Astuce !

Pour toute recherche dans LMDP, ouvrez ALPHABET : accès direct à quelque 1000 documents

 

LMDP

 

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://docpedagfrancais.be/ *  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : 8000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990

Brèves de LMDP : mars 2017

Sommaire

1. Façons de réécrire : L'Être et le fainéant

Satire et intertextualité

Du remaniement à l'original et de l'original aux remaniements

2. Jouir d'ouïr : Confusion d'homophones : Laval qui rit

Le biais de l'humour...

Le biais de l'humour et des savoirs partagés

Prolongements : homophonie et écriture créative

3. Coin lecture

Parutions récentes.

Rubrique "livre du mois"

4. Le Vaugelas nouveau

Chroniques langagières dans la presse francophone

 

En guise d'édito

Décentration : voir avec les yeux de l'élève !

Experts en leur domaine, les enseignants ne parviennent plus à le voir avec les yeux de novice qu'est l'élève. Le savoir est pour eux déjà compacté, mis dans une certaine "forme", sans qu'ils soient à même de percevoir que celle-ci n'est compréhensible qu'à ceux qui savent déjà.

On entend déjà la réplique des tenants de la tradition : que voulez-vous donc alors, des maîtres ignorants, peut-être? Qui, ne sachant rien, ou pas trop, puissent davantage rester à l'écoute de leurs élèves ?

Là n'est en aucun cas la question. La question, c'est d'allier à une compétence disciplinaire - la plus solide possible, qui s'en plaindra ? - une décentration suffisante, qui permette de comprendre les difficultés des élèves, de leur propre point de vue. Les questions des élèves sont plus importantes que celles des enseignants.

Jean-Pierre Astolfi, L'école pour apprendre. L'élève face aux savoirs, ESF, coll. Pédagogies, rééd. 2010

 

1

Façons de réécrire : L'Être et le fainéant

Satire et intertextualité

du remaniement à l'original et de l'original aux remaniements

 

Lire, c'est comprendre et construire du sens, c'est identifier des types de discours, c'est aussi être capable de mettre en relation des textes avec d'autres.

D'après J.-A. Huynh & M. Le Bouffant, Le français aujourd'hui, 112, déc. 1995, p. 3-4.

Les phénomènes d'intertextualité appartiennent à un domaine où les lacunes encyclopédiques des élèves pèsent lourd, car elles peuvent empêcher une compréhension minimale. Il n'est guère aisé de réduire dans le court terme les ignorances des élèves.

Michel Descotes, Id., 121, p. 96-97).

Toute création, dans le domaine littéraire ou artistique en général, est définissable comme un processus de refaçonnement.

(C'est le fil conducteur du livre de Catherine Malabou, La plasticité au soir de l'écriture, éd. Léon Scheer, 2004)

Spacieuse, ouverte - loggia plutôt que chambre -, la lecture se poursuit alors dans les marges autant que dans le texte.

Chappuis Pierre, Le Biais des mots, José Corti éd., 1999, p. 45-46

 

A. Du remaniement à l'original

Juin 2011 : Luc Ferry, philosophe, ancien ministre de l'Éducation nationale, touche un salaire universitaire sans donner cours...

... Ce qui inspire au Canard enchaîné cette manchette à la une du 25 juin :

Le philosophe Luc Ferry s'est enfin remis au travail

Il s'apprête à publier "L'Être et le fainéant"

 

Observons la façon d'écrire :

1. Répandre une (fausse) nouvelle : le philosophe se remet au travail, il va publier.

2. Laisser entendre que l'inaction fut longue, ainsi que l'attente : "enfin"

3. Ajouter pourtant une nuance importante : "il s'apprête". S'apprêter, ce n'est pas décider, ni commencer !

4. Dévoiler le titre de l'ouvrage : c'est le scoop impertinent du Canard !

5. Eveiller le souvenir d'un autre livre [Jean-Paul Sartre, L'Être et le néant] et le plaisir d'apprécier l'insinuation, l'équivalence de sens et de son.

Clin d'oeil entre connaisseurs !

Rendons à Luc Ferry...

En fait, il a publié, tout récemment, pas moins de 7 ouvrages importants : La Tentation du christianisme (2009), Combattre l’illettrisme (2009), Quel devenir pour le christianisme (2009), Face à la crise, Matériaux pour une politique de civilisation (2009), Faut-il légaliser l’euthanasie (2010)., La Révolution de l'amour. Pour une spiritualité laïque (2010),.L'Anticonformiste : Une autobiographie intellectuelle (mars 2011).

Mais le philosophe a le sens de l'humour : ce mercredi matin 25 juin 2011, il aura sans doute été le premier à sourire des taquineries du palmipède. 

[Signalons qu'il vient de publier avec Jacques Attali 7 façons d'être heureux, aux éditions XO.]

la lettre et le néant julibel

 

Quelques exemples, encore - Florilège

sommaire * début satire/intertextualité

 

Références : situation, sources Citations Propositions pour un commentaire

Hervé Gattegno, Le Point, 06.04.2012. Sarkozy, candidat à la présidentielle, publie Lettre au peuple français.  Titre. Extrait du chapeau

Sarkozy, la lettre et le néant

(...) une énumération d'idées consensuelles, un peu creuses. Bref, elle est inutile.

Les trois adjectifs éclairent l'allusion au titre de Sartre !

Régis Sourbrouillard, Marianne, 30.04.2015 : Michèle Alliot-Marie élue députée européenne... Titre. Extrait du chapeau

Alliot-Marie, c’est Cosette au parlement européen

(...) elle a juré qu'elle n'y allait pas pour une question d'argent. Avec 11.000 euros par mois, MAM se préparerait presque des fins de mois difficiles.

Antiphrase de "fins de mois difficiles" et choix de l'acronyme familier MAM. Cosette, personnage du roman Les Misérables de Victor Hugo. Son nom est devenu synonyme d'enfant maltraité

Jean-Marc Proust, slate.fr, 02.10.2016 : rupture entre Nicolas Sarkozy et Patrick Buisson, auteur de La cause du peuple, pamphlet contre le candidat. Titre. Chapeau. Début

À la recherche du militant perdu

La rupture Buisson-Sarkozy, un roman proustien

Le conseiller de l'ombre a découvert qu'il avait passé dix ans avec un candidat qui «n'était pas son genre».

"proustien" : il y a aussi une... rupture dans le roman évoqué, et Proust journaliste cite Proust romancier : «J'appelle ici amour une torture réciproque.»

France Culture, 21.05.2014, Journal de 12h30. Les trains achetés par la SNCF sont trop larges. L'avis d'un parlementaire en studio :

Est-ce qu'on est dans Courteline ? Est-ce qu'on est dans Kafka ?

[et il ajoute] Probablement quelque part entre les deux !

Bonne hypothèse ! Car l'un évoque plutôt  le comique, le ridicule ; l'autre, le dramatique, le grave.

La courbe du chômage en baisse, ou stabilisée ? La manchette du Canard enchaîné du 29.01.2014 pointe les divergences entre le président Hollande et le ministre Sapin...

La tragi-comédie des chiffres du chômage

Hollande : C'est pas moi, ce sont les courberies de Sapin !

L'insinuation est forte : Sapin serait comme le Scapin des Fourberies... ? Observons aussi une permutation de sons, amorce de contrepet.

David Revault-D'Allonnes, Libération, 18.10.2006, commente le premier débat télévisé entre les trois candidats PS à la Présidentielle. Titre. Extrait du chapeau

La guerre des trois n'a pas eu lieu

Les prétendants ont fait jeu égal (...)

En lice : Ségolène Royal, Laurent Fabius, Dominique Strauss-Kahn. Jean Giraudoux, en son Olympe, aura peu apprécié le rapprochement.

Un livre à succès édité en 25 langues! Corinne Maier publie en 2004 un pamphlet contre l'entreprise, sous le titre :

Bonjour paresse

Elle avait songé à intituler l'ouvrage Le travail qui tue. Elle juge plus drôle de détourner le titre d'un  roman de Françoise Sagan

Stéphanie Belpeche, Journal du Dimanche, 20.01.2008, évoque le film de Tim Burton, Sweeney Todd, sanglante histoire de barbier égorgeur... Titre.

Barbier de sévices

Bien différent du Figaro de Beaumarchais, ce barbier ! Séville, sévices : bonne humeur, férocité ; brume de Londres, soleil d'Espagne... L'équivalence de sons renforce l'opposition de sens.

Bruno Rieth, Marianne, 04.11.2016, relate le débat au PCF : préférer à Jean-Luc Mélenchon, du Parti de Gauche, un candidat issu de leur parti.  Titre :

 

En attendant coco

D'un titre à l'autre... De la scène d'une réflexion grave sur le destin, signée Samuel Beckett, à celle d'un marchandage politicien ; du héros pathétique au camarade, par une équivalence sonore.

 

B. De l'original aux remaniements

sommaire * début satire/intertextualité

 

Couvrez ce sein que je ne saurais voir !

...Par de pareils objets, les âmes sont blessées,

Et cela fait venir de coupables pensées."

Molière, Tartuffe, Acte III, scène 2).

* Pascal Riché, Nouvel Obs', 25.12.2012 :

Couvrez ce sein ! Les Tartuffe sont de retour

Notre "une" de fin d'année fait jaser, à cause du sein découvert de Camelia Jordana. Là où l'imbécile regarde le sein, le sage voit la Liberté.

* Éric Favereau, Libération, 07.11.2009 :

Ce vaccin que je ne saurais voir

La majorité des Français se méfient des injections antigrippe A alors que la campagne gouvernementale doit débuter jeudi.

* Mourad Guichard, Libération, 28.12.2009 :

Cachez ce drapeau que je ne saurais voir

Dans la petite commune de Sully-sur-Loire, le maire interdit tout drapeau à l'intérieur de la mairie, lors des mariages. A l'exception du drapeau français.

* Diane Saint-Réquier, L'Express, 16.04.2012 :

Buisson-Mélenchon, cachez cette amitié que je ne saurais avouer

Ce lundi, le candidat Front de gauche a été sommé de s'expliquer sur ses rapports avec le conseiller de Nicolas Sarkozy, dont les idées flirtent plus avec l'extrême droite qu'avec "la vraie gauche".

* Alain Auffray, Libération, 16.08.2016 :

Cachez ces excès de tissu

Interdiction du burkini : un pavé dans la mer (...) Visé, sans être explicitement cité : le burkini, ce maillot de bain islamique.

Le vieil homme et la mer

Roman d'Ernest Hemingway, 1951

* Sylvie Andreau, Le journal du dimanche, 04.12.2010 :

Les vieux hommes et la mer

Pour séduire une clientèle qui a majoritairement 60 ans et plus, les fabricants de bateaux, réunis au Salon nautique de Paris, misent sur le confort et la maniabilité.

* François Reynaert, Nouvel Obs', 15.10.2016 :

Le vieil homme et la Shoah

À 83 ans, le grand historien Saül Friedländer publie son autobiographie. Le militant de la paix parle de ses travaux, de sa vie en Israël et de l'instrumentalisation du génocide.

*.Philippe Broussard, L'Express, 20.11.2007 ;

Le vieil homme et l'honneur

Pendant des décennies, un ancien diplomate français, accusé à tort d'être un agent de l'Est, s'est battu pour la vérité. Alexis de Gosson de Varennes vient de s'éteindre à 90 ans.

* Terreur Graphique (caricaturiste), Libération, 05.05.2015 :

Le vieil homme est amer

Exclu du FN, Jean-Marie Le Pen est représenté torse nu avec des femen et l'inscription "Heil Le Pen"

 

 

Il faut sauver le soldat Ryan

Film de Stephen Spielberg, 1998

 

 

* Marc De Boni, Le Figaro, 02.08.2013 :

Il faut sauver le soldat UMP

Au sein de l'UMP, sommé de rembourser 11 millions d'euros en raison de l'invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, les esprits s'échauffent et la course aux dons s'engage.

* X, Libération, 08.02.2008 :

Qui veut sauver le soldat Dati ?

Depuis quelques temps, la garde des Sceaux collectionne revers et camouflets en tout genre. Hier, Jean-Pierre Raffarin et Christine Lagarde ont tenté de lui venir en aide.

* Adrien Rouchaléou, L'Humanité, 25.04.2016 :

Solférino à la rescousse du soldat Hollande

Les sondages alarmistes pour le président ont mis le PS en panique. Sa direction tente le tout pour le tout dans une « contre-offensive » qui pour beaucoup semble lunaire. [rue de Solférino : siège du PS]

* Carole Bien-Aimé, lepost.fr, 23.02.2012 :

Il faut sauver le soldat Obama

Aucun président sortant n'a été réélu sur fond de crise. Le challenge que représente cette ré-élection est donc immense et le suspense à son comble!

Veni, vidi, vici

Jules César, au Sénat romain, v. 47 ACN

* Éric Van De Woestijne, La Libre Belgique, 01.12.2007 :

Yves Leterme, formateur du gouvernement, a sans doute échoué... Il démissionnera le jour même.

Veni, vidi, fini

* Mathieu Deslandes, Rue89, 04.04.2012 :

Pierre Moscovici, enfant gâté du PS a vieilli, a laissé passer beaucoup d'occasions. S'il est élu, Hollande fera-t-il de lui son secrétaire général à l'Élysée ?

Veni, vidi, Moscovici

* Sondron (caricaturiste), L'Avenir, 16.02.2005

Maria Arena, ministre de l'enseignement obligatoire, renoncerait à supprimer le latin..

Veni, vidi, repli

* Charlotte Meyer, Mediapart, éd. Lycéens, 14.12.2015 :

Lendemain d'élections régionales. Nette poussée du Front National : « En laissant le Front National revenir à l’assaut, (...) nos politiciens reçoivent aujourd’hui le fascisme en pleine figure. »

Veni, vidi, Vichy

* Kevin Plasman, La Libre Belgique, 06.08.2012 :

Avec le numérique, la K7 audio est enterrée et le Compact Disc moribond. Par contre, les disques vinyles, eux, coulent des jours paisibles, et même plus.

Vyniles, vidi, vici

sommaire * début satire/intertextualité

2

 Jouir d'ouïr : Laval qui rit

 

Confusion d'homophones : le biais de l'humour

 

Le comique que le langage crée....

...il faut distinguer entre le comique que le langage exprime, et celui que le langage crée. Le premier pourrait, à la rigueur, se traduire d'une langue dans une autre, quitte à perdre la plus grande partie de son relief en passant dans une société nouvelle, autre par ses moeurs, par sa littérature, et surtout par ses associations d'idées. Mais le second est généralement intraduisible. Il doit ce qu'il est à la structure de la phrase ou au choix des mots. Il ne constate pas, à l'aide du langage, certaines distractions particulières des hommes ou des événements. C'est le langage lui-même, ici, qui devient comique. (p. 436).

Henri Bergson, Essai sur la signification du comique, 1900, Édition du centenaire, PUF, 1963

 

 

Jean-Claude Laval, présentateur à Europe1 dans les années 80, publie chez Hachette, en 1988, sous le titre Laval qui rit, un florilège de ses plaisanteries passées à l'antenne.

Observons le lecteur à l'oeuvre :

Il voit une suite de mots.

Il entend une suite de sons : [lavalkiRi]

qui se transcrit Laval qui rit  

mais aussi... la Valkyrie

et aussitôt, sa mémoire active un souvenir :

La Valkyrie, deuxième des quatre drames lyriques  L'Anneau du Nibelung de Richard Wagner, 1870

Durée de l'opération : à peine une seconde.

Encore eût-il fallu....

.. que le lecteur-auditeur ait autrefois enregistré et conservé ce souvenir dans les circuits de sa mémoire !

Si ce n'est pas le cas, le voilà proprement disqualifié, mis hors-jeu !

D'autres, auprès de lui, auront pu apprécier ce jeu sur la sonorité : « une forme, deux textes »...

Lui, pas !

Professeurs de français, nous connaissons bien ces situations où professeur et élèves (ou les élèves entre eux)  ne partagent pas les mêmes savoirs...

 

Une forme... deux textes - Florilège

 

Couples d'homophones : le biais de l'humour...

 

Références : contexte, source...

Citation

Propositions pour le commentaire

Le Canard enchaîné, 23.02.2005. La presse harcèle Hervé Gaymard, ministre des finances, pour son train de vie luxueux (locations coûteuses d'appartements).  Démission imminente...  mais le Canard anticipe ! Titre :

Bail, bail, Hervé Gaymard !

Bye, bye : le choix d'un registre assez familier ("copain-copain"...) dénote une déconsidération du personnage.

Candidat à la présidence de l'UMP, J.-Fr. Copé avait ironisé sur le pain au chocolat mangé pendant le ramadan. Parmi les réactions sur Twitter; celle de Pete Mc Vries, 05.10.2012 :

Les pains au chocolat aux français, les croissants aux beurs

Jeu sur l'homophonie, sur la connotation assez dévalorisante de beur, sur la double lecture de croissant (forme ou emblème), sur la syntaxe (variation de sens de aux).

Le Canard enchaîné, 16.08.2006, à la une : Fidel Castro, 80 ans, sort d'une opération. Manchette en deux bulles.

Castro filmé dans sa chambre...

C'est le culte de la personne alitée !

Mise en scène du pouvoir sur son déclin... Regard ironique sur la perception du pouvoir fort détenu par un lider maximo octogénaire 

Christophe FRANCKEN, La Libre Belgique, 06.10.2015, p. 28 : Jean-François Gillet, de l'équipe de Malines, stoppe trois penalties contre Anderlecht... Titre

 

Un Gillet pare-balles

Double sens de balles, et - à l'oral - de Gillet. l'emploi de pare-balles donne au récit une allure de chronique militaire.

LETIST Fernand, Le Soir, 06.09.2003, p. 39. Reportage sur Elio Di Rupo, président du PS. Titre de l'article :

Elio-tropismes médiatiques

Rapprocher le prénom et le... Soleil : on est dans le registre de l'humour et de l'hyperbole. Médiatiques... Le journaliste explique : Il est très internet, plutôt presse écrite et un peu télé.

Arte, TV, décembre 2000, clip publicitaire pour un film de Woody Allen, montrant l'artiste courant çà et là avec empressement. Fin du commentaire :

A courir comme il le fait, comment Woody peut-il faire pour ne pas perdre Allen.

Woody Allen agité : l'image nous est familière. L'artiste en verve créatrice garde tout son... souffle.

Pierre Olivier, La Croix, 21.07.12. p. 8. Grille de mots croisés. Pour trouver un mot de trois lettres, cette définition :

Ils pèsent de tout leur poids et altèrent.

Réponse : les ans. Un peu d'humour noir : associer poids des ans (déclin...).et poids et haltères (sport, vitalité...)

 

sommaire * début homophones

Couples d'homophones : le biais de l'humour et des savoirs partagés...

 

Références : contexte, source...

Citation

Des savoirs à partager...

Philippe Azouri, Libération, 16.02.2011. Sortie de The Hunter, film de Rafi Pitts. Sorti de prison, Ali,, veilleur de nuit, affronte la police de Téhéran. Titre de la recension :

 

Perse et police

 

Perse, l'ancien nom de l'Iran, dont Persépolis fut une capitale. Le régime en place vers 2010.... Et cette hypothèse : un pouvoir fort, aujourd'hui comme... jadis ? !

Le Canard enchaîné, 26.05.2010 à la une. Jet de bouteilles sur Sarkozy en visite à Beauvais...  Le journal imagine ce commentaire de Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur : 

C'est un coup de la bande à bonne eau !

Jules Bonnot, 1876-1812, célèbre chef d'une bande criminelle. Voir . La Bande à Bonnot, film de Philippe Fourastié, 1968.

France-Inter, 14.01.1996, émission  Rien à cirer, de Laurent Ruquier, qui évoque le dépôt de roses par les chefs d'Etat aux obséques de F. Mitterrand, le 11. Boris Eltsine, parmi eux : combien de roses ?

Il se contentera de six roses

Allusion claire à sa propension alcoolique, à la menace d'une grave maladie du foie, qu'il est bienséant de pas nommer. Subtil, délicat... Et féroce.

Marianne, 21.01.2016. Le pari de Sarkozy, de retour  après une brève éclipse. Il va publier La France pour la vie. Un dîner avec Hollande et le cardinal Barbarin, puis il ira à la messe dans une église restaurée.  Et le journaliste apprécie... :

Le pari vaut bien une messe

Paris vaut bien une masse, phrase attribuée au Béarmais protestant Henri IV qui rejoindra Paris, une fois converti au catholicisme. Un cardinal, une messe... ça peut faire gagner des partisans. Rester pour la messe n'est pas anodin, dit le journaliste.

Martial Dumont, L'Avenir, 13.01.2017, p. 6. Ancienne ministre de la mobilité, Jacqueline Galant publie Je vous dis merde, où elle s'en prend à son parti, le MR. Titre :

Les dents de l'amère

Évoquer le thriller de Spielberg (1975) est plus qu'un jeu sur le son. Dans le film comme pour la femme blessée, c'est le vécu d'un affrontement sans pitié. Ici et là, un monde de... requins.  

Fabrice Rousselot, Libération, 15.05.2004. Gael García Bernal, 25 ans, acteur mexicain et révélation latine du moment, est deux fois présent à Cannes : en travesti dans La mauvaise éducation de Pedro Almodovar et en Che Guevara dans Carnets de Voyage, de Walter Salles..  Titre :

T'es qui, là?

On découvre et apprécie un acteur capable d'incarner des personnages bien différents ! Un talent souligné par le journaliste. Connaissez-vous le tequila ? Originaire, justement, de quel pays ?! Vous voyez l'astuce...! Lire l'article de F.R.: 

Christophe Ono-dit-Biot, Le Point, 05/05/2011. Bernard Pivot publie Les mots de ma vie, autobiographie en forme d'abécédaire. «Sensuel  et surprenant», dit le journaliste. Titre :

Le roi Lire se livre

L'oracle de la revue Lire " régifié " ! Mieux encore, consacré héros shakespearien ! Jeu sur le son et  sur le sens : (se) livre.

King Lear : cette tragédie date de 1603.-1606.

 

 

Homophones, encore. Quelques prolongements :

 

Des cannibales arrivent. Les taux se desserrent. [Libé 06.02.2017]

        Quand j'entends ça, j'écris quoi ?

        Énoncés ou formes verbales homophoniques

Du nougat pour Nougaro

        Glisser des suites homophones dans un texte (récit, description, lettre, slogan...)        

 

Gal, amant de la reine, alla, tour magnanime,

Galamment de l’arène à la tour Magne à Nîmes.

Marc Monnier (1829.1885), historien, romancier, satiriste, traducteur (du Faust de Goethe), professeur de litttérature (Un. de Genève), a commis ce célèbre distique holorime. Autres exemples

 

sommaire * début homophones

 

3

Coin lecture

 

..est illettré, pour moi, le lecteur qui refuse qu'on dérange ses habitudes de lecture. 

Louis Dubost

 

Parutions récentes

 

Michel Schneider, Pascal, Buchet-Chastel, 2016, 288p., 12 €.   

Attentif au travail d'écriture du penseur, il observe comment sont mis en scène les mots essentiels : ordre, vérité, cœur, figure, preuve, Dieu...

« Pascal n’est personne. Il est celui qui ne sait pas qui il est mais qui le sait mieux que personne. Il est chacun de nous. »

 

Claude Duneton et Sylvie Claval, Le bouquet des expressions imagées, Laffont, 2016, format numérique, 23€, format papier, 1728 p., 35€. U ne anthologie des expressions populaires avec leur origine : 30.000 expressions répertoriées depuis le XVIe siècle.

 

Pascal Quignard, Les larmes, Grasset, 2016, 2016, 224 p., 19 €

La naissance du premier royaume, celui de la langue française, racontée à la manière d'une chanson de geste.

« Le 14 février 842, un vendredi, à la fin de la matinée, sur le bord de l'Ill, dans un froid terrible, sur les lèvres des soldats francs, quand ils ont à proclamer leurs serments, une étrange brume se lève. On a appelé cette brume le français. »

« (...) au travers de la langue, dans la langue même, c’est une littérature qui naît. » [La Croix] [L'Humanité]

 

Et la BD fut, numéro 6 de la Collection Le magasin du XIXe siècle, (Société des Études romantiques et dix-neuviémistes), éd. Champ Vallon, 2016, 304 p., 25€.

La plume et le crayon de Grandville, Töpffer, Nadar, Doré, Rops, Robida et autres, en rupture avec les normes de leur époque .Un parcours qui mène au 56 de l'avenue de la Toison d'Or à Ixelles, où Edmond Picard reçoit, dans les années 1880, des artistes de l'école belge contemporaine.

Table des matières sur Le Magasin du XIXe siècle

 

Rubrique "livre du mois"

sommaire * début lecture

Janvier 2017

Février 2017

Mars 2017

Marc Grassin (dir.)

L'entreprise : un lieu pour l'homme

Les fondamentaux en question

Chronique Sociale, 2015, 128 p., 14,50€

Disons d'emblée qu'on y trouve des analyses et des propositions qui intéressent d'autres milieux d'action commune que l'entreprise proprement dite. Le monde de l'enseignement et de l'éducation, entre autres. C'est dire que ces pages, rédigées par une équipe d'experts, peuvent souvent nous interpeller.

L'entreprise doit être tout autre chose que le théâtre d'une civilité complaisante et polie qui ne mène à rien" (9) ; le dialogue, la rencontre sont nécessaires, car "il n'y pas de rencontres véritables qui ne soient une déstabilisation, un pas vers une reformulation de soi, une redéfinition de ses comportements" (ibid.). C'est pour cette raison que l'entreprise est "un défi humaniste" (26), un lieu où la capacité d'agir doit être indissociable de la capacité de parler (v 39), un lieu où le temps pour faire devient un temps pour être : c'est le titre du chapitre 4 ! (63)

 Les auteurs n'éludent pas le problème de la mobilité que vivent de nombreux acteurs de l'entreprise. "Le corollaire de l'homme mobilisable n'est-il pas l'homme démobilisé, démotivé ?" (81) Comment y faire face ? En renforçant l'intériorité "où sont logés nos racines, notre culture, notre foi, nos croyances, nos peurs, nos convictions, nos souvenirs, nos connaissances, nos émotions, nos pensées..." (87) : c'est en réintégrant cette intériorité que "la mobilité ou le nomadisme n'est pas une errance" (88).

Le dernier chapitre - L'entreprise communique, l'homme parle ! - revient sur ces 'fondamentaux" déjà souvent évoqués : rencontre, dialogue, participation, responsabilité. Avec Montaigne comme témoin (106) : « Nous ne sommes hommes, et nous ne tenons les uns aux autres que par la parole. » Il faut donc rejeter cette logique, à la fois violente et improductive, où "l'entreprise et ses protagonistes (...) communiquent toujours plus, mais se parlent de moins en moins" (110).

Philippe Breton

Éloge de la parole

Éd. La Découverte, 2003, 1992 p., 14.50€

"Si la parole mérite, pour le moins, un éloge, c'est comme fondement d'un humanisme renouvelé."

Tels sont les derniers mots du livre (187). Et cette conviction s'affirme constamment : "La parole est une alternative à la violence du monde" (9). Citant Novarina - il y a une lutte depuis toujours entre la parole et les idoles - il assigne à la parole la mission de dénoncer les fausses valeurs, les fausses promesses et toute forme de désinformation ( v. 39). C'est en effet "à la libre expression de la parole que s'en prennent, toujours en premier lieu, les démagogues" (52). Cette prise de parole n'est pas une prise du pouvoir : elle exerce une force, à coup sûr, mais "sans engendrer de domination" (62) ! De cette façon, "le pouvoir civilisateur de la parole tend à remplacer la parole du pouvoir (160).

Et il s'impose, bien sûr, que la parole soit partagée. Et que la parole de l'autre soit respectée ! Tel est l'enjeu de ce que l'auteur appelle "la symétrie démocratique" (136).

D'où l'importance capitale de l'écoute et de l'empathie ! Et il cite de nouveau Novarina : «La parole nous a été donnée non pour parler mais pour entendre.» (180) D'où l'importance de l'objectivation - c'est-à-dire de la distance prise par rapport à ses propres émotions - et surtout de l'engagement : la parole est... une parole donnée : "la parole engage celui qui la tient" (183). D'où l'importance de la symétrie, où "la parole de l'un vaut celle de l'autre" (184). Et il cite à ce sujet Levinas : «Même quand on parle à un esclave, on parle à un égal.» 

*

Signalons, pour terminer, cette forme de parole qui nous semble très féconde, qui mérite un... éloge tout particulier : l'auteur l'appelle "parole intérieure, parole silencieuse, dialogue avec nous-mêmes" (78). Elle prolonge et prépare le dialogue avec autrui, elle est capitale dans la prise de décision.

Dans le brouhaha des échanges, l'intériorité pourrait devenir une denrée rare...

Martine Joly

Introduction à l'analyse de l'image

1993, Nathan, rééd. Armand Colin, 2015, 160 p., 13.90€

Saluons cette réédition récente, enrichie de nombreuses informations, notamment dans une riche bibliographie commentée (11 pages !) ainsi que dans l'index, et, plus spécialement, dans une réflexion originale et clairvoyante sur cette  "accélération de l'information visuelle" due à l'image numérisée : "une profusion d'images dont on ne sait pas toujours que faire" (146).

De Lascaux à sa forme numérisée, l'image est le produit et le reflet de notre histoire, de notre culture. Imitatrice, est-elle pour autant fidèle ? Il faut évoquer ici cette "Querelle des images" opposant pendant quatre siècles iconophiles et iconoclastes (v. p. 14). Soi-disant fidèle au réel, elle peut aussi bien être éducative et enrichissante que subtilement manipulatrice.

D'où l'importance de l'éducation à l'analyse de l'image pour mieux comprendre à la fois "ce qu'elle dit et surtout comment elle le dit " (28) ! Sous le titre Objectifs et méthodologie de l'analyse, s'appuyant surtout sur Roland Barthes et sa célèbre Rhétorique de l'image, 1964, l'auteure concentre en quelques pages décisives (48-52) des orientations qui nous paraissent  essentielles : un passage obligé pour saisir la pertinence de l'ensemble de l' ouvrage !

Pour illustrer sa méthodologie, elle nous présente, (pp. 60-69), une analyse de quatre tableaux : Usine à Horta de Ebro, de Pablo Picasso  (1909), Le souper à Emmaüs, du Caravage (1601),  La Vierge Marie, Sainte Anne et l'enfant Jésus, de Léonard de Vinci (1501) La bataille de San Romano, de Paolo Ucello (1456-1460). Et plus loin, après avoir longuement (pp. 94-118) fait observer la spécificité du langage de cette "image prototype" (74) qu'est le message publicitaire, elle nous fait découvrir les intentions et les procédés d'une double page de pub pour Malboro Classics parue dans le Nouvel Obs' du 17 octobre 1991.

Ces cinq exemples sont malheureusement en noir et blanc ! Mais c'est  brillant, c'est exemplaire !

On l'a compris : voilà un outil indispensable pour une lecture avisée de l'image.

 En couleur : Usine à Pablo Horta * Le souper à EmmaüsLa Vierge Marie, Sainte Anne et l'enfant Jésus * La Bataille de San Romano

4

Le Vaugelas nouveau

Chroniques langagières dans la presse francophone

 

Bonne humeur et bel humour, ce Vaugelas !

Le (sou)rire, véhicule de vérité

[Jorge de Burgos observait qu'il n'est pas permis d'orner d'images ridicules les livres qui contiennent la vérité.]

Et Venantius observa qu'Aristote lui-même avait parlé des traits d'esprit et des jeux de mots, comme instruments pour mieux découvrir la vérité, et que, partant, le rire ne devait pas être mauvais s'il pouvait se faire un véhicule de vérité.

Umberto Eco, Le nom de la rose, Grasset, 1982,, p. 143.

 

Auteur : Pascal Paillardet

Notice La Vie Facebook

Titre des chroniques : Encore un mot

 D : définition * C : citations

omnicanal

12.07.2016

 

Êtes-vous omnicanal ?

[D] L'Italien est un être profondément « omnicanal ». Il parle avec la bouche, les mains, et parfois avec des yeux de velours quand il exerce la profession de gondolier romantique à Venise. Il communique sur plusieurs canaux à la fois, comme le suggère le beau terme d'«omnicanalité». (...)

[C] (...) « L'omnicanalité est souvent vue comme une évolution du multicanal où l'utilisation simultanée des canaux disponibles est mieux optimisée. »
Site Définitions Marketing, l'encyclopédie illustrée du marketing, 28 janvier 2016.

Lire la suite

 

post-vérité

12.01.2017

En “post-vérité“ je vous le dis...

[D] Si la vérité gît au fond du puits, la post-vérité flotterait-elle dans la nappe phréatique ? D’éminents confrères, en apnée dans la post-modernité, la traquent assidûment, partout où elle se cache. Ils l’ont dénichée dans le dictionnaire Oxford (...).,

[C] (...) « Nouvelle ère ou concept fumeux ? La “post-vérité” en débat dans le Club des idées (…) Ce qui est surprenant, c’est de voir la vitesse à laquelle cette notion s’est imposée justement comme une vérité, sans subir un véritable examen critique. »
France culture, 6 janvier 2017.

Lire la suite

 

prédicat

19.01.2017

Le facteur, la lettre et le "prédicat"

[D] Que fait le facteur quand il distribue le courrier ? « Ben, son métier ! », ricanent les cancres du fond de la classe. Les fayots du premier rang savent bien, eux, qu’il fait quelque chose de bien plus beau : quand il distribue le courrier, le facteur à bicyclette fait de la grammaire. Il donne en pédalant un exemple de ­prédicat . Bardé de sa sacoche gonflée de nos missives les plus tendres, le préposé participe à l’expérience linguistique. (...)

[C] Les citations sont surtitrées Sans un pli :

(...) « Le prédicat est le nouveau concept fourre-tout de la grammaire moderne, ode à la cuistrerie contemporaine, on y met ce qu’on veut, les cahiers au feu et les compléments circonstanciels au milieu. » Les Echos.fr, 10 janvier 2017.

Lire la suite

triangulation

07.02.2017

Petites “triangulations“ entre amis

[D] C’est la position à la mode dans le Kama-sutra politique. Une expression imagée pour la qualifier, comme « le triangle ardent » ou « le delta du plaisir », lui assurerait davantage de notoriété. Les pratiquants l’appellent assez crûment la « triangulation ». Mais ils ont cet air gourmand de ceux qui savent combien il est bon de trianguler entre amis ! (...) François Hollande, friand de « billard à trois bandes », a longtemps été considéré comme un crack de la « triangulation », avant de rester coincé dans un angle mort.

[C] La France sort de dix ans de “triangulation” avec des présidents successifs – Nicolas Sarkozy et François Hollande – qui ont délibérément occupé le terrain politique de leurs adversaires. Blog du fondateur de MCBG., Huffington Post, 23.02.2017.

L’identité de jeu, c’est la triangulation, l’échange de passes, l’infiltration. Adenor Leonardo Bacchi, dit Tite, sélectionneur de l’équipe de football du Brésil, L’Équipe, 21 juin 2016.

sommaire * début Vazugelas

Auteur : Michel Francard

Notice Le Soir

Titre de ses chroniques : Vous avez de ces mots

cacahouète

10.12.2016

Tirer la cacahouète

Comment tirer son plan sans tirer la tête pour les cadeaux de Noël…

Saint Nicolas à peine reparti, il est grand temps de préparer les fêtes de fin d’année. Les défis sont multiples : trouver un sapin qui-sent-bon-et-qui dure-longtemps, imaginer des menus pas-trop-bourratifs-et-originaux, dénicher des cadeaux qui-ne-se-retrouveront-pas-sur-eBay-le-26-décembre et mille autres exploits qui rendront, une fois de plus, ces moments mémorables. Mais n’oubliez pas l’essentiel : tirer la cacahouète .

Tradition récente, mais devenue indispensable pour agrémenter certains réveillons de Noël en famille, tirer la cacahouète s’impose comme un art d’offrir peu onéreux, convivial et que l’on espère original. (...)

Lire la suite

l'enfer

21.01.2017

L’enfer, c’est les autres. Vraiment ?

La grammaire aussi a ses raisons que la raison ne connaît point…

« L’enfer, c’est les Autres » dit Garcin dans la pièce Huis clos de Sartre. Et non « L’enfer, ce sont les Autres », variante possible dans ce contexte. Comme peuvent coexister « c’est toujours les meilleurs qui s’en vont » et « ce sont toujours les meilleurs qui s’en vont ». Par contre, vous direz : « c’est vous les meilleurs » et non « ce sont vous les meilleurs ».

Dans ces énoncés, l’accord du verbe est régi tantôt par le sujet singulier ce, tantôt par l’attribut. Le plus souvent, les deux possibilités sont admises ; toutefois, dans le cas des pronoms personnels nous et vous, seul l’accord avec ce est toléré. Cette disparité, résultat de l’histoire de la construction c’est , entraîne parfois des questions existentielles. Mais dans ce cas, l’enfer, c’est nous ! (...)

Lire la suite

soldes

28.01.2017

Soldes chéris, chéries !

Il n’est point de bonnes soldes, sinon celles qui vous enrichissent…

« Pour le budget familial, elles font du bien. – Quoi donc, cher ami ? – Les soldes de janvier, pardi ! » J’entends déjà gronder de toute part les protestations : encore une confusion entre LA solde que reçoit un militaire et LE solde (souvent au pluriel) vendu au rabais.

L’histoire du français invite à ne pas crier trop vite au scandale dans le cas de cette confusion. Outre qu’ils partagent quelques liens étymologiques, solde 1 et solde 2 ont tardé à voir leur genre se stabiliser dans l’usage, la distinction féminin/masculin confortant la différence sémantique. (...)

Lire la suite

Droit dans

ses bottes

03.02.2017

Droit dans ses bottes

 - Cette chronique va droit au but. Ça vous botte ?

Parmi les mots qui se détachent de l’actualité politique récente, botte occupe le haut du pavé. Non à cause de bruits de bottes, mais grâce au succès de l’expression droit dans ses bottes, par laquelle un ministre démissionnaire exprimait sa conviction profonde : il n’avait rien à se reprocher.

D’autres personnalités politiques, belges et françaises, ont usé du même tour (linguistique). Mais un examen attentif permet de comprendre que l’expression (être, rester) droit dans ses bottes n’a pas exactement le même sens à Paris, où elle renvoie à une attitude ferme, et à Namur, où elle évoque plutôt une conscience tranquille. (...)

Lire la suite

tout

25.11.2016

Un peu de TOUT

Tout tout tout, vous saurez (presque) tout...

Les cours de grammaire véhiculent quelques certitudes rassurantes. L’une d’elles est la caractérisation traditionnelle de l’adverbe comme un «mot invariable». L’unanimité sur ce point s’accommode pourtant d’exceptions, parmi lesquelles l’adverbe tout.

Tout varie devant un adjectif féminin qui commence par une consonne (la vérité toute nue) ou par un h aspiré (toute hautaine qu’elle soit). Par contre, si l’adjectif féminin commence par une voyelle (une vie tout entière) ou par un h muet (elle est tout heureuse), la liaison rend audible le -t final : la graphie tout peut être conservée.

Cette fluctuation est une survivance d’un état de langue ancien où tout adverbial variait régulièrement en genre et en nombre. Aujourd’hui, tout est devenu plus compliqué... (...)

Lire la suite

Auteurs : Quentin Périnel [P] , Alice Develey [D]

Et la rubrique Langue française du Figaro

burnout

01.06.2014

Dictionnaire des anglicismes les plus insupportables au bureau. [P]

«Burnout», «conf call», «printer»... Des termes qui inondent nos open-space, et qui prennent peu à peu le contrôle de nos discussions corporate. Le Figaro a établi un petit dictionnaire des termes les plus affreux.

Vous les détestez, et vous frissonner quand l'un de vos collègues en utilise un, au bureau d'à côté. Et pourtant vous les utilisez - parfois - aussi, car il est compliqué de ne pas se laisser influencer. Les anglicismes qui sont employés à tort et à travers en entreprise sont un véritable fléau. (...)

Lire la suite

sur Paris

23.01.2017

Les expressions à bannir au bureau : «Je travaille sur Paris !» [P]

N'y voyez pas malice: nulle trace de parisianisme - quelle horreur! - dans ce titre. Je démens formellement. J'aurais pu faire le même avec Nantes, Bordeaux, Tourcoing ou n'importe quelle autre ville française... Cette grossière erreur est reproductible à merci, et dépasse très largement les frontières du périphérique. (...) Vous habitez «sur» Paris? Traduction: vous habitez au-dessus de Paris? Vous surplombez la capitale, peut-être en plein VIIe, depuis un penthouse au dernière étage d'un immeuble très élevé? Dans un appartement que vous avez fait surélever - c'est très à la mode - par un architecte? C'est risible et prétentieux! Vous travaillez «sur» Paris? Dois-je en déduire que vous terminez une brillante thèse de fin d'études consacrée à la capitale? (...)

Lire la suite

poucave

27.08.2016

Parlez-vous le langage des ados ? [D]

«C'est dar», «gova», «poucave»... Ces expressions langagières aussi novatrices qu'inventives sont désormais courantes dans les cours de lycée. Êtes-vous à la page ou du moins assez «swag» pour maîtriser le vocable préféré de nos chers étudiants ? (...)

Ils sont jeunes, chevelus (pour la plupart), inventifs (et souvent incompris) et parlent avec un langage bien à eux. Tarabiscoté parfois, capillotracté souvent, inaudible tout le temps... le parler jeune est bien difficile à comprendre. En effet, que peut saisir le non-initié dans «oklm, ma daronne fait sa poucave avec mon khey.»? Sûrement le possessif «ma» et le verbe «faire»... (...)

Lire la suite

Auteur : Jacques Drillon

Brassens

15.03.2011

Pourquoi les chansons de Brassens sont parfaites.

Derrière l'anar au grand cœur, il y avait un orfèvre de la langue française et un musicien subtil. (...)

Brassens est seul dans son genre, comme l'ornithorynque, mammifère qui pond des œufs. (...) ses vers ne sont pas géniaux, ils sont parfaits. Que reprendre à «Malgré la bise qui mord» ou «Ferma son cœur à mes baisers»? Et comment ne pas lever son chapeau devant cet incipit bien trapu, bien ramassé sur sa tournure optative, un subjonctif déguisé: «Les dragons de vertu n'en prennent pas ombrage»? Sachant tout ce qu'il faut savoir, la versification, la métrique, les formes, il joue. Il sait qu'un vers chanté n'est pas un vers lu, et qu'une chanson n'est pas un poème: il élide, il coupe, il répète. (...)

Lire tout

terroriste

19.01.2015

 

Charlie, l'islamisme et le vocabulaire

Au cours d’un reportage dans un collège, [un] journaliste raconte que le professeur, avant de l’introduire dans la classe, le prévient: «Faites attention aux mots que vous employez. Ne dites pas “attentat”, ni “terroriste”.» On pense aussitôt: il a peur de ses élèves, il a peur de les choquer, c’est lamentable. Pas du tout. Il explique: «Ce sont des mots positifs, pour eux, des mots héroïques.»

Tout est dans la connotation. Le sens permanent du mot, son sens objectif, sa «dénotation», n’ont plus d’importance. Voilà le but du totalitarisme : supprimer la dénotation, au profit de la connotation. Vieille histoire, vieil attentat contre le vocabulaire. Déjà, sous l’Occupation, les Allemands appelaient les Résistants des «terroristes».

Lire la suite

faire

08.11.2015

François Fillon et son Faire

[Candidat des Républicains, il publie Faire, son manifeste]

Ni Fillon ni son éditeur (Albin Michel) ne semblent avoir pris la précaution de consulter le «Traité du style» d’Aragon, qui commence ainsi, en toute simplicité: «Faire, en français, signifie chier.»
Ce n’est pas une fantaisie de poète, même surréaliste à ses heures. C’est un fait lexicographique, attesté par les meilleurs auteurs, comme Emile Littré: «Rendre des excréments.» Et cela depuis fort longtemps, puisque l’Académie (édition de 1694) le définissait ainsi: «Pousser au dehors: Un malade qui fait sous luy.» (...)
Nous ne lirons pas François Fillon : il en va du fondement de la République.

Lire tout

pathétix

15.11.2013

 

"Astérix chez les Pictes"? C'est pathétix

Dans les Astérix de Goscinny/Uderzo, il y avait une sorte d’innocence très charmante, une innocence pas bête, fine et nouvelle. Au fil des albums qui ont suivi la mort de Goscinny, l’innocence est devenue roublardise, l’humour est devenu crasseux, et la nouveauté n’est plus qu’un souvenir ressassé comme une scie. (...)

Des anachronismes par paquets de douze, des ficelles grosses comme des cordes, des calembours qui donnent envie de pleurer. 

Le résultat : tout trop. C’est la bonne recette. Vous tirez à cinq millions, dont deux pour la France. 

Lire tout

Chroniques : Rue des Petites Perles & Dans la Presse déchaînée

Le site Internet du Canard se limite à la une en version image

Les surtitres sont de la rédaction de LMDP

langue de bois

22.09.1999

 

Booster l'emploi

"Le paradis libéral s'obstine à partir du moment où la mobilité des individus dans la société n'est plus indexée sur leurs propres efforts."
L'humanité, 21/9/99, article de Stéphane Rozès.
Phrase commentée, le lendemain, à la "une" du Canard enchaîné :
Au titre de la lutte contre le chômage, il y a peut-être des emplois à créer dans le secteur des interprètes sociaux... et traducteurs de langue de bois.

du tac au tac

16.07.2008

Manque de doigté

[La rubrique hebdomadaire "Dans la presse déchaînée" relève et commente des écarts de langage de la presse. Ici, un extrait de Ouest France du 7 juillet 2008]
[l'extrait] Dominé par Nadal dans les deux premiers sets, le Suisse [Federer] aura répondu du tact au tact.
[le commentaire] En répondant du tac au tac, le numéro un mondial aurait-il manqué de doigté?

accueil

23.12.1998

C'est la faute à Chirac

Écrit sur le Livre d'Or du restaurant Varangue sur Morne, dans le sud de l'île Maurice et cité dans le Canard enchaîné du 23/12/98, p. 5: photocopie/texte et signature

[Le président apprécie] « cet acceuil bien digne » [de la réputation de votre établissement]
Commentaire du Canard: Il peut arriver à notre président d'avoir l'orthographe aussi hasardeuse que la dissolution (...) L'essentiel, pour un chef d'Etat éprouvé, c'est tout de même de se sentir bien ressu o restoran!

novlangue

23.07.2003

Bercy lisible

Sous le titre L'ivresse du livret, le Canard relève ces passages du document sur la baisse du taux d'intérêt des livrets d'épargne.

L'argent, dit Bercy, sera rémunéré positivement par rapport à l'inflation...

Commentaire: Dans la "novlangue" de Bercy, "positif" ça veut dire "zéro".

La Banque de France pourra intervenir en ne respectant pas la règle de la fixation automatique des taux d'épargne...

Commentaire: Dans la "novlangue" de Bercy, "automatique" signifie "quand ça nous arrange".

(Bercy invoque le respect des revenus modestes, l'équité sociale...

Commentaire: Dans la "novlangue" de Bercy, "social" a pour synonyme "pas un rond de plus".

Martine Rousseau & Olivier Houdart

Titre des Chroniques : Langue sauce piquante

auteur

23.12.2010

Camarades du Figaro, encore un effort pour la féminisation des noms de fonction

Le Figaro du 20 décembre ne sait plus à quel saint se vouer en matière de féminisation des noms de fonction : s’il la présente comme « ambassadrice » de la Grèce antique (alors qu’il aurait pu choisir plus classiquement ambassadeur), il la voit, en revanche, « auteur » (et non pas auteure ou autrice) de nombreux ouvrages, ce qui donne cette jolie phrase assez acrobatique :

[Jacqueline de Romilly] Deuxième femme élue sous la Coupole, l'auteur de L'Enseignement en détresse se rattrapa en étant la première à y siéger effectivement, assidue aux séances de rentrée, aux élections et à la commission du dictionnaire.
L'auteur, substantif masculin, se voit doté d'une épithète et d'un participe au féminin (première et assidue), au mépris du purisme grammatical (...) Le Figaro aurait pu franchir le pas et se mettre à la auteure.

Voir

deuil

06.11.2014

Féminiser le deuil

Un lecteur (merci Jean-Pierre) nous envoie ceci, photo prise hier lors d'une manif' d'agriculteurs à Dijon (et parue dans Le Bien public, journal régional, comme on peut le lire en bas à droite)
Intéressante transformation de l'orthographe de “deuil”, ce nom semblant happé (ou ému) par “agriculture”, toute proche, et enfilant les habits neufs d'un adjectif

* On pourra rétorquer à notre billet que c’est “endeuillée” qui aura subi une légère coupe, mais cet “en” aux plus petits caractères semble annoncer un nom plutôt qu’un participe passé à valeur adjectivale, comme l’on dit. Question d’impression.

Voir (image)

frapper / bombarder

08.04.2015

Décryptons les éléments de langage

Eh oui, « décryptons » : ce verbe (...) est ici tout à fait à sa place : que se cache-t-il derrière des mots souvent employés par la presse et la classe politicienne (...) ?  Par exemple, si vous êtes peu au fait de la politique internationale et des conflits armés en cours, sachez que certaines aviations bombardent et que d’autres frappent. Pourquoi cette dichotomie ?
La frappe est un mot destiné à humaniser le bombardement, à le rendre plus acceptable. Donc à chaque fois qu’il s’agit d’un bon bombardement, c’est-à-dire, disons-le sans détour, effectué par l’armée française ou un de ses alliés, on emploie frapper ou frappe. C’est ainsi que l’aviation saoudienne, qui intervient au Yémen en ce moment, est notre alliée, puisqu’elle frappe. Par contre, tout ce qui bombarde est forcément notre ennemi.

Voir

épithète

12.11.2015

Inflation épithétique

La publicité dans la presse pour le livre de Christophe Boltanski La Cache reprenant en florilège ses diverses critiques médiatiques, ou médiacritiques pour aller vitement, se distingue par une avalanche peu croyable d'épithètes encenseresses : ce livre serait fascinant, éblouissant, magnifique, intelligent, bouleversant, formidable, unique, admirable, prodigieux, vivant, loufoque et poétique, savoureux, superbe, fin et précis. (...) Après cela, il n'y a plus qu'à tirer l'échelle : c'est dit, La Cache est le plus grand livre de tous les temps, en attendant le suivant.

Voir

 

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire * Revue trimestrielle

 http://docpedagfrancais.be/ *  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

 

Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

 

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ABÉCÉDAIRE

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

bibliographie, programmes, sites..

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  88 articles parus dans LMDP

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 8000 fiches à ce jour.

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990