent un petit dossier sur des metteurs en scène connus et leur vision du théâtre et de la mise en scène.

Objectif 13 :
est  consacré à l’interprétation. Jouer un rôle au théâtre. Les élèves jouent le rôle appris. Ils doivent être en costume improvisé car c’est un des éléments de la notation.

Objectif 14 :
consiste à étudier les dernières scènes de la tragédie. Comment se termine cette pièce ? Pourquoi ? Qu’est la catharsis ? Qu’advient-il de chaque personnage ? Pourquoi ? Quel est le message de l’auteur ? Comment le fait-il accepter ? Ces personnages pouvaient-ils échapper à leur destin ? Pourquoi ? Montrez l’importance de la malédiction divine.
 

Objectif 15 :
permet de faire le bilan de la séquence, de revoir les définitions importante, de dresser un vocabulaire du théâtre, de comprendre la fonction de la tragédie, de différencier les enjeux de chaque genre théâtral, de connaître  Les conditions de la représentation et mise en scène ( a) impératif de temps :le théâtre tient entre 1 et 4 heures. L'action s'y déroule en temps réel  comme la pièce Le Roi se meurt d'Ionesco  ou selon une durée conventionnelle (théâtre classique français avec la règle de l’unité de temps, mais il peut y avoir des ellipses des flash-back qui font que certaines œuvres présentent une structure enchâssée très complexe. b) impératif scénique : La pièce de théâtre étant visuelle, elle doit éviter l’immobilisme ce qui justifie les rebondissements, les coups de théâtre, les personnages doivent occuper l’espace. Toute la scénographie, toute la mise en scène est parlante. Il faut aussi montrer les émotions, les sentiments (mépris, amour, haine, colère). Evoquer la théorie de la distanciation selon B. Brecht et le théâtre dans le théâtre. Cet objectif est l’occasion de répondre à la problématique de la séquence.

Objectif 16 :
Ecrire le théâtre ou écrire à partir du théâtre : Il s’agit ici de faire produire des textes. Selon le niveau de la classe on choisira soit de faire réécrire la fin de la pièce en modifiant un élément (la mort de Pyrrhus, ou il choisit d’épouser Hermione…) et à partir de ce changement, montrer les conséquences sur le genre. Soit, il est demandé aux élèves de réécrire la dernière scène en vers libres….

Des exercices sur les transformations du discours direct à l’indirect ou indirect libre, des exercices sur les temps verbaux, sur les pronoms et les figures de style doivent jalonner l’étude du texte.

Evaluer

Objectif 17 :
permet d’évaluer la séquence sur la pièce, le genre et le théâtre. (annexe 4)

Objectif 18 :
consiste à corriger l’évaluation et remédier aux manques éventuels de certains élèves (exercices supplémentaires en fonction des questions non comprises ou mal traitées).

 Prolongements

Il est possible d’enchaîner sur une séquence traitant du théâtre existentialiste (1945-1960) (Sur l'idée que l'homme n'existe que par ses actions et ses rapports avec les autres, J.-P. Sartre a écrit (Huis Clos) et A. Camus (Caligula) et d’autres qui tout en n’étant pas existentialistes sont de la même époque et montrent la société et le monde selon leur vision: J. Anouilh (Antigone, Beckett ou l'honneur de Dieu, La Sauvage) : reprises de thèmes mythiques ou historique); P. Claudel (L'Annonce faite à Marie), E. Ionesco (Le Roi se meurt) sans oublier  le théâtre de l'absurde qui s’appuie sur le non-sens absolu de l'existence humaine. En attendant Godot de S. Becket ou "Rhinocéros" d’Ionesco.

 Annexe 1

début 150 * début "Lara/Andromaque"

Tableau récapitulatif de l'étude de la scène d'exposition d'Andromaque de Racine

Type d'indications fournies par la scène d'exposition

 

Repères

 

Indications sur le genre 

 

Personnages en présence 

 

Informations sur les personnages (identité, titre..) 

 

Relations entre les personnages

 

Lieu et époque

 

Relations entre les personnages

 

Lieu et époque

 

Indications sur les événements antérieurs

 

Indications sur les événements de l'intrigue

 

Indices sur le nœud, l'intrigue

 

Remarques sur la longueur des répliques

 

Interprétation

 

Retour "objectif 5"

Annexes 2 & 3

début 150 * début "Lara/Andromaque"

Etudier deux scènes d'Andromaque.  Acte III scène 8,  Acte IV, scène 5

 1.     Situer la scène

2.     Présenter la scène 8 Acte III

3.     Quels sont les personnages en présence?

Réplique de Céphise (vers 985-991)

4.     Quelles sont les figures de styles utilisées par Céphise pour évoquer Pyrrhus (vers 987-991). Dans quel but?

5.     Que veut-elle provoquer chez Andromaque aux vers 1012-1013?

Réplique d'Andromaque (vers 992-1011)

6.     Relevez, dans la réplique d'Andromaque les impératifs et les présentatifs. Quel est l'effet produit?

7.     Relevez, de même, les figures de style contenues dans ces propos et donnez leur fonction.

8.     Quel autre mode verbal est utilisé? Pourquoi? (point de vue sur les actions)

9.     Relevez le champ lexical de l'horreur (ombre, violence, sang, mort).

Réplique d'Andromaque (vers 1014-1038)

10.  Quelle est la valeur des exclamations et des interrogations d'Andromaque dans les vers 1014-1038

Le trouble des personnages est sensible à travers le type de phrases qu'ils utilisent. L'abondance des interrogations et des exclamations exprime avec une énergie particulière des émotions subites et violentes. Les interjections parsèment les propos désespérés.

11.  Relevez et analysez les apostrophes des vers 1027-1047.

Répliques de Céphise ( vers 1038…)

12.  Quelle est l'utilité dramatique des questions de Céphise?

Bilan

13.  Complétez les vides avec les mots donnés. crucial, catastrophe, centre, éléments

L'Acte III est au…….. de la pièce, il constitue le moment…… où se concentrent les……….de la…………finale.

14.  Qu'avons-nous appris?

15.  Quels événements survenus dans cet Acte peuvent mener à un dénouement sanglant?

 

 Hors-classe:

Récrivez le passage des vers 1021-1026 au style indirect, puis comparez les deux versions; que vous apprennent-elles sur le  rôle que joue Astyanax entre Andromaque et Hector?

Retour objectif 6

 

Annexe 4

début 150 * début "Lara/Andromaque"

Séance 

Durée: 1 heure

Objectif: Etudier l'évolution du personnage d'Andromaque

Classe: Seconde

Effectif: 30

Prérequis: avoir relu la pièce et préparé le travail

 

Les élèves ont lu la pièce à la demande du professeur et réalisé  1 fiche de lecture, 1 fiche auteur et une fiche personnages.

Le but de cette séance est de permettre aux élèves d'étudier un personnage  typique de la tragédie.

1.     Le professeur demande à un ou deux élèves de résumer les événements en rapport avec Andromaque.

2.     Les élèves répondent, en fonction de leur lecture et des travaux préalables.

3.     Le professeur demande de donner deux adjectifs pour qualifier au mieux  Andromaque (réponses attendues: une mère angoissée, une veuve fidèle, une princesse consciente de ses devoirs)

4.     A partir des réponses obtenues, les élèves doivent rechercher des éléments pour appuyer leurs réponses:

1) Une mère angoissée

v Elle a laissé conduire au supplice un faux Astyanax (vers222)

v Ses premiers mots et gestes dans la pièce sont pour son fils

v Elle ne peut lui rendre visite qu'une fois par jour (vers 260-264)

v Elle supplie Pyrrhus (scène 6 acte III)

v Elle implore Hermione (scène 4 acte III)

v Elle accepte alors d'épouser Pyrrhus et se prépare à se tuer.( acte IV scène 1)

2) Une veuve fidèle

v Elle est attachée au souvenir de son époux. A travers son fils elle retrouve Hector

Voilà ses yeux… (Vers 653-654)

v Sa mémoire lui rapporte les paroles d'Hector avec précision à tel point qu'elle utilise le style direct vers 1021-1026)

v Hector lui a dit d'aimer Astyanax comme lui-même (vers 1026)

v Quand elle doit céder au chantage, elle se rend "sur son tombeau" ( vers 1077-1078) pour le consulter.

v C'est parce que son amour pour Hector est éternel que se noue le drame.

3)     Une princesse consciente de ses devoirs

v Andromaque est deux fois princesse.

Princesse déchue de Troie et reine d'Epire après son mariage avec Pyrrhus.

v Elle porte le deuil de son pays  "une nuit éternelle" (v 997-998)

v Elle ordonne de poursuivre les assassins de Pyrrhus "aux ordres d'Andromaque.. (vers 1587) précise Pylade.

v Elle épouse le pays en même temps que le roi comme les rois de France (Louis XIII en 1615 épouse Anne d'Autriche, Louis XVI, 1660, Marie Thérèse fille du roi d'Espagne)

v Andromaque est face au même ennemi, en servant Epire, elle sert son pays.

5.     Mise en commun des réponses trouvées.

6.     Trace écrite sur l'évolution du personnage d'Andromaque; refus, doute, peurs, acceptation, triomphe.

Retour objectif 17 

début 150 * début "Lara/Andromaque"

2. Pierre Lemaire, La Métamorphose, de Kafka. Entrelacs de lectures

Classe de 7e professionnelle - Option Assistant aux métiers de la publicité 

 

Quand on rencontre dans un roman un « méchant » (criminel, fanatique religieux, hystérique castratrice, parent violent, etc.), notre souci est non de le condamner, mais de le comprendre, de laisser se développer en nous son histoire et de voir en quoi il peut nous ressembler.

En se présentant comme une fiction, en nous permettant de la choisir, la littérature nous dégage, un temps, des obligations et contraintes des innombrables fictions subies. Elle nous fait le cadeau d’une réalité qui, tout en étant reconnaissable, est en même temps autre : plus précise, plus profonde, plus intense, plus pleine, plus durable que la réalité au-dehors. Dans le meilleur des cas, elle nous donne des forces pour retourner dans cette réalité-là et la lire, elle aussi, avec plus de finesse…

Peut-être même sera-t-on amené, cela s’est vu, à agir dessus.

        Nancy Huston, L’Espèce fabulatrice, Actes Sud, 2010 pp. 188-189

 

Parmi les avatars de la séquence de lecture de Kafka en classe de 7e professionnelle [option « Assistant aux métiers de la publicité » lire le programme ], que le lecteur de LMDP retrouvera au n° 136 de mars 2009, épinglons aujourd’hui les performances des élèves :

la réécriture de La Métamorphose en quelques vignettes de BD ;

la rédaction d’une lettre d'adieu de Gregor à sa famille ;

une proposition de rédaction du Mode d'emploi de la machine à exécuter les prisonniers (Dans la colonie pénitentiaire, dans le même n° 3 de l’édition Librio, pp. 65-96) ;

une préparation de lecture comparée du "rhinocéros" de Ionesco avec le "monstrueux insecte" de Kafka ;

en bonus, un Carnet de voyage à Prague, réalisé (avant le départ) avec le concours de ma collègue professeure de Publicité, Béatrice Mazuis.

 

Raconter la Métamorphose dans le langage de la BD

Rappelons le message de la nouvelle de Franz Kafka : la métamorphose n’est peut-être pas tant celle du héros transformé en insecte voué à l’isolement, à l’incompréhension et à la mort, que la mutation de la cellule familiale entière mise en évidence par la comparaison mot à mot des situations initiale et finale du récit.

Dans un laps de temps de deux fois cinquante minutes, il n’était pas concevable d’exiger des élèves de réaliser la partie graphique de la BD : un jeu de vignettes leur a donc été distribué individuellement pour la circonstance, aux formats 100 et 200 % afin de permettre des effets personnels de mise en page. Cet exercice leur fut proposé à la fin de la séquence de lecture, alors qu’un diaporama avait préparé l’approche du texte par l’observation de différentes illustrations de la une des éditions de poche. Ce projet exige un double travail : réinventer le récit, le scénariser, c’est-à-dire le transformer en vignettes (image + texte) et d'autre part organiser la planche.

sommaire et édito 150 * début "Lemaire/Kafka"

 

Lettre d'adieu...

L’exercice de rédaction de la Lettre d’adieu du héros à sa famille, quant à lui, avait été préparé par la lecture d’un extrait de la Lettre au père de F. Kafka, Folio bilingue, Éd. Gallimard. 162 p. qu’il écrivit en 1919 sans la lui envoyer. Les élèves ont facilement repéré les similitudes biographiques de Franz et Gregor : leur profession de fonctionnaire subalterne, la symétrie Kafka/Samsa, la difficulté de nouer une relation affective, la relation entre enfants et parents et le triangle oedipien…

Mode d'emploi...

début/Lemaire/Kafka * début 150

Rédaction du Mode d'emploi de la machine à exécuter les prisonniers.

Dans la Colonie pénitentiaire (1914), Kafka met en scène le personnage très singulier d’un officier fou aux commandes d’un engin diabolique destiné à exécuter les condamnés dans un raffinement de cruauté. L’exercice d’écriture (« Écrire un texte technique en donnant un caractère univoque et explicite à l'information qu'il livre » (compétence 5) est l’aboutissement d’une séquence comportant le décodage d’un mode d’emploi et le rappel des modes d’expression de l’ordre et de la défense (fiche technique)

UTILISER LES MODES ET LES TEMPS

L’impératif : Tais-toi ! Ne parle pas.

Le subjonctif indépendant : Qu’il se taise ! Qu’il ne parle pas !

L’indicatif présent : Tu te tais ! Toi, tu ne dis rien !

L’indicatif futur simple : Tu te tairas ! Tu ne diras rien !

UTILISER DES STRUCTURES PARTICULIÈRES

L’interrogation : Te tairas-tu ?

Les semi-auxiliaires aller + infinitif ; arrêter de, cesser de + infinitif : Vous allez vous taire ! Cessez de parler !

Emploi d’une proposition enchâssée au subjonctif avec un verbe d’ordre, de volonté : Je veux que tu te taises !

Emploi de « Il faut que » + proposition enchâssée au subjonctif : Il faut que tu te taises !

Emploi de cris, d’interjections : (propositions non verbales) : Chut ! Silence !

Emploi de l’infinitif (uniquement à l’écrit) : Se taire !

Emploi d’une périphrase : Prière de respecter le silence !

Dans le domaine non verbal :

pictogrammes, dessins

gestes

couleurs (le rouge est un signe de danger, d’interdiction)

 

Orthographe : l’impératif 2e p.sg des verbes en — ER s’écrit sans S :

Mange et ne parle pas la bouche pleine ! Et tiens-toi bien à table !

APPLICATION

                Rédige les consignes de préparation du thé d’après le pictogramme du sachet Lipton en annexe.

                La machine à exécuter de la Colonie pénitentiaire : rédiger le mode d’emploi

 

Présentation et consignes du travail

début/Lemaire/Kafka * début 150

Rédige le mode d’emploi de l’appareil à exécuter les condamnés dont il est question dans le texte ci-dessous. Tu dois informer l’utilisateur de l’appareil avec un maximum de clarté : pour cela

   ton « mode d’emploi » doit être complet et cohérent : il comportera 10 actions

   rétablis l’ordre logique des actions (phrases soulignées) ;

   marque le passage d’une action à l’autre par des mots liens ou des signes typographiques ;

   conjugue tous les verbes nécessaires, au même temps ou au même mode ;

   rédige un titre informatif et accrocheur pour ton travail.

   corrige ton travail (10 pts : — 1 pt/erreur aux verbes injonctifs, - 0,5 pt pour les autres erreurs)

 

                    (…) — Regardez donc.

Il bondit sur l’échelle, tourna une roue, cria d’en haut :

— Attention, écartez-vous !

Et tout se mit en marche. Si la roue n'avait pas grincé, c'eût été magnifique. Comme surpris par cette roue rebelle, l'officier la menaça du poing, puis, pour s'excuser, leva les bras à l'adresse du voyageur, et redescendit prestement pour observer par en dessous la marche de l'appareil. Il y avait encore quelque chose qui clochait, et dont lui seul s'apercevait ; il regrimpa l'échelle, fourra les deux mains à l'intérieur de la traceuse, puis, pour redescendre plus vite, au lieu d'emprunter l'échelle, se laissa glisser le long d'un des montants et, pour se faire entendre dans le vacarme, cria de toute son énergie dans l'oreille du voyageur :

— Vous saisissez le fonctionnement ? La herse commence à écrire ; une fois que l'inscription a fait un premier passage sur le dos de l'homme, la couche d'ouate se déroule et fait lentement tourner le corps sur le côté, pour présenter à la herse une nouvelle surface. En même temps, les endroits lésés par l'inscription viennent s'appliquer sur la ouate qui, par la vertu d'une préparation spéciale, arrête aussitôt le saignement et prépare une deuxième administration, plus profonde, de l'inscription. Ces crochets-ci, au bord de la herse, arrachent ensuite la ouate des plaies. Lorsque le corps continue à tourner, ils l'expédient dans la fosse, et la herse a de nouveau du travail. Elle inscrit ainsi toujours plus profondément, douze heures durant. Les six premières heures, le condamné vit presque comme auparavant ; simplement, il souffre. Au bout de deux heures, on retire le tampon qu'il avait dans la bouche, car l'homme n'a plus la force de crier. Dans cette écuelle chauffée électriquement, près de sa tête, on met du riz bouilli chaud, que l'homme peut attraper avec sa langue, autant qu'il en a envie. Aucun ne manque cette occasion. Je ne pourrais en citer un seul, et mon expérience est longue. Ce n'est que vers la sixième heure qu'il n'a plus plaisir à manger. Alors, généralement, je m'agenouille là et j'observe le phénomène. L'homme avale rarement sa dernière bouchée, il se contente de la tourner dans sa bouche et il la crache dans la fosse. Il faut alors que je me baisse, sinon je la prends dans la figure. Mais comme l'homme devient alors silencieux, à la sixième heure ! L'intelligence vient au plus stupide. Cela débute autour des yeux. De la, cela s'étend. À cette vue, l'on serait tenté de se coucher avec lui sous la herse. Non qu'il se passe rien de plus, simplement l'homme commence à déchiffrer l'inscription, il pointe les lèvres comme s'il écoutait. Vous l'avez vu, il n'est pas facile de déchiffrer l'inscription avec ses yeux ; mais notre homme la déchiffre avec ses plaies. C'est au demeurant un gros travail ; il lui faut six heures pour en venir à bout. Mais alors la herse l'embroche entièrement et le jette dans la fosse, où il va s'aplatir dans un claquement sur la ouate et l'eau mêlée de sang. Justice est faite, alors, et le soldat et moi nous l'enfouissons.

Le voyageur avait penché l'oreille vers l'officier et, les mains dans les poches de sa veste, observait le travail de la machine. Le condamné aussi l'observait, mais sans comprendre. Il se baissait un peu et suivait les oscillations des aiguilles quand, sur un signe de l'officier, le soldat lui fendit au couteau, par-derrière, chemise et pantalon, qui du coup tombèrent ; l'homme voulut les rattraper pour cacher sa nudité, mais le soldat le souleva en l'air et le secoua pour faire tomber les derniers lambeaux de tissu. L'officier mit la machine en route et, dans le silence qui s'instaurait, le condamné fut couché sous la herse. On détacha les chaines et, à leur place, on fixa les sangles ; (…).

il sembla tout d'abord que, pour le condamné, ce fut presque un soulagement. Et puis la herse descendit encore un peu plus bas, car l'homme était maigre. Quand les pointes le touchèrent, un frisson parcourut sa peau ; pendant que le soldat s'occupait de sa main droite, il tendit la gauche, sans savoir vers quoi ; mais c'était la direction où se trouvait le voyageur. L'officier regardait constamment le voyageur par côté, comme s'il cherchait à lire sur son visage l'impression que faisait sur lui cette exécution qu'il lui avait expliquée, au moins superficiellement. (…)

 Fr. KAFKA, Dans la colonie pénitentiaire, Éd. Librio pp. 77-78.
 

début/Lemaire/Kafka * début 150

Lectures en parallèle : Rhinocéros d’Eugène Ionesco

Nombreux sont les récits jouant sur la métamorphose dans la littérature, en particulier dans les textes mythologiques : la sirène, le sphinx, Icare… sont des universaux qui activent l’imaginaire des élèves et donnent lieu à des recherches dans le domaine de l’histoire de l’art, du cinéma, de la littérature.

BERENGER

C’est moi, c’est moi.

(Lorsqu’il accroche les tableaux, on s’aperçoit que ceux-ci représentent un vieillard, une grosse femme, un autre homme. La laideur de ces portraits contraste avec les têtes des rhinocéros qui sont devenues très belles. Bérenger s’écarte pour contempler les tableaux.) Je ne suis pas beau, je ne suis pas beau. (Il décroche les tableaux, les jette par terre avec fureur, il va vers la glace.)

Ce sont eux qui sont beaux. J’ai eu tort ! Oh ! comme je voudrais être comme eux ! Je n’ai pas de corne, hélas ! Que c’est laid, un front plat ! Il m’en faudrait une ou deux, pour rehausser mes traits tombants. Ça viendra peut-être, et je n’aurai plus honte, je pourrai aller tous les retrouver. Mais ça ne pousse pas !

(Il regarde les paumes de ses mains.)

Mes mains sont moites. Deviendront-elles rugueuses ?

(Il enlève son veston, défait sa chemise, contemple sa poitrine dans la glace.)

J’ai la peau flasque. Ah, ce corps trop blanc, et poilu ! Comme je voudrais avoir une peau dure et cette magnifique couleur d’un vert sombre, d’une nudité décente, sans poils, comme la leur !

(Il écoute les barrissements.)

Leurs chants ont du charme, un peu âpre, mais un charme certain ! Si je pouvais faire comme eux.

(Il essaye de les imiter.) Ahh, ahh, brr ! Non, ça n’est pas ça ! Essayons encore, plus fort ! Ahh, ahh, brr ! Non, non, ce n’est pas ça, que c’est faible, comme cela manque de vigueur ! Je n’arrive pas à barrir. Je hurle seulement. Ahh, ahh, brr ! Les hurlements ne sont pas des barrissements ! Comme j’ai mauvaise conscience, j’aurais dû les suivre à temps. Trop tard maintenant ! Hélas, je suis un monstre, je suis un monstre. Hélas, jamais je ne deviendrai un rhinocéros, jamais, jamais ! Je ne peux plus changer, je voudrais bien, je voudrais tellement, mais je ne peux pas. Je ne peux plus me voir. J’ai trop honte !

(Il tourne le dos à la glace.)

Comme je suis laid ! Malheur à celui qui veut conserver son originalité !

(Il a un brusque sursaut.)

Eh bien, tant pis ! Je me défendrai contre tout le monde ! Ma carabine, ma carabine !

(Il se retourne face au mur du fond où sont fixées les têtes des rhinocéros, tout en criant :)

Contre tout le monde, je me défendrai ! Je suis le dernier homme, je le resterai jusqu’au bout ! Je ne capitule pas !

RIDEAU.


début/Lemaire/Kafka * début 150

 

 

La Métamorphose

Rhinocéros

La voix narrative

style indirect libre, qui superpose la voix du narrateur et celle du personnage

Monologue de Bérenger constituant le dénouement de la pièce

Le fantastique et le surréalisme

abondance d’allusions à la réalité de la métamorphose (ce n’était pas un rêve, multiplication des indices physiques et comportementaux

Indices physiques

carapace dorsale, abdomen bombé, brun, cloisonné par des arceaux plus rigides, nombreuses pattes, lamentablement grêles

Bérenger n’est pas atteint par « l’épidémie » : il ne présente ni corne ni peau rugueuse et vert sombre

(il a gardé) sa voix d'avant, mais il venait s'y mêler comme par en dessous, un couinement douloureux et irrépressible qui ne laissait aux mots leur netteté qu'au premier instant, littéralement, pour ensuite en détruire la résonance au point qu'on ne savait pas si l'on avait bien entendu

 

 il ne réussit même pas à barrir

Sentiments

Honte, crainte de nuire à sa famille, crainte du rejet

Crainte d’effrayer sa mère et sa soeur

Solitude, repli sur soi

Jugement négatif de Bérenger sur son apparence humaine : il en conçoit un sentiment de mauvaise conscience et de honte.

Renversement de la norme : il est le monstre, l’exception à la norme.

Évolution du personnage

Acceptation de son destin, fatalisme

L'idée qu'il devait disparaitre était encore plus ancrée, si c'était possible, chez lui que chez sa sœur. Il demeura dans cet état de songerie creuse et paisible jusqu'au moment où trois heures du matin sonnèrent au clocher. Il vit encore la clarté qui commençait de se répandre devant la fenêtre, au-dehors. Puis, malgré lui, sa tête retomba tout à fait, et ses narines laissèrent s'échapper faiblement son dernier souffle.

Revirement, résistance : Je ne capitule pas !

Circonstances de l’écriture

1913 : l’expressionnisme — le climat de tension précédant la Première Guerre mondiale

1959 : le théâtre de l’absurde. La guerre froide — la montée des totalitarismes.

 

Le voyage à Prague 

Terminons ces variations autour de la lecture de Kafka par une réalisation en équipe interdisciplinaire. En 2010, le voyage des finalistes à Prague fut le prétexte à réaliser un carnet de voyage métamorphosé par la lecture de Kafka. Les contenus ont été simplement collectés sur le web après analyse de la qualité des sources. L’essentiel de la performance attendue des élèves a plutôt consisté dans la négociation des contenus et du partage des tâches, le respect des étapes et des délais. Une fois rassemblés, analysés, structurés, corrigés, les documents récoltés sont passés en salle d’infographie pour l’illustration et la mise en pages sous la supervision de Béatrice Mazuis, professeure de Publicité.

Les neuf élèves de 7e professionnelle n’étaient pas peu fiers de voir leur travail aboutir entre les mains de la centaine de participants.

début/Lemaire/Kafka * début 150

BD : Réalisation et grille de correction

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

début/Lemaire/Kafka * début 150

 

La Métamorphose : livres, BD, CD

 

La Métamorphose de Franz Kafka, scénario de Corbeyran, dessin et couleur de Horne, collection Ex Libris, Éditions Delcourt 2009, ISBN 978-2-7560-1330-5 

Articles parus dans LMDP

De Pierre Lemaire

* Analyse idéologique de la page de titre du Dictionnaire National de Bescherelle * Statut social du lexicographe au 19e siècle. * 3e degré lire

* Lecteur chez soi, lecteur en classe: entre lecture autonome et lecture partagée, 3e degré lire 

* Journalistes responsables...: l'aventure du Takalir lire

Sur le voyage dans le cadre du cours de français

Voyage à Paris : art et littérature pour la découverte lire

Voyages d'élèves pour écrivains du voyage lire

L'argumentation dans le texte sur le voyage lire

Un album de voyage lire

début/Lemaire/Kafka * début 150

 

Mettre en perspective La Métamorphose, de Kafka, par Christian Thys :

 
Fantastique et conte philosophique. À propos des cafards, cloportes et autres vermines

 

 

 Le thème de l'argent * La position précaire de l'intellectuel juif * Conclusion

Notre  lecture s'appuie...

1. Sur ce que l'on sait de l'imagerie mentale.

2. Sur des indices textuels, mais n'a pas la prétention de donner une explication au foisonnement de symboles qui émaillent le texte ni de rendre logique ce que l'auteur a introduit comme bizarreries ou comme effets de l'écriture.

3. Sur des paramètres externes qui comptent : une vision tragique de l'existence dans un monde où l'éphémère rencontre harmonieuse des cultures juive et allemande est sur le point de se briser;  dès les années 20,  il pressent l'exclusion mutuelle des communautés qui sera confirmée de manière on ne peut plus cruelle par la mort de ses trois soeurs dans les crématoires.

Nous avons fait usage de l'édition ebooksgratuits.com   http://fr.groups.yahoo.com/group/ebooksgratuits

 

Et le rêve s'est fait chair...

Telle pourrait être la formule psychologique du fantastique si  on accepte que ce genre  transpose le  travail du rêve en un  analogue verbal.  Freud, on le sait, a décrit la formation du scénario onirique comme résultant  des déplacements et des condensations de scènes traumatiques ou, en mots simples, comme des tactiques de camouflage pour refouler  un désir inconscient. Qu'il s'effectue dans la période de sommeil ou durant celle de la conscience éveillée, le contenu latent, que l'interprète des rêves  oppose au contenu manifeste, relève soit d'un événement traumatisant, soit d'un événement ardemment souhaité que la censure dissimule au moi dans sa transposition imaginaire. Voilà résumée en quelques mots la théorie freudienne classique. À celle-ci, Jung ajoute un correctif, lui qui, à l'encontre de son maître, voit dans le rêve plutôt un processus de projection opéré par une subjectivité et insiste davantage sur le caractère actif de la construction imaginaire. Lorsqu'on explore en rêve éveillé des zones angoissantes ou conflictuelles, les images qui se présentent à l'esprit sont la résurgence de souvenirs douloureux de l'enfance ou autres périodes de la vie inscrites dans l'inconscient. Mais on se souviendra que les travestissements de ces scènes défient l'intelligibilité de l'auteur comme du lecteur, de même qu'elles débordent l'intelligence de la pensée consciente. Les recherches récentes sur l'imagerie mentale en disent long à ce propos et la pratique de l'invention de scénarios est même utilisée comme thérapie, dénommée  parfois art-thérapie

Comme il est admis que le rêve éveillé supporte les mêmes fonctions que le rêve nocturne, mais d'une manière évidemment plus contrôlée  par le rêveur puisqu'il est destiné à l'écriture, il nous semble pertinent  d'accorder une légère préférence à  l'idée jungienne.  Cette préférence   offre une confirmation facile dans les livres ou films pour enfants où des  animaux, des objets, des être spirituels sont humanisés en fonction d'analogies qui sont  dues non au hasard, mais  bien à une distribution contrôlée des caractères, laquelle  obéit au  vieux principe de l'adaptation du psychologique au physique.  La nouvelle de Kafka sera donc abordée dans ces lignes  sous l'angle d'une transposition de surface éloignée des scènes traumatiques, mais auxquelles les éléments fantastiques   font référence comme des symptômes.  

                                                 

                                        Une caricature à double cible

début Thys/Kafka * sommaire et édito 150

 

Le thème de l'argent

L'argent, d'abord. Le thème de l'argent est au centre de l'allégorie critique de Kafka. Sans qu'il soit dit expressément que la défaillance du personnage cause la métamorphose, celle-ci est suivie d'une progressive exclusion du milieu familial  au moment où comme chaque jour Gregor Samsa peine à accomplir son programme: (métro), boulot, dodo. C'est qu'il est davantage qu'un soutien de famille puisqu'il cherche à libérer son père de ses difficultés financières.

Ce thème nous semble triplement prégnant: d'abord il concerne le quotidien et l'autonomie financière de tout un chacun; ensuite, il détermine le rang de n'importe quelle famille en ascension ou en chute sociale; enfin, dans l'Autriche-Hongrie de Kafka à la veille de la Première Guerre mondiale , il est un facteur particulièrement sensible d'intégration réussie pour quelqu'un d'ascendance juive, mais qui risque de ne jamais être totalement accepté par la haute bourgeoisie traditionnelle. Et cette réussite d'une élite juive ne se situe pas seulement sur le plan économique, mais également sur le plan intellectuel, d'où l'appellation acceptée aujourd'hui d'une culture judéo-allemande pour désigner cette  période glorieuse d'enrichissement mutuel. Cette émancipation, qui conduit certains à la laïcité comme le siècle des Lumières le fit pour le catholicisme, mérite qu'on  rappelle quelques faits majeurs qui en déterminent les contours. En 1912, nous ne sommes pas loin des derniers remous de l'affaire Dreyfus (1894-1908) ni de la parution du fameux Protocole des sages de Sion (1905), un faux qui, nous le rappelle U. Eco, «peut être considéré comme l'oeuvre la plus diffusée  dans le monde après la Bible ». ►► Ce document a été élaboré par la Police secrète tsariste pour créer une diversion au sein d'une politique intérieure en proie aux agitations révolutionnaires. Il diffuse l'idée d'un complot juif mondial destiné à  contrôler l'humanité dans tous ses aspects et dont le projet s'inscrit  dans les caricatures bien connues du Juif avare, retors, hypocrite, fourbe....

À ce propos une digression (trop) rapide sur l'histoire du  prêt à intérêt s'impose pour expliquer le rapport réel qui s'est noué entre l'éthique judaïque et le destin du capital dans la civilisation européenne. Il est bien convenu que le peuple juif est un peuple de commerçants à l'instar de bien d'autres dans l'Antiquité: les Grecs, les Égyptiens, les Syriens... Dans son livre Les juifs, le monde et l'argent (Paris, Fayard, 2002), J. Attali affronte ce poncif du lien singulier entre le juif et l'argent en  rappelant  que dans ce domaine plusieurs traits majeurs distinguent les Juifs des peuples voisins de l'Antiquité. Par exemple, le fait de ne pas destiner l'argent à des constructions somptuaires; le fait que la loi du talion est remplacée par des dédommagements monétaires; et même celui qu'un texte important attribué à Salomon dénonce l'avarice et déclare «que le peuple juif ne doit s'enrichir que pour enrichir les autres». Cette dernière formule, est trop  idéaliste  pour ne pas susciter des conflits entre franges du judaïsme (ou même du catholicisme), notamment entre pharisiens et esséniens. Tout au long de sa diaspora, le peuple juif a été éloigné par l'exclusion ou l'enfermement  obligatoire dans des ghettos ►►►, l'exclusion des progrès de la science et de la médecine, et contraint à se spécialiser dans des métiers artisanaux ou, exception majeure, à traiter de l'argent qu'on appellerait aujourd'hui «sale». C'est que le Moyen Âge avec saint Thomas et à sa suite une légion de théologiens répudient le prêt à intérêt au nom de la loi naturelle. Mais les Princes très chrétiens ayant un continuel besoin d'argent cherchent à contourner ces règles morales et se tournent vers les réseaux commerciaux juifs soit pour leur confier mission de trouver des ressources financières, soit par des rackets et des pogroms qui les dépouillent directement, soit finalement par les rendre méprisables en leur conférant une réputation d'usuriers. Il faut savoir aussi que la question de prêts à des non-juifs faisait l'objet d'interminables discussions entre rabbins qui se doutaient bien du danger de l'opération pour leur propre réputation. De temps à autre cependant, quand elle en a besoin, la Papauté protège les banquiers juifs. Que les Juifs aient cherché à se débarrasser eux-mêmes de cette fâcheuse réputation est perceptible lors de la création  des kibboutz dans le jeune État d'Israël. À l'heure actuelle, cet État est en mesure d'aider certaines communautés de la diaspora menacées de disparaître.

 

 

On en trouve des échos de cette méfiance vis-à-vis du Juif arrivé jusque dans les oeuvres de Proust, pour ce qui concerne le milieu social français.

 

►►Voir U. Eco, Le Cimetière de Prague, Paris, Grasset, 2010, notes de la page 549.

 

 

 

 

►►►Le terme de "ghetto" tire son origine du nom du quartier juif de Venise, créé en 1516.

début Thys/Kafka * sommaire et édito 150

Cette digression peut sembler nous écarter de notre sujet. Il n'en est rien. Nous connaissons les sympathies de Kafka pour le socialisme et, grâce à  des documents plus récents, le passage dès 1911 d'une incompréhension devant les pratiques religieuses du judaïsme vers une sympathie pour le sionisme que l'auteur affichera en 1917, année de la déclaration Balfour. Sa rencontre avec Dora Dymant, polonaise issue d'un milieu hassidique, ne fera que renforcer ses choix politiques dans cette direction. Nous sommes donc en mesure de soutenir que La Métamorphose n'est pas simplement un règlement de compte entre Kafka et son père. La nouvelle se présente aussi comme un conte philosophique qui ironise sur les travers du milieu juif et qui met en  relief la déshumanisation de l'individu par l'argent. Dès lors, il projette en fiction fantastique ce que Marx a exprimé dans l'apport philosophique du concept de « réification », concept repris et développé par ses successeurs de  Lukacs à Marcuse.

Notre interprétation n'exclut nullement une approche plus classique qui avance que l'oeuvre pourrait également s'inspirer du conflit permanent entre l'agent d'assurance contraint, sous le regard paternel, d'assurer son pain quotidien alors que ses ambitions le tournent vers la vocation littéraire. Soit dit en passant, le texte nous révèle que les banquiers portaient un uniforme « presque militaire » (p.41),  propre à renforcer  la représentation autoritaire du caractère paternel.

Résumons donc rapidement les étapes de la déshumanisation, aliénation, réification de Gregor Samsa et notons que ce reste d'humanité vient à point nommé pour  susciter chez le lecteur pitié et empathie vis-à-vis de  Gregor.  Bien qu'entravé dans la carapace d'un cafard, Gregor conserve quelques fonctions essentielles de la conscience : réflexion et autoréflexion; dimension morale dans le souci et les remords; conscience perceptive, mais absence d'autoperception, par exemple dans un quelconque miroir; il lui reste un minimum de conscience de sa vie sexuelle dans sa manière de s'accrocher au sous-verre de la dame vêtue de fourrure. Dans sa déchéance d'homme-insecte, il conserve ses émotions et même  alors qu'il est proche de sa fin un sentiment d'amour filial et de  tendresse vis-à-vis de sa soeur. Mais  la faculté de dialoguer lui est progressivement enlevée sauf au niveau de l'écoute, en même temps que disparaissent les objets qui faisaient partie de sa culture. Il devient un gêneur, un élément perturbateur, le  premier symptôme annonciateur d'une déchéance sociale qui  affecte toute la famille et qui fait fuir les sous-locataires. Mais, contrairement à la « rhinocérite » qui touche les personnages d'Ionesco, ceux de Kafka échappent à la « métamorphose ». C'est le décès de Gregor et la perspective d'un mariage  ouverte par « un jeune corps qui s'étire » - salut par la femme ? - qui permettent à  la bourgeoise famille Samsa de retrouver un semblant d'équilibre.

Et ceci nous ramène à la justification  de notre sous-titre Critique à double cible. Il nous semble en effet peu probable de concevoir que Kafka ait pu échapper aux contradictions qui ont affecté toute la génération des écrivains et des philosophes juifs de cette période, et qu'il fréquentait. La vie de Kafka est moins solitaire que celle de certains personnages qu'il met en scène.  Dans sa nouvelle, il y a trace du monde extra-familial à travers le personnage de la  femme de chambre, plutôt bien adapté à la crise et capable d'éliminer en un instant le fils déchu (p.48); mais également  à travers les trois sous-locataires énigmatiques aux cigares, nettement plus  agressifs dans leurs exigences de confort.

 

 La position précaire de l'intellectuel juif

début Thys/Kafka * sommaire et édito 150

Gregor ne serait-il pas alors le frère de ces infortunés qui  épousent la livrée que le destin et surtout autrui  leur préparent à travers des  jugements aussi stéréotypés que répétés et dans le cas présent la destinée d'être juif plutôt qu'Allemand, Belge, Américain...? Et la collection des poncifs appliqués aux Juifs est  à la fois  nombreuse, multiséculaire et  relève d'une culpabilité a priori - du fameux péché originel - d'une lourdeur paralysante. Rappelons qu'à suivre ces préjugés, le Juif est déicide, misanthrope, mangeur d'enfants, conspirateur, de race inférieure, usurier, sataniste, et,  plus tard... VERMINE. Gregor, un frère donc de ces Juifs, qui, malgré leur parfaite intégration dans une culture et dans une patrie qu'ils voudraient faire leur, et malgré leur participation active au commerce et à la vie intellectuelle, resteront toujours des « Juifs ».

Telle est l'origine de cette crise d'identité qui traverse à une profondeur plus ou moins grande de leur psyché des personnalités comme Marx, Freud, comme H. Cohen à la tête de l'Ecole néo-kantienne de Marbourg,  toujours divisées entre tradition et modernité, entre un Dieu de Justice et un Malin Génie , avec en tête le fantasme messianique d'une lointaine libération. L'anthropologue Norbert Elias a bien décrit la condition de l'intellectuel juif: ►►« Les intellectuels juifs étaient reconnaissables — indépendamment de leurs choix identitaires, religieux, culturels ou politiques — par leur statut social. « On était de facto un homme de second ordre. », écrit-il, même si «ce n’était pas une raison pour se considérer soi-même comme un homme de second ordre.»

Vue sous cet angle, l’intelligentsia judéo-allemande se présentait comme un caméléon ►►► toujours prêt à se métamorphoser, comme un univers extrêmement hétérogène et fragmenté, voire déchiré entre des orientations opposées qui n’étaient, au fond, que des réponses différentes à une même crise d’identité. Le parcours des intellectuels juifs dans le monde germanique se déroule à l’intérieur de frontières géographiques somme toute assez floues : l’ensemble des pays d’Europe centrale de langue allemande, de Berlin à Prague, de Vienne à Budapest. Certes, les différences entre la condition juive dans l’État prussien et dans un empire multinational comme l’Autriche-Hongrie n’étaient pas négligeables, mais l’unité culturelle du monde germanique dépassait les frontières étatiques. Kafka ne bougeait guère de Prague, mais il publiait ses nouvelles chez l’éditeur Kurt Wolff, à Leipzig ; Joseph Roth amorça sa carrière journalistique et littéraire à Vienne, mais la poursuivit à Berlin ; Martin Buber, authentique nomade intellectuel, animait des cercles juifs à Vienne, Prague, Francfort et Berlin. Beaucoup plus que dans un État, la figure de l’intellectuel juif se constituait à l’intérieur d’une aire culturelle. »

 

 

Dans son intervention du 29/8/1987 lors du Premier congrès sioniste de Bâle, Max Nordau s'exclame : « Le Juif déclare naïvement : « Je suis un homme et considère que rien d'humain ne m'est étranger. » Il s'entend répondre : « Doucement, prends des pincettes avec ton humanité; tu ignores ce qu'est véritablement l'honneur, il te manque le sens du devoir, et la moralité, et le patriotisme, et les idéaux, et nous devons t'exclure d'activités exigeant ce type de qualité. »

►►Dans Norbert Elias par lui-même, Paris, Fayard, 1991, p. 155 et cité dans l'article d'Enzo Traverso, Revue germanique internationale, 5, 1996, «Germanité, judaïté, altérité»,  http://rgi.revues.org/544.

►►► C'est nous qui soulignons

 

La métaphore du caméléon invoquée par Elias s'ajoute à  la série des traits animaux attribués aux Juifs, mais peut encore relever d'une connotation positive à l'encontre de celle de cafard qui parcourt la nouvelle de Kafka.

 

En guise de conclusion : entre refoulement et satire

La métamorphose serait donc selon les matériaux que nous avons rassemblés une oeuvre de transition entre un refoulement de la judaïté familiale, une critique de la bourgeoisie juive au travers des problèmes d'argent, et le moment d'un  retour vers Eretz Israël et la lecture du  Talmud. En conséquence, s'il est vrai que  l'absurde ronge l'oeuvre de Kafka comme l'ont fait remarquer tous les commentaires qu'elle a suscités,  il n'est pas sûr que l'auteur ait effacé tout espoir de rejoindre in fine la Terre promise.  La double critique qui perce au travers des épisodes de  la nouvelle porte, selon nous,  aussi bien sur les conditions de vie externes de l'intellectuel juif que sur les tragédies internes aux familles   et particulièrement celle de l'inévitable rencontre du Père, de l'Autorité, de la Loi et des questions qui ne cesseront de tarauder Kafka : Que suis-je sans mon père ? Que suis-je si je ne suis pas père?

Kafka a pressenti comme le fera plus tard Sartre qu'à travers l'exclus, le malade, pauvre, l'étranger de quelque nature ou de quelque origine qu'il soit, c'est un défi qui surgit pour quiconque se défend d'être humain et qui doit prendre la décision d'accepter ou de refuser la perturbation qu'engendre la faiblesse.

La crise d'identité que traverse le monde des intellectuels juifs poussera ces derniers à s'orienter en définitive vers un patriotisme fidèle au vieil Empire Austro-Hongrois ou  à l'Allemagne, leur pays d'élection. La ruse du destin  est que cet engagement sans faille ne leur servira en rien  quand le vieux monstre du Loch Ness fait de stéréotypes antisémites multiséculaires reviendra d'une  manière qui surprendra toute l'Europe au travers de l'esprit Völkisch,  l'âme damnée de qui vous savez.                                                                                     début Thys/Kafka * sommaire et édito 150

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Boîte à outils pour écrire des slogans

 

1. quelques exemples d'abord, pour faire connaissance * 2. définir une forme particulière de communication * 3. comment ça s'écrit, un slogan ? * 4. des réécritures parodiques

Complicité culturelle...

Dès qu'on prend la publicité pour ce qu'elle est avant tout, c'est-à-dire un discours, la question qui se pose est celle-ci: son langage est-il spécifique ? On peut poser le problème de deux façons différentes, soit à partir des exigences propres à toute communication, soit à partir de la diversité des formes du faire-valoir. D'une part, en effet, il faut déjà peu ou prou communier pour communiquer ; sans langage commun, sans code reconnu à la fois par l'émetteur et le récepteur, comment faire passer entre eux un message ? L'obligation est évidente à tout publicitaire : pour convaincre, il faut être compris, ce qui suppose un minimum de complicité culturelle avec le public visé.

Gérard Lagneau, La course au trésor. Prolégomènes à une analyse raisonnée du langage publicitaire (in Communications , n° 17, 1971)

 [Sous le même titre, l'article paru dans LMDP 144 se limite au slogan publicitaire.]

 

Objectifs :

1. Observer les moyens d'expression d'un genre textuel riche d'écriture créative. 

2. Voir comment le slogan exprime des aspirations de justice, de sécurité, de bonheur (parfois illusoire)... 

 

1. Quelques exemples d'abord... pour faire connaissance

 A qui le slogan est-il adressé ? Dans quelle intention ? Dans quelle circonstances ? Avec quels moyens d'expression ?

[Après la recherche, retour vers "comment ça s'écrit, un slogan"]

01

Multipharma, société pharmaceutique, début 2011

[Message sur les tickets de caisse:]

Votre confiance nous inspire

Affirme une relation locuteur - interlocuteur.(votre / nous)
Equivalence de rythme

02

La Vie, 04.05.2005, p. 31

[Photo de l'affiche tenue par un jeune du groupe 'cé - Conférence étudiante', avec le slogan pour le "oui" à la Constitution européenne]

L'Europe?
J'adhère!

03

Divers médias TV, janvier 2003

[Publicité ARIEL - Tache de chocolat effacée... le bambin pourra remanger du chocolat! Slogan final:]

 Adieu, la tache
Bonjour, le chocolat

04

Calicot de la manifestation des policiers à Paris, 29.05.2001. France-Inter, flash de 14h, même jour.

Du blé pour les poulets

05

[Fête du 1er mai 2006 pour le MR (libéraux) réuni à Jodoigne. Slogan affiché au mur.]

Commune
envie
de
gagner

Bientôt les élections communales en Belgique. Commune: à la fois nom et adjectif; le graphisme en colonne et l'absence de ponctuation permettent les deux lectures. "Gagner" en caractères plus grands.

06

Calicot lors d'une manifestation de fonctionnaires, à Bruxelles (2001), contre le projet Copernic du Ministre Luc Van den Bossche pour réformer la fonction publique.

2001

Copernic
bernique

sommaire et édito 150 * début slogans
 

07

Sur site Internet du département de la Nièvre (France)

De l'air, de l'art, de l'eau

08

Publicité TV décembre 2000, en France.

[Spot publicitaire pour Hépatoum (médicament pour éliminer éliminer l'excès de bile...), se termine en voix off par:]

Hépatoum, c'est épatant.

09

Publicité pour Dekra, société de contrôle technique, diffusée en octobre 2001, sur diverses chaînes françaises de télévision.

Diverses chaînes de TV en France, octobre 2001

[Affichage du slogan à la fin du message; ce slogan est en même temps prononcé.]

Notre contrôle est technique
Notre service est humain

Opposition sémantique: technique vs humain

10

Manifestation de la police d'Andenne (Belgique), qui risque de ne pas être payée en janvier 2002...; slogan sur un panneau (env. 50 x 150 cm) brandi par une policière manifestante.

Pas de fric
Pas de flics

 

[Après la recherche, retour vers "comment ça s'écrit, un slogan"]

11

France Culture, émission La suite dans les idées, 07.02.2000.

[Rappel de ce slogan dans un débat (mouvementé) sur le droit de vote des étrangers.]

J'y suis, j'y vote

Slogan pour le vote des étrangers - en France - dans les années 1989-1992.

12
[2002. Slogan publicitaire pour la revue Femmes d'aujourd'hui. A la télévision, il termine le clip.]

Femmes d'aujourd'hui
Je le lis, je le vis

13

Slogan de la campagne présidentielle 2002 du PS en France

La vie en mieux
La vie ensemble

 

14

FR2, JT de 20h, 19.02.2000.

[Manifestation contre les licenciements.]

Nous sommes des Moulinex
Nous ne sommes pas des kleenex

15

RTBF, JT de 19h30, 24.10.2001.

[Salon européen du capital-risque, à Louvain-la-Neuve - Belgique; slogan d'une société d'investissement]

Nous donnons du muscle aux entreprises qui ont du nerf

16
RTBF, octobre 2001, clip publicitaire pour Monsieur Propre.

[A la fin du clip, message au bas de l'écran]

Ne vivez pas pour nettoyer
Nettoyez pour vivre

17

RTBF radio, 26/05/99, annonce du Festival (musical) de Wallonie, été 1999. Se termine par un jeu sur le sens figuré de "concert"

De concert avec vous
 

18
Décembre 2001 Panneau dans une manifestation contre la création du nouvel aéroport à l'ouest de Paris

Oxygène, oui
Kérosène, non

19
Médias TV, France, 2001.

[Publicité pour le camembert LE PETIT; énoncé final du spot]

LE PETIT
Un grand nom, ça se mérite

 

 

[Après la recherche, retour vers "comment ça s'écrit, un slogan"]

20
Calicot de manifestants, Paris, 24.06.2010

[Manif contre la réforme des retraites. Un des calicots (photo dans La Vie, 02.09.2010, p. 27.]

ON EST
MAL (RE)

TRAITÉS

graphie: trois couleurs différentes. Polysémie de " retraité"

21
ISRAËL Christophe

Journal du dimanche, 21.04.2008

[Sous le titre: JO: Les étiquettes épinglées, chapeau de l'article]
Lancée à l'initiative du collectif

 De l'éthique sur l'étiquette

la campagne "Play Fair 2008" veut attirer l'attention sur les conditions de travail des ouvriers employés par les grands équipementiers sportifs. Un rapport publié ce lundi accable les grandes marques et dénonce les systématiques violations des droits des travailleurs lors de la fabrication de produits dérivés officiels estampillés "JO".

22
Page d'accueil du site EntreMont Alliance (vu en août 2008)

EntreMont
C'est AUTREMENT bon

Graphie:
* le M de EntreMont, majuscule et en forme de sommets montagneux (cette société fromagère regroupe - entre autres - divers produits alpins)
* AUTREMENT en majuscules.

23
RTBF, radio, juin 2003.

[Publicité Hewlett Packard]

Pour un festival d'offres estivales, surfez sur hp.be]

24
RTBF, JT de 19h30, 23.03.2006.

[Manifestation d'étudiants contre le CPE (contrat première embauche). Sur un calicot:]

Ils précarisent, on s'organise

Opposition de sens: "fragile" / "fort"...

25
Médiathèque de Bagnolet, info publiée mi-novembre 2006.

[Nom d'un blog créé pour rendre compte des lectures des participants, lecteurs ou bibliothécaires, du «comité ado» de la médiathèque de Bagnolet.]

 Jeune et je lis (les gars aussi)

La revue Jeune et jolie (pour jeunes filles) fondée en 1988 cesse de paraître en 2010

26
Dépliant de LA POSTE (Belgique), début 2002.

[Sous le titre "boîte aux lettres" du dépliant, page 1, le slogan]

BOÎTE AUX NORMES,
FACTEUR EN FORME.

27
Affiches le long des routes, hiver 2002-2003

Palma
Pas mal

Anagramme pour l'oreille
Palma de Majorque

28

FR2, JT de 20h, 18.01.2003.

[Manifestation à Genève contre une guerre en Irak, voulue par le Président américain G. Bush]

Pas de Busherie en Irak

29
Panneau routier,Ville-Langy, Nièvre (France), sur la D 34.

[Vu début août 2006]

 Vigilance
Roule cool

Registre familier: tutoiement, emploi de "cool".
Allitération: [u] et [trois consonnes "liquides"]

30
RTBF, JT de 19h30, 09.12.2002.

[Bruxelles: Des opposants rwandais manifestent à l'occasion de la visite en Belgique du président Kagamé. Sur un calicot:]

Qui salue Kagamé
Salit ses mains

31

Chaînes TV, hiver 1999-2000; plusieurs diffusions du spot pour un produit de L'Oréal

[Fin du spot publicitaire]

L'Oréal
Une finesse extrême
Une coiffure parfaite

32

Slogan publicitaire du café Jacqmotte (à la TV vers novembre 2000).

Pour l'amour de l'arôme

 

 

[Après la recherche, retour vers "comment ça s'écrit, un slogan"]

 

33

Dimanche (journal hebdomadaire), 14.02.1988, p. 1.

Vingt-cinq berges pour jeter des ponts

[Slogan du 25e anniversaire du Conseil de la Jeunesse catholique, cité par le journal Dimanche]

Berge: familier, pour année (cf "pige", "balai"...)

34

Salon de la randonnée, fin mars 2001

[Slogan du salon.]

Circulez il y a le monde à voir.

* Circulez y'a rien à voir,film français réalisé par Patrice Leconte, sorti en 1983.

35

Divers médias francophones, automne 2006.

[Clichy-sous-Bois, théâtre de violences urbaines en novembre 2005. Un groupe d'animation sociale, Clichy sans cliché, se constitue pour prendre en charge les quartiers difficiles et crée un site Internet http://www.clichysanscliche.com/]

Clichy sans cliché

36

Panneau à l'entrée de Corbigny (Nièvre) vu début août 2006

Corbigny
Corbeille de vie

 

37

Divers médias en Belgique, début 2012

[Publicité orale ou écrite pour la bière de Grimbergen]

 Une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse

savoir, sagesse : registre de la qualité, de la compétence
Cinq consonnes labiales (b v)

38

Vers 2001. Ecran TV, fin d'un message publicitaire, pour SUN produit de lave-vaisselle

C'est sûr, c'est SUN!

Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Sun_(produit_lave-vaisselle)

39

Pancarte auprès d'une plage envahie par le mazout du navire Erika (brisé en deux le 12.12.99 dans le golfe de Gascogne).

TOTALEMENT IRRESPONSABLE
FINALEMENT COUPABLE

Couleur(s) comme sur la publicité de ces marques

[Après la recherche, retour vers "comment ça s'écrit, un slogan"]

40

Site yapaka.be, automne 2011 [Affiche avec ce slogan]

Trente à l'heure, tendre allure

Yapaka est un programme de prévention de la maltraitance à l'initiative du Ministère de la Communauté française de Belgique.
Trente à l'heure: limitation de vitesse près des écoles en Belgique.

 

2. Après ce parcours en... sloganie, tentons de définir un genre textuel

sommaire et édito 150 * début slogans
 

Dans les jours qui suivent, les élèves sont invités à rechercher d'autres slogans (radio, télévision, prospectus, presse écrite - notamment les "toutes boîtes"). Mise en commun avec réponses questions du début: destinataire, intention, situation, moyens d'expression.

Essayer d'en donner une définition, puis comparer celle-ci à la définition dans des dictionnaires usuels

Formule concise et frappante, utilisée par la publicité, la propagande politique, etc. (Robert)

Brève formule frappante lancée pour propager une opinion, soutenir une action * Phrase publicitaire concise et originale, conçue en vue de bien inscrire dans l'esprit du public le nom d'un produit, d'une firme (Larousse en ligne)

Formule concise et expressive, facile à retenir, utilisée dans les campagnes de publicité, de propagande pour lancer un produit, une marque ou pour gagner l'opinion à certaines idées politiques ou sociales. (TLF.)

Dans ces définitions, surligner les termes contenant les mêmes informations (p. ex. concis / bref ; frappant / expressif ; gagner l'opinion / propagande )

Deux sortes de destinataires sont visés : tantôt le consommateur, tantôt le citoyen (classons les slogans ci-dessous selon les destinataires)

 

S'agissant de se fournir d'une "boîte à outils" pour fabriquer des slogans,
il est important d'en bien identifier

la situation (quand, où, contexte...),

le destinataire

l'intention (c'est l'objectif 2)
le support (presse, tract, calicot, audio, visuel)

et surtout les moyens d'écriture ! (c'est l'objectif 1)

 

3. Voyons comment ça s'écrit, un slogan

sommaire et édito 150 * début slogans
 

Dans les "cases vides" ajoutons d'autres exemples tirés de la liste du début ou d'ailleurs (indique alors la source : bonus à la clé !)

Le sens

 

 

opposition

Adieu (...) Bonjour (3)

(...) Petit (...) grand (19)

 

 

 

 

 

équivalence ou proximité

De l'air, de l'art, de l'eau [07]

(...) avec savoir, (...) avec sagesse (37)

 

jeu sur le double sens

C'est le cas dans le slogan 05. Expliquons !

 

Le son

 

rimes et répétitions

Pour un festival d'offres estivales [23]

 

 

équivalences de rythme

Femmes d'aujourd'hui

Je le lis, je le vis [12]

 

 

Une équivalence de son renforce l'équivalence ou l'opposition de sens

Oxygène, oui
Kérosène, non [18]

 

 

 

La grammaire

 

qui parle  ?

je, nous, on, notre

Parmi les 40 exemples ci-dessus, quels sont les slogans avec je, avec nous, avec on

à qui on parle

tu, vous, votre, impératif

Quels sont, ci-dessus, les slogans avec vous, votre, ou à l'impératif

phrases (P) juxtaposées : P, P

Par exemple :

phrases coordonnées : P et P

Par exemple :

détachement ou permutation

Quel procédé dans :

L'Europe ?

J'adhère ! (02)

Ne vivez pas pour nettoyer

Nettoyez pour vivre (16)

Suite d'énoncés de même structure

Boîte aux normes, facteur en forme (26)

Notre contrôle est technique
Notre service est humain  (9)

Une écriture créative :

Voir l'encadré au début de cet article !!!

des images    Expliquons-les

des kleenex (14)

(...) du muscle, (...) du nerf (15)

Corbeille de vie (36)

(...) salir ses mains (30)

un lexique "jeune" ou familier

33 (berges)

29 (roule cool)

6 (bernique)

10 (fric, flic)

4 (blé, poulet)

des créations de mots - comment?

Busherie

Hépatoum

re-traité

langage non verbal (dessin, couleur...)

Par exemple ?

réécriture 

Retrouvons le texte remanié dans les slogans 11, 25. 34.

le signifiant comme matériau...

Quel procédé dans 27 ?

 

4. Quand le slogan est remanié : la parodie, le jeu !

sommaire et édito 150 * début slogans
 

Dans les médias

Retrouvons le slogan parodié...

*    Carlos Gomes, Le Journal du dimanche, 14 avril 2010

        Annonce du retour de l'humoriste Franck Dubosc au Camping des Flots bleus, sous le titre :
        Du bon, du tendre, Dubosc

 

*    Le Canard enchaîné, 07.05.2008, en manchette à la une : Après un an pour Sarko, un slogan pour l'An II:    

      "Ensemble, tout devient poussif !"

 

*     L'Avenir, 17.11.2001, p. 23. Titre du reportage sur l'émaillerie La Marotte à Durbuy :    

        Il n'y a qu'émail qui m'aille

 

*    Bertrand Guay, Le Parisien, 26 janvier 2012, à propos du propos de François Hollande pour la présidentielle. Titre :    

        l'UMP dénonce une «farce tranquille»

 

*    Dallynord (pseudo), Bakchich.info, 5 mars 2010, à propos de Dany Boon qui a reçu la Légion d'Honneur :    

        Tout le monde se lève pour Dany

 

*    Raphaël Garrigos, Libération, 22 septembre 2007. Titre et sous-titre :    

        Riez, vous êtes cernés ! Impossible d'échapper à la déferlante d'émissions comiques qui ravage le PAF.

 

    Cécile Bertrand, La Libre Belgique, 11 mars 2010. Le dessin représente des employés de Carrefour menacés de licenciement. Légende:

        Satisfait ou licencié 

 

*    Publicité pour Eparcyl (déodorant, désinfectant... pour fosses septiques), message TV, août 99. Message:
       
Éparcyul : La fosse tranquille

 

*    Sondron, dessinateur, L'Avenir, 7 juillet 2010 : le ministre Eric Woerth et le Président Sarkozy impliqués dans l'affaire Bettencourt (Propriétaire de L'OREAL).    

        Caricature du Président, avec la légende : Moi aussi, je le vaux bien.

 

*    Aimée Joubert, lecauseur.fr, 19 avril 2012. Des partisans de Sarkozy prennent position en faveur de François Hollande. Titre:

        Hollande, l'autre pays de l'ouverture ?

 

*    Dans 20minutes.fr, 26 décembre 2008. Election de Mini Miss France 2009. Titre en deux lignes. 
       
Mini Miss.
        Mais elles font le maximum

Vous donnez votre langue au chat ?

 

 

 Dans des classes de collège

 

Et si on parodiait des slogans de Ricard ? Des élèves ont relevé le défi !

 

Voir l'article Slalom de slogans paru dans LMDP    

sommaire et édito 150 * début slogans

Voir aussi, sous le même titre, l'article " Boîte à outils... ", paru dans le numéro 144, traite uniquement du slogan publicitaire.

  


langue maternelle*documents pédagogiques

Activités de langue française dans l’enseignement secondaire * Revue trimestrielle

 http://docpedagfrancais.be/Sitelmdp/ *  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

 

 

Numéro 150 * Septembre 2012

 

 

Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source