Astuce !

Pour toute recherche dans LMDP, ouvrez ALPHABET : accès direct à quelque 1000 documents

 

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://home.scarlet.be/lmdp/ *  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

livre du mois, bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 9000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990

 

© LMDP Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

 

Proverbes et maximes : lire, échanger, écrire

 

Article paru dans le numéro 111 de LMDP, décembre 2002   Mise à jour 08.2017

Premier et deuxième degrés

Plan de la séquence

1.      1.  Lecture : observer les divers moyens d’expression

2.    Échange oral et gestuel
3.   Écriture de proverbes
4.   Annexes : proverbes de partout * auteurs citant proverbes * publicité, humour.. avec proverbes

Soit le corpus suivant, constitué de quelques proverbes pris dans les pages roses du Petit Larousse, complété par des maximes signées Florian [FL], Racine [RA] ou La Fontaine [LF].  

   1.    Chacun pour soi et Dieu pour tous.

   2.    A beau mentir qui vient de loin.

   3.    A la Sainte-Luce, les jours croissent du saut d’une puce.

   4.    Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se brise.

   5.    Autres temps, autres mœurs.

   6.    Qui va à la chasse perd sa place.

   7.    Qui trop embrasse mal étreint.

   8.    Tout nouveau, tout beau.

   9.    A vieille mule, frein doré.

10.    A la Chandeleur, l’hiver meurt ou reprend vigueur.

11.    Petit à petit, l’oiseau fait son nid.

12.    Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait.

13.    Œil pour œil, dent pour dent.

14.     Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage.

15.    Le chat parti, les souris dansent.

16.     Santé passe richesse.

17.    Ventre affamé n’a pas d’oreilles.

18.     Qui va à la chasse perd sa place.

19.    Noël au balcon, Pâques au tison.

20.     Qui veut la fin veut les moyens.

21.    Les grands diseurs ne sont pas les grands faiseurs.

22.    Charité bien ordonnée commence par soi-même.

23.    Bon chien chasse de race.

24.    Qui veut voyager loin ménage sa monture.

25.    Mieux vaut tard que jamais.

26.    Il n’est pire eau que l’eau qui dort.

27.    Le mieux est l’ennemi du bien.

28.    Il faut battre le fer tant qu’il est chaud.

29.    Tel est pris qui croyait prendre.

30.    La raison du plus fort est toujours la meilleure. LF 1/10

31.    On a souvent besoin d'un plus petit que soi. La Fontaire, Fables [LF] 2/11

32.    En toute chose, il faut considérer la fin. LF 3/5

33.    Deux sûretés valent mieux qu’une. LF 4/15

34.    Rien ne sert de courir, il faut partir à point. LF 6/10

35.    Pour vivre heureux, vivons cachés. Florian, Le Grillon

36.    Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera. Racine, Les Plaideurs, I, 1, v. 2.

  Il sera peut-être utile, au préalable, de parler de cette sagesse populaire, qui s’est exprimée, au cours des âges, souvent dans des formules faciles à mémoriser, qui reviennent (qui revenaient…) dans les conversations de tous les jours, pour réfléchir sur des événements vécus, des comportements, des préoccupations partagées. Et pourquoi ne pas s’interroger sur l’importance des traditions orales du temps où l’écrit n’était pas, comme aujourd’hui, le bien de presque tous ?

[Quelques textes en annexe mettront en évidence à la fois l’ancienneté et l’universalité du parler en proverbes.]  

début article

1. Lecture : le ‘travail’ de composition

1. Un procédé courant dans la composition du proverbe ou de la maxime est la production d’équivalences : de rythme et/ou de sonorité. Une musique qui donne du relief à l’expression et en favorise la mémorisation.

    Nous citons pour chacun un exemple (parfois deux), à charge, pour les élèves, d’en trouver un ou plusieurs autres.

*          Equivalence de rythme :

3+3 : Mieux vaut tard / que jamais. - 4+4 :  Pour vivre heureux / vivons cachés. - 6+6 : Qui veut voyager loin / ménage sa monture. [Un seul exemple de 5+5 dans notre corpus : lequel ?]  

 

*          Equivalence de sonorité (la rime au dernier mot d’un groupe) :

            Tout nouveau / tout beau. – Noël au balcon / Pâques au tison. [Un exemple avec 3 rimes ! Lequel ?]

            

            [Rechercher des proverbes où l’équivalence est à la fois de rythme et de sonorité !]  

*          Equivalence de sens (semblable ou opposé) :

            jeunesse / vieillesse – rit / pleurera – nouveau / beau

             

2. La grammaire du proverbe – L’emploi fréquent du verbe au présent lui donne valeur de vérité constante et universelle. La concision y est de règle (très rarement plus qu’un alexandrin), souvent renforcée par l’absence de verbe (Chacun pour soi et Dieu pour tous) ou de déterminant (Santé passe richesse).

3. Les proverbes nous laissent certaines traces de leur ancienneté

par des constructions peu fréquentes de nos jours :

Exemples : Tel qui… Qui veut (effacement de l’antécédent)… Rira bien (effacement du sujet)… Tant va… (inversion du sujet)  

par des mots dont l’acception n’est plus l’acception actuelle : le sens de beaucoup de mots évolue au cours des âges !

Exemples :

Santé passedépasse – richesse ; Qui trop embrasseentreprend – mal étreint ; A vieille mule, frein mors – doré.

[Quelques mots ou expressions, encore en usage aujourd’hui, devront sans doute être explicités : battre le fer, les grands faiseurs, la Chandeleur, la monture, partir à point…]  

début article

  2.     Échange oral et... gestuel

Vérifier la compréhension d’un proverbe :

*  Chaque élève (ou groupe) se voit attribuer un proverbe, et doit l’illustrer en évoquant une situation, un événement, un personnage - de préférence dans l’actualité (politique, économique, sportive, scolaire…). On évalue ensemble cette illustration.

*  Inversement, on cherche seul ou en groupe quel proverbe s’applique à telle situation, tel fait, tel(s) personnage(s) évoqués par l’enseignant ou par un élève.

    Exemples :

    Un adulte déplore les nouvelles modes vestimentaires. (Autres temps, autres mœurs)

    Méfie-toi, on pourrait nous écouter ! (Les murs ont des oreilles)

    Une discussion sur l’art risque de dégénérer. (Des goûts et des couleurs, il ne faut pas discuter)

    Le professeur s’est absenté et on chahute… (Le chat parti, les souris dansent)

    Il pleut, mais je pars me balader toute la journée. (La pluie du matin réjouit le pèlerin)

    Variantes :

    Rechercher quel proverbe conviendrait à tel film, à tel roman, à tel fait divers, à telle aventure vécue par un élève ou par la classe, et même – pourquoi pas ! – à telle fable de La Fontaine dont la morale n’est pas exprimée.

*  Ou encore : un ou plusieurs acteurs font découvrir un proverbe en jouant un mime (possibilité de recourir à des objets, de jouer sur le mouvement, sur la mimique).  

début de l'article

          3.     Écriture de proverbes

1.      Par conformité au vécu : règles de comportement, expérience quotidienne…

    Paradoxalement, les contraintes d’écriture imposées aux élèves pourront constituer une aide, un stimulant à leur expression, plutôt qu’une entrave, par exemple :

    *      Mieux vaut + nom (ou verbe) que + nom (ou verbe) [et accessoirement en jouant sur la rime]  

*      Dis-moi (comment ou ce que…) et je te dirai (comment ou ce que…)

*      Faute de + nom, on prend… + nom [et accessoirement en jouant sur le rythme 4+4, 5+5…]

*      Rien ne sert de + infinitif, il faut + infinitif (+ complément facultatif)

*  Qui veut + infinitif + nom (ou adverbe) doit…  (forme au choix, rythme et/ou rime équivalent-s)

*  Tel qui + verbe au présent (+ complément facultatif) + verbe au futur (+ complément facultatif)

        [L’idéal serait que les élèves proposent et décrivent eux-mêmes les matrices à « remplir ». Ne sous-estimons pas leur capacité d’invention !]

2.    Par détournement du sens premier d’un proverbe

    Cette subversion du langage serait difficile et périlleuse (risque d’outrance, de vulgarité…) pour une classe qui n’y serait pas entraînée. Au professeur de voir. Mais c’est un fait : ça marche dans bien des cas, et c’est d’ailleurs un test de maîtrise de la langue !

Voir en annexe des exemples authentiques de réécriture de proverbes, qui pourront inspirer nos scribes en herbe. 

   *  En jouant sur la polysémie d’un mot du proverbe et en explicitant clairement le contexte où se vérifie le nouveau proverbe. Exemples :

        Nouvelles = 1. Annonces d’un événement / 2. Filles nouvelles venues dans un groupe misogyne

Pas de nouvelles, bonnes nouvelles !

Cruche = 1. Récipient / 2. Nageur maladroit, borné et vantard, qui finit pas se casser la figure en plongeant

Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se brise.

Peine = 1. Souffrance / 2. Punition, châtiment. – L’élève, puni deux fois le même jour, proteste.

A chaque jour suffit sa peine !

Petit = 1. Humble, modeste (sens figuré) / 2. De petite taille (sens propre) – Merci à Maxime, six ans, qui a pu reprendre la télécommande qui avait glissé sous le meuble !

On a souvent besoin d’un plus petit que soi.  

*  En jouant sur la paronymie (commuter ou permuter des lettres ou des sons) et en explicitant clairement le contexte où se vérifie le nouveau proverbe. Exemples :

    passe / lasse / tasse

    Il faut que jeunesse se lasse / ou se tasse.  – Ces gosses finiront par se fatiguer de ce jeu stupide.

    jour / tour / lourd / cours

    Les Tours se suivent et ne se ressemblent pas. – D’un Tour de France à l’autre…

    Les lourds se suivent… - Défilé de sumos avant le combat        

Les cours se suivent… - Quelle différence d’un prof à l’autre !

    bruit / fric / brique (= somme d’argent)

    Beaucoup de fric pour rien ! Beaucoup de briques… - Des sommes folles pour ces grands travaux inutiles !

  3.     Par accumulation

Composer un texte suivi en y plaçant le maximum de proverbes (pris dans leur sens authentique) : ce texte, limité à tel nombre de mots, doit être cohérent, vraisemblable.

On peut en imposer la forme : récit, dialogue, lettre, discours…  

début de l'article

  4.     Annexes

1.     Proverbes de tous les pays : sauf pour le grec et le laotien, ils sont cités – sans traduction - dans leur forme originale pour favoriser l’interdisciplinarité et surtout des contacts en classe ou sur le web avec des ami(e)s non francophones !   

2.     Le jeu de la citation de proverbes dans Le roman de Renart, dans Les Plaideurs de Jean Racine.

3.     La réécriture de proverbes dans le français d’aujourd’hui (publicité, presse, humour…)

 

1.         Proverbes, refranes, παροιμίες,  proverbi, Sprichwörter…

 

English

Better late than never.

An apple a day keeps the doctor away.

New brooms sweep clean.

A hungry man is a angry man.

 

Castellano

No se ganó Zamora en una hora.

Quien mucho abarca, poco aprieta.

La fortuna viene durmiendo.

El hambre es mala consejera.

Italiano

A padre avaro, figliolo prodigo.

Dimmi chi pratichi e ti dirò chi sei.

Tanto va la gatta al lardo che ci lascia lo zampino.

Chi dice donna dice danno.

Nederlands

Goed begonnen is half gewonnen.

Goed gereedschap is het halve werk.

Haast en spoed is zelden goed.

Aalmoezen geven verarmt niet.

 

Deutsch

Morgenstund hat Gold im Mund.

Je mehr Hühner, je mehr Eier.

Ende gut, alles gut.       

Neue Besen kehren gut.

ΕΛΛΗΝΙΚΑ

Εν οίδα ότι ουδέν oίδα

Je sais une seule chose: que je ne connais rien.

Γνώθι σαυτόν - Connais-toi toi-même.

Κάλιο αργά παρά ποτέ - Mieux vaut tard que jamais. [Ce dernier est en grec moderne.]

Phaasaa lao (laotien)

littéralement

(De sa) viande, (je n') ai pas mangé.

(Sur sa) peau (je) ne (me) suis pas assis

Manger quand c'est chaud, Danser quand on est saoul.

Gratter où cela ne démange pas.

Paraphrase:

Je n’en ai retiré aucun bénéfice, j’en supporte les conséquences.

[J’ai travaillé pour le roi de Prusse].

 

(Il faut battre le fer quand il est chaud)

(Tomber à côté du sujet)

  Prolongement : avec l’aide des professeurs de langues vivantes, de latin, de grec, rechercher d’autres proverbes et  découvrir d’autres cultures.

  2.         Roman de Renart Colonne de droite : Traduction de Jean Defournet, Flammarion, 1985 - Branche 7, vv. 47-50 :

Renart, soies de bel senblant;

Car un jor vault mielz que uns anz.

Mes de dous maus pren le meillor!

Fortune secort les hardiz.

 

Renart, sois de belle apparence,

Car un tiens vaut mieux que deux tu l'auras.

[Litt. : un jour (maintenant) vaut mieux que plusieurs années (plus tard)]

De deux maux choisis le moindre!

La fortune sourit aux audacieux.

Branche 7, vv. 85-88 :

Mes meinte fois ei oï dire

Qu'aprés grant joie vient grant ire

Et apres mol vent vente bise.

Tant va pot a l'eve qu'il brise

Mais j'ai souvent entendu dire

qu'après le rire viennent les pleurs

et qu'après la brise souffle la bise.

Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se brise.

                         Jean Racine, Les Plaideurs, Acte I, scène 1, début.

Petit-Jean traînant un gros sac de procès

 

Ma foi, sur l'avenir bien fou qui se fiera:

Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera.

Un juge, l'an passé, me prit à son service ;

Il m'avait fait venir d'Amiens pour être suisse.

Tous ces Normands voulaient se divertir de nous :

On apprend à hurler, dit l'autre, avec les loups.

Tout Picard que j'étais, j'étais un bon apôtre,

Et je faisais claquer mon fouet tout comme un autre.

Tous les plus gros monsieurs me parlaient chapeau bas;

Monsieur de Petit-Jean, ah! gros comme le bras!

Mais sans argent l'honneur n'est qu'une maladie. (…)

début de l'article

  3.         Publicistes, journalistes, humoristes… réécrivent des proverbes !  

A. Dans le doute, jamais. Affiche IBSR (sécurité routière), 1972.

 

Pour vivre heureux, vivons casqués.  IBSR, été 1976.

 

Qui va piano… - Affiche IBSR, printemps 1991. [la forme française qui au lieu de l’italien chi]  

 

Eau de Lancôme: les gouttes d'eau qui font déborder le charme. - Juillet 1978

 

Les habits de mes amis sont mes habits. - Publicité pour Kickers. - Vers 1990.

 

Qui fraude s'y pique. - Affiches de la STIB (Transports en commun, Bruxelles), automne 1999.

 

Petit investissement deviendra grand. - Assurances de la Poste (Belgique), 2001

   

B.    Noël en prison, nouvel an au balcon.

Article sur la libération de Yeiwene Yeiwene, militant du FNLKS (Nlle Calédonie) entre Noël et le nouvel an 1988. (K pour Canaque...) Référence non précisée  

 

Les chiens aboient, la loi passe.

Vote à une courte majorité (275 oui, 252 non) d’une loi sur la chasse. FR2, JT de 20h, 04.4.2000.

Pour vivre plus heureux, ils ont décidé de rester moins cachés.

Reportage sur des réunions amicales de quartiers à Paris, appelées Immeubles en fête. FR2, JT de 20h, 29.05.2001.

 

Qui veut semer la paix doit récolter les armes.

Opération Moisson essentielle en Macédoine: désarmer l'UCK en vertu d'un accord signé récemment... FR2, JT de 20h, 22.08.2001.  

 

Un poids, deux mesures

Passage à l'euro. Des firmes (Mac Donald, Inditex...) sont réticentes à l'idée de prix homogènes d'un pays à l'autre de la zone euro. La Libre Belgique, 10.12.2001, p. 9.  

 

Pierres qui roulent amassent mousse.

Article sur le mythe des Rolling Stones... enjeux lucratifs ! Dominique Simonet, La Libre Belgique, 31.10.2002, p. 16-17.  

 

Chassez le rituel...

Reportage sur la Fédération française des pompes funèbres qui propose une sonorisation d'ambiance, entre autres religieuse, dans la cérémonie des funérailles. Gérard Desmedt, La Vie, 31.10.2002, p. 44.

 

C.    Partir, c'est crever un pneu.

[La règle du jeu d'écriture: « pasticher un écrivain » - ici, Louis-Ferdinand Céline - sur le thème du départ en voiture. Patrice Delbourg évoque dans un long récit les déboires de son voyage...]

Emission Les papous dans la tête, France-Culture, 02.12.2001.

 

Chassez le naturel, il revient au bungalow.

Emission (date ?) Les Décraqués, France-Culture.

 

Un chien vaut mieux que deux lauréats. – Id.

 

Une hirondelle a fait le printemps.

Titre du film de Christian Carion, avec Michel Serrault (septembre 2001). Hirondelle: métaphore désignant la jeune agricultrice, dont se méfie l'ancien propriétaire de l'exploitation (Michel Serrault); printemps: métaphore d'une façon moderne de gérer l'agriculture, et qui finira par être appréciée par le vieillard... [Tout est bien qui finit bien… !]  

 

  Cet article sur les proverbes a été pensé et pratiqué par un collectif d’enseignants belges et étrangers que LMDP remercie cordialement. Un hommage tout particulier à celles et ceux qui nous ont conseillés dans le choix des proverbes en langues étrangères : Finnian O’Byrne (anglais), Marie-Noëlle Verdure (italien), Françoise Toussaint et Gérard Nikels (espagnol), Harrie Jorissen (néerlandais), Anny Bechet-Lambé et Georges Rousos (grec), Bernhardt Kletzmeier, Albert Thomé et Georges Médinger (allemand), Paul Jadin (laotien).  

   

Bibliographie

VISETTI, Yves-Marie, CADIOT, Pierre. Motifs et proverbes : essai de sémantique proverbiale. Paris : Puf, 2006. 370 p.

Autres articles parus dans LMDP:

http://home.scarlet.be/lmdp/archives.html   début de l'article

 

 

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://home.scarlet.be/lmdp/ *  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

livre du mois, bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 9000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990