Astuce !

Pour toute recherche dans LMDP, ouvrez ALPHABET : accès direct à environ 1000 documents

 

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://docpedagfrancais.be/Sitelmdp/ *  Ecrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : 8000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990

Les brèves de LMDP : septembre 2016

Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention des la source

Au sommaire

1. Façons de parler : La fourche lui a langué...

Des ratés à l'oral : analyse de cas

liaisons dangereuses mots estropiés reprises

«J'ai enseigné le grat/- euh ! pardon ! -j'ai enseigné le latin et le grec»

2. Façons d'écrire :

Orchestrale, aquatique, animale, routière, maritime, hippique, voyageuse.... :

la métaphore filée

Mode d'emploi, boîte à outils et documents bruts

3. Á la page librairie de LMDP,

la rubrique Livre du mois

José Morais, Lire, écrire et être libre. De l'alphabétisation à la démocratie

Vincent Descombes, Le parler de soi

François Noudelmann, Les airs de famille. Une philosophie des affinités

4. Observatoire du français contemporain

JULIBEL : vingt-et-un ans et huit mille fiches

...Des obstacles d'ordre administratif.

C'est dans les salles de classes, dans les établissements que se joue la qualité de l'enseignement, jour après jour. Ce sont les professeurs et les instituteurs qui peuvent l'améliorer. Dieu merci, ils s'y emploient. L'abondant courrier que je reçois me montre que les initiatives foisonnent.

Trop souvent, hélas, ces courriers sont aussi des appels au secours. Le dévouement, l'imagination, l'intelligence des enseignants qui proposent des formules nouvelles pour mieux faire leur métier, plus intelligemment, plus efficacement, se heurtent trop souvent à des obstacles d'ordre administratif. On a parfois l'impression que l'administration est plus attentive à préserver ses habitudes qu'à aider les initiatives.

Déclaration de M. Michel Rocard, Premier ministre, sur les problèmes de l'éducation nationale et la politique de l'enseignement, Limoges le 8 décembre 1988.

 

1.

Des ratés à l'oral : analyse de cas

La fourche lui a langué...

...dit-on par plaisanterie de quelqu'un qui fait une faute de prononciation

« (...) ma langue fourcha. Je dus tomber sur l'un de ces couples de mots, un couple trompeur, comme il y en a beaucoup en français » (A. Makine), Petit Robert, s. v. fourcher.

De son côté, pour définir ce verbe fourcher, le Littré utilise la métaphore de "l'erreur de parcours"  :

Fig. La langue fourche, quand elle prononce un mot pour un autre ; c'est-à-dire elle prend la bifurcation, le mot qu'il ne faut pas. Je ne sais auquel la langue a fourché le premier. [Sévigné, 456]

Des ratés à l'oral, ça arrive, même aux experts de la parole en public !

Voilà, par exemple, comment "'la langue a fourché"

en mars 2016, pour Nicolas Sarkozy

"Je ne veux pas que les fonctionnaires pensent que nous sommes contre eux, car la France a besoin d'eux notamment lors d’événements dramatiques comme ceux du Bataclan ou du Kärcher. Je veux dire l'Hyper Kärcher", s'est-il même repris, reproduisant pourtant son erreur. [cité par lepost.fr 09.03.2016]

en mai 2016,  pour deux ministres du gouvernement français, Stéphane Le Foll et Manuel Valls :

le premier, pour qui Bruno Le Roux est rebaptisé Bruno Reloux - écouter ,

le second, qui promet aux députés que les stations-services seront bel et bien apprivoisées - écouter .

Pour l'un, permutation de [R] et [l], consonnes liquides ; pour l'autre, ça capote après la première syllabe... : au lieu du mot prévisible dans ce contexte, sort un autre mot que le linguiste appelle "paronyme", c'est-à-dire "presque homonyme"; [apRov]... est supplanté par [apRiv], et c'est l'accident !

Pas facile, direz-vous, d'apprivoiser la parole dans la passion du débat public... Mais même dans nos échanges de chaque jour, la langue peut fourcher.

 

Quelques exemples, encore, de ratés à l'oral, avant de nous attarder sur le mécanisme "faux départ et reprise"

 

liaison dangereuse et...

[RTBF, JT de 19h30, 14.08.2008. Stages à la ferme pour des enfants de la ville...]

Bienvenue à la ferme : rien de bien extraordinaire, si ce n'est pour certains de ces enfants qui n'ont jamais été [z] en contact avec le monde agricole.

[JOUSSE Manuel, RTBF, journal parlé de 13h, 22.10.2007.Tensions et divergences autour du problème du dopage avant un sommet sur la question]

C'est dans ce contexte que s'ouvre ce sommet, réclamé à cor[z] et à cri par le président sortant de l'organisation mondiale antidopage.

[France Musique, 07.10.2008, journal parlé de 7h. Au Niger, procès de Moussa Kaka, journaliste franco-ivoirien]

La famille du journaliste dispose d'informations selon lesquelles des pressions auraient pu [t] être exercées par le conseiller à l'Elysée

[Olivier Galzi, FR2, JT de 20h, 25.07.2008. Les "hommes en jaune" sur les autoroutes de France ramassent des objets tombés des véhicules...]

Les objets divers et variés accrochés sur les toits des voitures et pas toujours correctement [z] arrimés finissent parfois sur la voie (...)

[Un membre de la Croix-Rouge, FR2, JT de 20h, 27.01.2000. Certains candidats à l'exil ont payé très cher (à des mafieux ) leur tentative de passage vers le Royaume-Uni]

    .Y a des gens qui [z] ont peur, surtout à cause de la mafia.

[Edouard Bois, France Culture, Messe du dimanche, 13.02.2011. Curé de N.-D. des Champs, il annonce la quête.]

L'Institut catholique de Paris (...) c'est une université qui accueille plus de dix mille [z] étudiants et soixante-cinq nationalités.

[Yves Junqua, FR2, JT de 20h, 02.05.2013. Protéger les intérêts français... ? Une certaine protection existe, mais...]

Elle se limite aux pays extra[z]européens, par exemple la Chine ou les Etats-Unis.

[Dominique Burge, RTBF, JT de 19h30, 12.09.2011. Facebook : le harcèlement entre les jeunes élèves...]

(...) ça se passe plutôt bien, mais parfois ça dérape et ça fait mal, mais difficile de trouver les [z] harceleurs et les [z] harcelés

[Laurent Mauduit, France Culture, journal de 12h30, 23.04.2008. La banque européenne...]

(...) c'est Jean-Claude Trichet qui décide une politique monétaire assez peu [z] accommodante.

[Un syndicaliste. RTBF, radio, journal de 13h, 22.06.2001. Grève sur^rise à Forest]

    Il faut savoir qu'ici  huit cent [t] ouvriers ont actuellement un contrat temporaire.

début "ratés à l'oral"

...et déformation de mot

[Laurent Delahousse; FR2, JT de 20h, 15.07.2011. Vote, en urgence, au parlement italien, d'un plan d'austérité]

Jamais peut-être un vote n'avait jamais été aussi rapide au parlement italien habitué aux altermoiements : l'urgence était là (...)

[sic pour la répétition de "jamais"]

[Edouard Fouré Caul-Futy. France Musique, émission Musique matin, 21.07.2010. Une sorte de "drogue" musicale diffusée par un éditeur de musique...]

(...) qui distille [distij] à ses abonnés des musiques sélectionnées pour leur pouvoir planant (...) un plan machiavélique distillé [distije] par des cibleurs dealers (...)

[François Gasnault, RTBF, journal parlé de 13h, 01.08.2008. Journée d'hommage à C. Levi-Strauss, arrière-petit-fils du compositeur Isaac Strauss. Que la presse de l'époque comparait à Johann Strauss (aucun lien de parenté).]

Certains échotiers [prononcé comme dans échoppe] fielleux diront que, comme il fait des tournées en Allemagne durant l'été, eh bien, il fait provision de bonnes musiques qu'il n'a pas forcément composées.

[Quentin Warlop, RTBF, JT de 19h30, 08.02.2013. Administrateur de biens, un avocat escroc comparaît. Le journaliste:]

Obnibulé par l'argent et surtout par les voitures de course, l'ancien avocat s'est fait rattraper (...)

[Un médecin du CHU de Strasbourg. FR2, JT de 20h, 26.02.2000.Reportage sur la diminution de la mortalité pour maladies cardio-vasculaires...]

Les gens viennent plus précocément se faire examiner.

[Hakim Kasmi, journaliste.  France Culture, journal de 12h30, 24.12.2013. Meilleure santé pour le Livret A en France...]

Cela annonce un léger retour, un retour qu'il faut toutefois relativer (...)

[André Zaleski. RTBF , Journal parlé de 13h, 01.06.2005. Déclaration de l'Union wallonne des entreprises...]

(...)  ils déclarent que la Wallonie est aujourd'hui dans une phase de [stanjasj]on

[Bernard Kouchner, France Info, 08.07.2009. Affrontements entre Ouïghours et Han en Chine]

Les yoghourts ont toujours pensé que c'était chez eux (...) Ce sont des musulmans, les yoghourts (...)

[Antoine MERCIER, France Culture, journal de 12h30, 12.06.2007. Il parle des prochaines élections internes chez les travaillistes en Israël...]

Les sondages prédisent / précisent / prédisent, pardon / précisent / prédisent, voilà ! un scrutin avec un léger avantage pour Ehoud Barak

Etonnant, le premier "essai" - prédisent - était le bon! *  "pardon" et "voilà" : formes d'interaction, de commentaire de son propre langage.
Le dernier verbe, "prédisent", est nettement accentué.

 

Un cas particulier... : le "faux départ et la reprise"

début "ratés à l'oral"

Considérons maintenant un cas particulier de ce "fourchage de langue" :

celui du faux départ favorisé par l'homophonie (équivalence sonore), suivi d'une reprise.

En voici un exemple :

En voyage en Inde, le touriste a vu très souvent des éléphants traverser les rues... Au retour, il raconte :

J'ai vu souvent des -z-élétran qui - euh - pardon - j'ai vu des éléphants qui traversaient les rues.

Et, en se reprenant, il accentue la syllabe corrigée (ici en gras)

Que s'est-il passé ?

Tentons une explication :

Le locuteur a en tête (disons : dans son audition intérieure, il entend déjà) la suite de mots - de phonèmes - qu'il va prononcer... tout comme on peut "déjà entendre intérieurement" un chant ou une mélodie.

[Ce qu'on nomme en anglais inner speech" ou internal monologue *

Allez savoir pourquoi ce groupe de phonèmes [tr] a été indûment anticipé : trac, précipitation, trouble respiratoire, enrouement, faux mouvement, moment de distraction...? Le télescopage est dû à l''équivalence sonore.

* Depuis longtemps, les êtres humains font plus que communiquer par la parole. Ils ont un langage intérieur, ce que les Anglo-Saxons appellent inner speech. Nos pensées intimes sont donc constituées de phonèmes, sans que nous le sachions (...). Nous n'y pensons pas, c'est tout, et pourtant nous pensons avec des phonèmes.

José Morais, Lire, écrire et être libre. De l'alphabétisation à la démocratie, Odile Jacob, 2016, p. 41 (et plus loin, p. 121, il parle d'un langage "pensé phonologiquement"...)..

Souvent, aussi, ce faux départ est aussitôt suivi de "pardon", "euh", "zut"... ou d'autres formes non verbales telles que : sourire, mimique de surprise, mouvement de la tête, main sur la bouche, regard vers l'interlocuteur, etc., comme pour maintenir le contact. Et souvent, en reprenant, le locuteur accentue la syllabe corrigée.

Un faux départ, corrigé par une reprise, semble bien lié à des causes diverses.

Facile, direz-vous : cet exemple, vous l'avez construit vous-même pour la cause.  Bien sûr... Mais voici une série d'exemples authentiques, entendus à la télé, à la radio, ou ailleurs.

Écoutez donc ! [Nous surlignons les homophones en question.]

Réal Siellez  Musiq3, La matinale, 01.03.2016, 7h30. Parmi les brèves du journal :

    La Cour pernale/ pardon / la Cour pénale internationale (...)

Juliette Igier, FR2, JT de 13h, 13.03.2015 :

    Les familles des victimes vont pouvoir, si elles le désirent, venir se recueillir sur les dieux du / sur les lieux du drame.

 Frédéric MÉTÉZEAU, France Culture, journal de 12h30, 26.09.2011 :

    Les agriculteurs cèdent peu à pleu / peu à peu la place à des retraités de la fonction publique.

Antoine Mercier, France Culture, journal de 12h30, 12.02.2016 :

    (...) avec Bachar Al-Assal / Bachar Al Assad soutenu par les Russes et [? peu audible] pour remettre en selle un accord (...)

/ France Inter, 09.06.2014, flash de 21h :

    L'équipe de rout' / l'équipe de foot est en route pour le Brésil

 Arnaud BOUTET, FR2, JT de 20 h, 26.09.2010 :

    Les passagers n'étaient pas attachés parce que la ceincure, / la ceinture de sécurité, en Allemagne, n'est pas obligatoire pour les autocars.

Arnaud Ruyssen, RTBF, journal parlé de 13h, 22.02.2010 :

    La France n'envisage pas pour le moment de puiser dans ses strok/ euh stocks stratégiques de carburant dans l'état actuel de la crise.

Brice Teinturier, France Culture, ém. La rumeur du monde, 15.12.2012 :

    Un point qui me paraît déterminant, c'est que le fax / euh, le cap a été fixé / par le Président, et, finalement, ce que disent les Français, c'est : "pourquoi on attend ?"

RTBF, Journal parlé de 07h, 11.01.2016 :

    Moins de la moitié des primo-arrivrants / arrivants / trouveraient une place, alors que le parcours [d'intégration] est obligatoire

Ophélie Fontana, RTBF, JT de 19h30, 22.08.2010 :

    En bref, les autres résul[twa] / les autres résultats / pardon. Victoire d'Anderlecht, 0-3, victoire aussi sans appel de Zulte Waregem face au Cercle de Bruges

Hadja LAHBIB RTBF, JT de 19h30, 08.12.2013 :

    Et pour terminer en bouté / en beauté, nous vous laissons admirer ce boudin blanc géant qui fait plus d'un kilomètre de long ; il est réalisé par des artisans bouchers (...) et figurera au Guinness book (...)

Aurélie Didier, RTBF, JT de 19h30, 27.07.2016 (après l'attentat islamiste de Rouen) :

    Marine le Pel / Marine le Pen appelle à stopper l'immigration (...)

 

Dans LMDP : Bibliographie et commentaires de vidéos

  début "ratés à l'oral"

2.

 

Façons d'écrire : la métaphore filée

 

Une intention et un choix... : filer la métaphore. Boîte à outils et mode d'emploi

« Bien métaphoriser, c'est contempler le semblable. » Aristote, Poétique, 1459a

1. Choisir un sujet 

une bouche du métro
 le décès de J.-B. Pontalis
la politique menée par Sarkozy.

2. Pour chaque sujet, choisir une "image / comparaison"

Ce que font faire

Boris Vian :

Jérôme Garcin :

Éric Emptaz :

Le métro est (comme) un animal vorace.

Il fut (comme) Christophe Colomb.

 Il est (comme) le pilote d'une voiture.

 3. Ces auteurs viennent de créer une métaphore, respectivement

 "animale"
"exploratrice"
 "routière".

4., Cette métaphore, ils vont la développer  dans la suite de leur texte : ils vont... filer la métaphore. Pour cela, ils opèrent un travail sur le lexique : choisir des mots (noms, verbes, adjectifs, etc.) "générés" par l'image initiale, respectivement ::

animalité
exploration
conduite automobile

 

Le métro béait non loin de là, attirant dans sa gueule noire des groupes d'imprudents. Par intervalles, le mouvement inverse se produisait et, péniblement, il vomissait un paquet d'individus pâlis et amoindris, portant à leurs vêtements l'odeur des entrailles du monstre, qui puent fort.

Boris Vian, L'automne à Pékin, 1947

Le métro comparé à une bête monstrueuse.

Le 15 janvier 2013, jour de ses 89 ans, s'éteignait J.-B. Pontalis, qui fut notre Christophe Colomb de l'inconscient et navigua tout au long de sa vie entre la mer de la littérature et l'océan de la psychanalyse.

Jérôme Garcin, Nouvel Obs', 03.02.2014

Le philosophe comparé à un navigateur.

Cela fait déjà cinq ans que lui seul tient le volant. Las, entre ses sorties de route, ses virages ratés et ses dérapages incontrôlés, son permis de conduire les affaires de l'Etat est fort mal en points. Au moment de le repasser, même s'il se dit sûr de l'avoir, il serait sage, sans aucun doute, qu'il songe aussi à réviser le code de la déroute.

Eric Emptaz. Le canard enchaîné, 11.04.2012

Sarkozy comparé à un pilote de voiture.

 

5. Tel est le choix, le travail de leur écriture.... Mais dans quelle intention ?

Susciter la répulsion pour un lieu

Apprécier le travail de toute une vie

Critiquer une politique

On le voit, la métaphore filée peut jouer un rôle dans un texte à visée démonstrative ou argumentative, voire polémique.

 

Le discours quotidien peut jouer de la métaphore pour opérer, selon un parcours polarisé, une valorisation ou une dévalorisation de l'objet de référence. La métaphore n'est jamais isolée ; elle tient son rôle dans un ensemble argumentatif à la manière d'un enthymème. C'est pourquoi, dans sa Rhétorique, Aristote situe l'étude de la métaphore dans une théorie de la persuasion.
                    Encyclopédie Larousse en ligne; .s. v. métaphore, in La visée argumentative

enthymème : Syllogisme abrégé dans lequel on sous-entend l'une des deux prémisses ou la conclusion. [PR 2016]

 

 

 

début "métaphore filée"

Quelques exemples, encore :

(comme cela est proposé ci-dessous dans le premier texte, on peut inviter l'élève à surligner les formes qui illustrent ce "jeu" de la métaphore)

... métaphore animale

Émile Zola, Germinal, I, 3. Tous deux / Etienne et un autre mineur / se turent, les yeux sur le câble qui remontait. Etienne reprit: - Et quand ça casse?
- Ah! quand ça casse...

Le mineur acheva d'un geste.

Son tour était arrivé, la cage avait reparu, de son mouvement aisé et sans fatigue. Il s'y accroupit avec des camarades, elle replongea, puis jaillit de nouveau au bout de quatre minutes à peine, pour engloutir une autre charge d'hommes. Pendant une demi-heure, le puits en dévora de la sorte, d'une gueule plus ou moins gloutonne, selon la profondeur de l'accrochage où ils descendaient, mais sans un arrêt, toujours affamé, de boyaux géants capables de digérer un peuple. Cela s'emplissait, s'emplissait encore, et les ténèbres restaient mortes, la cage montait du vide dans le même silence vorace.
 

... métaphore printanière

Zola, Germinal, VII, 6. Dernier chapitre. Début du tout dernier paragraphe.

Maintenant, en plein ciel, le soleil d'avril rayonnait dans sa gloire, échauffant la terre qui enfantait. Du flanc nourricier jaillissait la vie, les bourgeons crevaient en feuilles vertes, les champs tressaillaient de la poussée des herbes. De toutes parts, des graines se gonflaient, s'allongeaient, gerçaient la plaine, travaillées d'un besoin de chaleur et de lumière. Un débordement de sève coulait avec des voix chuchotantes, le bruit des germes s'épandait en un grand baiser.

... métaphore christique

Doan Bui, Nouvel Obs', 09.09.2015.
Extrait d'un reportage intitulé "Refugee not welcome" : la Hongrie au pied du Mur
 

La Hongrie, c'est le "golgotha", dans le long chemin de croix des réfugiés, qui les a menés de la Turquie, aux îles grecques, puis en Macédoine, en Serbie, et en Hongrie, dernière étape avant le paradis : l'Autriche et l'Allemagne.

... métaphore sinistre

Baudelaire, Spleen LXXVIII, in Les Fleurs du Mal, vv.1-13. .

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle/ Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis, Et que de l'horizon embrassant tout le cercle  II nous verse un jour noir plus triste que les nuits ; Quand la terre est changée en un cachot humide, Où l'Espérance, comme une chauve-souris, S'en va battant les murs de son aile timide Et se cognant la tête à des plafonds pourris ; Quand la pluie étalant ses immenses traînées D'une vaste prison imite les barreaux, Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux, Des cloches tout à coup sautent avec furie

... métaphore hippique

Xavier Monnier, Bakchich, info, 15.11.2010. Remaniement ministériel en France. Sous le titre "Courage, Fillon" :

Le Grand prix Matignon 2010 est finalement remporté par François Fillon. Débarqué des écuries de Matignon la veille, il retrouve son enclos avec quelques nouveaux poulains et des purs-sangs bien connus

Ouf, fini ! 8 mois de courses. Une bonne centaine de partants. Des cotes qui varient au gré des courants. Des favoris qui trébuchent devant l'obstacle. Des vieilles gloires sur le retour. De jeunes étalons qui se rêvent en pur sang. Le Grand Prix Matignon 2010 aura essoufflé jusqu'au plus fidèle de ses suiveurs. Et c'est soulagés que journaux, radios et télés ont pu écouter le patron des écuries du Palais, aussi appelé secrétaire général, Claude Guéant

... métaphore ornithologique

Alain Beuve-Méry, Le Monde, 24.11.2010. Recension d'une BD, "La pire espèce", Grasset, 2010. Un bestiaire satirique..., entre autres:

(...) des oiseaux journalistes, qui se déclinent en de nombreuses catégories : les perroquets qui répètent tout ce qu'on leur dit sans vérifier, les pigeons qui se font toujours gruger par leurs sources, les paons brillants commentateurs de leur propre intelligence, les autruches qui ont peur de l'info(...)

... métaphore gastronomique

Eric Decouty; Marianne, 06.11.2015. Sous le titre Vieille soupe, extrait :

Nicolas Sarkozy, qui n’a jamais prétendu être un fin gastronome, mais qui connaît mieux que personne la cuisine politique, a fait de cet art de la soupe un moyen de sa reconquête du pouvoir. Lors de la présentation de son menu d’hiver cette semaine, dans les gazettes et sur les ondes, le président de l’ancienne UMP a ainsi gaillardement resservi les plats qui avaient fait son succès en 2007. Avec deux ingrédients essentiels, accommodés à la sauce du jour : la victimisation pour lui-même et la sécurité pour tous les autres.

... métaphore voyageuse

RTBF, après la mi-février 2007.

Publicité - orale - pour la Foire du Livre de Bruxelles.

Vagabond de l'imaginaire, globe-trotter de la passion, pèlerin du savoir ou routard de la BD, 2000 auteurs, éditeurs et dessinateurs vous offrent vos titres de voyage. Départ sur les quais de Tour et Taxis du 28 février au 4 mars.

... métaphore zoologique

 Catherine
ERNENS, L'Avenir, 29.10.2013, p. 4.
[Sous le titre Confection des listes : Stratego diabolique. Quatre cas de figure:]

1. Un lot de crocodiles « inutiles » - Que faire des anciens sénateurs ?
2. Une cage aux lions désaffectée - Comment tester encore sa popularité à grande échelle ?
3. Glissades et singeries interdites entre les listes et les niveaux de pouvoir - Les règles en matière de cumul et de suppléance ont changé.
4. Une bande de rapaces aux aguets : député bourgmestre est une espèce menacée - La nouvelle règle des 25 % maximum d’élus qui cumulent à la fois fonctions communales et wallonnes exacerbe encore plus les tensions au sein d’un même parti.

... métaphore pluviale (au Guinness Book des métaphores longues ?)

David Brunat, Le Figaro, 03.06.2016, sous le titre

Crue à Paris : après le Roi-Soleil, le Président-Pluie ?

«Que d'eau, que d'eau!», s'exclama le maréchal de Mac Mahon, lointain prédécesseur de François Hollande à l'Elysée, un jour qu'il visitait des terres inondées. C'est à peu près le seul mot historique dudit Maréchal dont la postérité ait gardé trace, le plus clair de son action ayant glissé sur elle comme pluie sur les ailes du canard.

Que conservera-t-elle, cette postérité plus difficile à tromper qu'enfants du Bon Dieu et canards sauvages réunis, de l'œuvre et du verbe de l'actuel locataire des lieux, qui flotte depuis son élection entre deux eaux, le filet du social-libéralisme qui se voudrait fleuve irrésistible, et la force contraire qui lui veut faire barrage, à savoir le torrent impétueux de l'ultra-gauche, toujours en crue même s'il se jette en réalité souvent dans la marre croupissante du conservatisme social le plus sec?

Ledit locataire des lieux, débordé, pourrait finir son quinquennat saucé, rincé, lessivé. Ce fin manœuvrier n'est cependant pas tombé de la dernière pluie. Il ne cesse de guetter le rayon de soleil de la courbe du chômage qui baisse et l'éclaircie libératrice de la croissance revenue, et se convainc - non sans raison - que l'orageux Sarkozy dont les Français ne veulent plus sera son meilleur paratonnerre contre leurs envies de Déluge.

L'humour lui étant consubstantiel comme le crachin à la Bretagne, ce gourmand de vannes au robinet parfois percé s'est souvent amusé de la pluie qui tombe depuis son élection. «Gouverner, c'est pleuvoir», s'est-il exclamé. Primesautier comme une ondée d'été. Cérémonie d'investiture mouillée, trombes d'eau historiques à l'île de Sein, visite en gabardine à Mayotte, etc. Et maintenant l'automne qui s'offre un nouveau printemps en mai: nul doute que François Hollande, comme Tartuffe, entretient avec le ciel des relations particulières.

Mousson sondagière, grêle syndicale, pluies acides (parfois, hélas, au sens propre du terme) déclenchées par les casseurs, grains et précipitations à tous les étages de la machine gouvernementale, sans oublier les inondations bien réelles qui frappent l'Hexagone : ce marin d'eau douce a assurément bien des éléments à affronter. Il ne fait certes pas la pluie et le beau temps dans l'opinion, mais on peut compter sur lui pour ouvrir le parapluie plus souvent qu'à son tour.

Cet amateur de calembours et de jeux de mots parfois glissants connaît peut-être cette citation de Jonathan Coe: «Les mots sont des blaireaux maladroits qui disent rarement ce qu'on veut leur faire dire.” C'est l'auteur, entre autres, d'un beau roman intitulé La pluie avant qu'elle tombe. Voilà une lecture de circonstance que l'on ne saurait trop conseiller au Président-Pluie. Entre deux averses. Pour oublier, par exemple, le long hiver de la quinzaine de Roland-Garros ou le nouvel âge de glace des sondages sur son bilan à l'Elysée. «Que d'eau, que d'os!».

début "métaphore filée" * début brèves de septembre

 

 

3.

La rubrique Livre du mois de LMDP

 

Chaque mois, depuis janvier 2001, la rubrique livre du mois de la page lecture de LMDP présente des ouvrages qui nous paraissent utiles à la formation initiale et continue des enseignants.

Pour certains, nous avons exprimé des réserves, voire notre désaccord : chaque fois en toute liberté et dans le respect de nos lecteurs. Près de 200 livres, à ce jour, figurent à la page librairie de LMDP. Voir, à cette page, toutes les recensions par ordre de date, suivies de la liste de tous les auteurs par ordre alphabétique.

Nos dernières recensions :

Juillet 2016

Août 2016

Septembre 2016

José MORAIS, Lire, écrire et être libre. De l'alphabétisation à la démocratie

Odile Jacob éd., 2016, 326 p., 25,90€

L'auteur, d'origine portugaise, a combattu la dictature de Salazar, avant d'obtenir en Belgique, en 1969, le statut de réfugié politique. Psycholinguiste réputé, démocrate convaincu, il souligne, dans cet ouvrage, l'importance capitale de l'alphabétisation pour faire advenir et consolider une authentique démocratie. Voilà qui interpelle donc les acteurs de la formation ! Et cela, dès les tout premiers apprentissages : entrer en lecture, c'est aussi entrer en relation. C'est particulièrement vrai, dit-il, dans "la lecture partagée, où l'adulte suscite des interactions, provoque des échanges verbaux" - v. p. 76. (Signalons au passage qu'il tacle sans ménagement et sans nuance  les tenants de la méthode de lecture dite globale... - v. p. 106).

Au début du chapitre 3, Lettré et démocrate, il distingue trois niveaux de capacité dans la personne du lettré : la maîtrise des habiletés de lire et d'écrire, l'usage régulier et productif de ces habiletés, enfin "la liberté dans l'expression publique de sa pensée, ce qui donne vie et chair à la démocratie" - v. p. 153. Le lettré, dans ce cas, est pleinement un être social. L'être pensant de Descartes élargit son horizon : je pense, donc je suis... en lien avec l'autre - v. p. 211. Libre, et responsable.

Mais aussi, libre et tolérant !  À ce sujet, il interpelle l'école : "Elle ne doit pas être aseptisée des différentes croyances, elle est le lieu par excellence où toutes les croyances se confrontent sans violence (...), elle est notre premier lieu collectif ou groupal, notre première expérience du commun". - p. 240.

Il ne se prive pas de dénoncer l'utilitarisme des dirigeants : "Dans l Union européenne, l'esprit d'entreprise est une des huit compétences que les enfants doivent acquérir. Ne figure pas dans la liste l'esprit de solidarité, de coopération ou d'équité" - p. 294.

Voilà un franc parler, un parler vrai, qui décoiffe !

Vincent Descombes, Le parler de soi

Gallimard, Folio Essais, 2014, 420 p., 9.20€

La chronique "livre du mois" de LMDP a déjà présenté, du même auteur, Les embarras de l'identité, publié en 2013 dans la même collection (déc. 2015).

Il ne s'agit vraiment pas, dans ce parler de soi, de la parole narcissique, autocomplaisante, du "moi de l'amour propre" (comme pourrait le laisser entendre la une de couverture), mais du "moi au sens métaphysique, un sujet auquel on attribue des opérations (de douter; de juger, d'imaginer, voire de se poser comme sujet)" (26).  Il s'agit du moi cartésien - Cogito, ergo sum - "où un métaphysicien ose prendre la parole à la première personne" (51). Dire «je», c'est affirmer "le pouvoir de manifester une conscience de soi" (v. 133). Avec Kant, Husserl, Merleau-Ponty, Ricoeur, Balibar, Wittgenstein et bien d'autres, l'auteur entreprend une relecture du célèbre adage.

Face au je, comment saisir le tu et le lui ? En tirant le sens de ces mots de notre usage du mot moi ! (v. 186) Ce que développe la seconde partie du livre (186-294) intitulée "La première personne et les autres". C'est par le langage que se crée et se développe l'expérience d'autrui "comme seconde première personne" (201), comme alter ego. "Toute pensée est de forme dialogique" (214).

Et c'est dans une autre première personne, un autre moi - pensant, parlant - que se découvre la figure du lui (v. 248) : l'adage cartésien se relit à la troisième personne.

La dernière partie, Le sujet de la croyance, aborde la question "Dire ce que l'on croit, est-ce parler de soi ?" (297) Le sujet est-il porte-parole, rapporteur ? Ou bien joue-t-il pleinement son propre rôle ? (v. 339) L'auteur ouvre ici une vive polémique avec d'autres philosophes du langage, Jocelyn Benoist, Elizabeth Anscombe, George Edward Moore, Ludwig Wittgenstein, et autres. De ce long débat, sans doute plus passionné que passionnant..., on retiendra surtout, à propos de l'implication du moi dans sa parole, l'intéressante distinction entre trois positions : celle du Logicien, celle du Pragmaticien, celle du Grammairien.

François Noudelmann, Les airs de famille. Une philosophie des affinités

Gallimard, 2012, 320 p., 19.50€

"Visibles et commentées, les ressemblances de famille restent toutefois difficiles à définir " : on peut sans doute les mesurer, les dessiner... "mais la ressemblance ne se limite pas à l'anatomie" (13).

Tout d'abord, cette expression même, airs de famille, n'est pas adéquate. L'auteur évoque sa propre famille recomposée : "J'ai entendu régulièrement des personnes extérieures commenter ma ressemblance avec un beau-père ou une belle-soeur alors que nous n'avions aucun lien de sang. Ces méprises m'amusaient et peut-être sont-elles à l'origine de mon intérêt pour les ressemblances de famille" (17).

Ensuite, et surtout, le discours sur ce sujet s'enracine plus dans le secret de l'imaginaire, de l'émotion, du désir, des préjugés, que dans la perception. Déjà les Encyclopédistes (Malebranche, Diderot...) montraient que "les ressemblances de famille résident plus dans l'oeil des regardeurs que dans les corps regardés" (59).

Des chapitres II et III, La science des apparentements et Typologie des ressemblances de familles, on retiendra le rôle décisif de Darwin dans l'observation des lignées et surtout les dérives de la physiognomie, cette soi-disant science fondée au 18e siècle par Johann Kaspar Lavater. "Détachée de son ambition spirituelle, [la physiognomie] devient une galerie de portraits livrée aux classifications sommaires et infamantes" (140) : s'il y a des têtes d'homos, des têtes de tziganes, des têtes de juifs..., cela mène à Auschwitz.

Dans les chapitres IV et V, La diaspora des sosies et Philosophie des affinités, l'auteur observe comment "se construisent des imaginaires de parenté naturelle" (203) et "la comédie ordinaire que nous jouons pour correspondre aux rôles que les autres attendent de nous" (220) : "j'essaie, précise-t-il, de suggérer que les affinités sont une voie de sortie, une tangente hors du paradigme généalogique qui est la grammaire majeures de nos apparentements" (284-285).

Nous découvrons un auteur pétillant d'intelligence et de finesse ! Et, tout particulièrement, un lecteur éclairé qui nous fait réexplorer, entre autres, les subtilités de la bulle proustienne, la violente saga des Rougon-Macquart, la complexité ténébreuse des Affinités électives de Goethe.

début "page librairie" * début brèves de septembre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4.

Observatoire du français contemporain :

Julibel, vingt-et-un ans & huit-mille fiches

Julibel : base de données gérée à l’Université catholique de Louvain-la-Neuve, par le Centre de recherches VALIBEL (caution scientifique / validation) et par le CENTAL Centre de traitement automatique du langage (maintenance / diffusion).

Septembre 1995, à Louvain-la-Neuve, place Blaise Pascal, au Collège Érasme, où siège le Centre de recherches Valibel de l'UCL, quelques professeurs de français font part de leurs pratiques. L'un d'entre eux présente un document Access contenant quelque 400 fiches, avec divers échantillons textuels (écrits ou transcriptions d'oral) qui permettent de faire observer en classe divers aspects du français, surtout du français d'aujourd'hui : variation, créativité, néologie, idéologie, écarts. argumentation,  réemploi, jeu sur le sens et le son.... Le Professeur Michel Francard, directeur de Valibel, propose aussitôt de publier ce fichier sur Internet et invite chacun à l'étoffer de nouveaux documents visant le même objectif : observer les ressources du français, langue vivante.

Il y avait un père... Il y eut un parrain. Et ce fut JULIBEL !

Vingt-et-un ans plus tard, JULIBEL a passé largement le cap des 8000 fiches (précisément, ce 31 août-2016, 8242, et quelques-unes en attente de validation).

Présentation et mode d'emploi : * Recherche dans Julibel

Julibel en chiffres, pour inventaire

(état au 31.07.2016)

Total : 8143

Echantillons oraux : 2190. Echantillons écrits : 6953

Provenance des fiches

radio ou télévision 182

presse écrite 4376

autres 3585

 

 

       

RTBF, radio ou tv

78

Libération

965

La Croix

38

Dauphiné libéré

3

 

FR2

54

Libre Belgique

765

L'Humanité

36

Atlantico

3

 

France culture

33

Avenir

531

Bakchich.info

35

Le Temps

2

 

France Inter

7

Canard enchaîné

363

Mediapart

33

Dimanche (Belg.)

2

 

France musiques

3

Figaro

254

Le Parisien

25

France Soir

1

 

RTL

3

Monde

222

Le Causeur

24

Ouest France

1

 

TF1

2

Le Point

168

Athéna

23

Moustique

1

 

France info

1

Nouvel Obs'

163

Politis

18

La Meuse

1

 

Europe 1

1

Marianne

150

20minutes

10

La Montagne

1

 

 

 

La Vie

133

Paris Match

7

Dern. nouv. d'Alsace

1

 

 

 

L'Express

114

Le Vif/L'Express

6

Spirou

1

 

 

 

Le Soir

88

Charlie Hebdo

5

L'Echo

1

 

 

 

Journal du dimanche

68

Courrier international

5

Les Echos

1

 

 

 

lepost.fr

65

rue89

4

Minute hebdo

1

 

 

 

slate.fr

44

Valeurs actuelles

4

 

 

 

début "Julibel 21 ans"

Coup de chapeau et action de grâce

Coup de chapeau...

Il y a, bien sûr, chez un encodeur de Julibel, dans son choix d'échantillons linguistiques, une part de subjectivité ; mais aussi une part de chance : il peut "louper", ou tomber sur une découverte intéressante !  Ceci n'est donc pas un "classement". Simplement une liste alphabétique d'auteurs ou d'intervenants dans les médias : radio, tv, presse écrite, cités au moins dix fois. Chapeau bas pour ces jongleurs du langage !

Nom

Médias, nombre de citations

Nom

Médias, nombre de citations

Pierre Assouline

Le Monde, 20. France Culture, 1.

Cécile Bertrand, dessin.

Libre Belgique 20

Denis Jean-Pierre

La Vie, 12

Nicolas Blanmont

id. 12

Alain Duhamel

Libération, 12. Le Point, 1 Arte, 1, FR2, 1

Clou; dessin.

id. 23

Jérôme Garcin

Nouvel Obs", 15

Rachel Crivellaro

id. 10

Laurent Joffrin

Libération, 16. Nouv. Obs', 6. Fr. Culture, 1

Laurence Dardenne

id. 20

Pascale Nivelle

Le Monde, 3. Libération, 8

Bernard Delattre

id. 23

Rousseau & Houdart

Blog correcteurs du Monde, 15

Fernand Denis

id. 24

 

 

Philippe Duplat

id. 10

 

 

Claude Javeau

id. 10

 

 

Christian Laporte

id. 11

Xavier Diskeuve

L'Avenir 12

Alain Lorfèvre

id. 10

Martial Dumont

id. 17

Jean-Claude Matgen

id.. 15

Catherine Ernens

id. 32

Philippe Paquet

id. 20

Pierre Nizet

id. 12

Paul Piret

id. 24

Sondron, dessin.

id. 13

Gilles Toussaint

id. 11

Georges Van den Ende

id. 15

Francis Van de Woestyne

id. 17

Dominique Zachary

id. 13

Sabine Verhelst

id. 11

 

Pour toute recherche dans Julibel

... et action de grâce

Un chaleureux merci à Michel Francard qui, il y a 21 ans, signait l'acte de naissance de Julibel. Il demeure tout à fait disponible, diligent et efficace chaque fois qu'il y a quelque doute sur la façon d'identifier ou d'expliquer tel ou tel procédé d'expression pour la mise en forme de nouvelles fiches de Julibel. En savoir plus :

début "Julibel 21 ans" * début brèves de septembre

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire * Revue trimestrielle

 http://docpedagfrancais.be/Sitelmdp/ *  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

 

 

Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

 

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ABÉCÉDAIRE

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

bibliographie, programmes, sites..

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  88 articles parus dans LMDP

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 8000 fiches à ce jour.

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990