Astuce !

Pour toute recherche dans LMDP, ouvrez ALPHABET : accès direct à quelque 1000 documents

 

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://docpedagfrancais.be/*  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

livre du mois, bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 9000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990

 

Un poème de Claude Raucy chanté par Jean-Claude Watrin

 

Découvrir la structure d’un texte, son découpage en strophes

 

Premier degré * Sur une proposition de Philippe Mathieu, ISM, Arlon

 

Article paru dans le numéro 82 (septembre 1995) de LMDP - Mise à jour 08.2017

© LMDP Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

Le texte est distribué aux élèves, dépourvu de son titre et sans intervalle entre les strophes.

1 Le groupe cartésien des ensembles

Et la commutativité

Faire des bijections en décembre

Quand l’étang gèle illimité

5 La mathématique immobile

L’œil gris d’un prof ventilateur

Les translations qui se défilent

C’est ton p’tit musée des horreurs

Les participes dépassés

10 Les malheureux sans auxiliaire

Les groupes verbeux déboutonnés

Les dictées trop hebdomadaires

Les conjugaisons défectives

Les adverbes défectueux

15 Les beaux pluriels à la dérive

Mais où est donc le temps des jeux ?

My grandfather drinks the soda

Repeat after me in English

Your accent is not adequat

20 My accent, Madam, je m’en fiche !

I’m, you are, but I’m not

Capable de repeat ces choses-là

Sans faire chaque fois une fausse note

It ‘s a terrible charabia

25 Demain contrôle sur les graphiques

Lundi, le sexe des dindonneaux

Mardi, les lois calorifiques

Ça vous rafraîchira le cerveau

Récitez-moi les grands principes

30 De l’assolement triennal

Le mode de vie de la tulipe

Le climat intertropical

Bébert, comprenez pas ça ?

Pourtant pas sorcier

35 Abracadabra

J’vais vous initier

Mais toi tu fabriques des flûtes

Qui sentent bon le sureau

Tu sautes en parachute

40 Du plus haut du préau

La fabrique à bourriques

Avec ses murs crève-cœur

Ses couloirs rachitiques

Te met du triste au cœur

45 Toi, tu préfères Élise

Et les coquelicots

Le beau temps des cerises

Les courses d’escargots

Il s’agit du poème de Claude Raucy intitulé La fabrique à bourriques

Disque 33 tours de chansons interprétées par Jean-Claude Watrin, et intitulé Marie-Hélène, 1984.

[Professeur à l'Athénée de Virton, Claude Raucy est poète (Pour la reine des prés, 1993), auteur de nouvelles (François l'Indien, Les coprins chevelus... dans la collection Travelling, L'auberge de l'Antoinette aux éditions de la Dérive à Verviers, L'effusion aux éditions de la Dryade...), de pièces de théâtre (D'Jean de Mady, Les échalotes...). Avec ses élèves de première rénovée, il publie la revue Chouette, diffusée environ six fois par an à 800 exemplaires.]

          Nous remercions de tout cœur ce charmant collègue qui a relu notre texte et qui nous fait l'honneur d'y joindre quelques commentaires qui figureront en encadré dans cette analyse. 

La démarche se fait en deux temps : recherche individuelle, mise en commun.

1. Travail individuel

Combien de grandes subdivisions dans ce poème ? Comment les délimiter (découvrir le découpage en strophes) ? De quoi parle-t-on dans chacune ? Quel(s) titre(s) peut-on leur donner ?

Vers la fin, des formes comme flûtes, sentent bon le sureau, temps des cerises... se rapportent-elles encore au monde de l’école ?

Où y a-t-il « passage » du monde de l’école à autre chose ? Quel est cet autre monde ?

Objectif poursuivi :

Faire voir qu’un choix de mots délimite un domaine particulier... Travail « inconscient » sur les champs lexicaux. On mettra - éventuellement - cette étiquette "champ lexical" après avoir découvert ce qu’elle désigne !

2. Mise en commun

a. Combien de subdivisions ?

Le texte comprend deux grandes parties. On peut les délimiter :

1 : vers 1 à 36 - L’école dans son aridité (citer quelques termes justifiant ce titre).

2 : vers 37 à 48 - Le monde du rêve, de l’évasion (idem).

Certains élèves, avec raison, proposent un découpage plus « fin » : en considérant les vers 33 à 36 comme une transition.

b. Les strophes

La partie 1, "l'école aride", se subdivise en quatre fois huit vers.

La mathématique, le français, les langues (anglais en particulier), les sciences naturelles: cette fois, on recherche tous les mots qui se rapportent à chacun de ces quatre domaines.

Vérifier éventuellement leur compréhension.

Entre la partie 1 et la partie 2...:

Maintenant, on comprend mieux la pertinence de l'observation ci-dessus sur les vers 33-35. Il y a basculement, remise en question! La formule magique abracadabra opère comme une métamorphose libératrice; c'est une clé qui ouvre d'autres espaces...

... ou qui, au contraire, voudrait interdire - mais sans succès - l'accès à ces espaces. Voici en effet le commentaire de Claude Raucy à ce sujet:

Chez moi [à propos de la formule abracadabra...], il y avait autre chose.

Le prof croit que, d’un coup de baguette magique, on peut faire entrer les enfants dans cet univers aride. Le mais qui suit dit tout de suite l’échec de cette illusion. La formule magique a, au contraire, réveillé l’élève, qui court vers son véritable monde.

 

3. Audition du poème chanté par Jean-Claude Watrin

Que remarque-t-on ? Un changement radical de rythme après le vers 36 !

D’abord lent, monotone, voire ennuyeux... puis accélération et orchestration (diversité d’instruments) plus étoffée.

L’audition confirme donc ce qui a été découvert à la simple lecture.

C’est le moment de préciser que l’un et l’autre, le poète et le chansonnier, sont eux-mêmes des enseignants... !

 

4. Recherche d’un titre

pour ce poème. Ce titre - la fabrique à bourriques - a été volontairement « oublié » dans le document distribué : sinon, la lecture des élèves aurait été moins créative.

5. Il y a opposition entre les parties 1 et 2... : « Rigidité... Évasion ».

Mais n’y a-t-il pas, dès la première partie, des termes qui annoncent la seconde partie ? Par exemple :

3-4 : l’étang... illimité les quatre murs de la classe

6 : professeur ventilateur... un air artificiel, le ventilateur brasse un air confiné...

7 : les translations qui se défilent : le verbe évoque clairement l’évasion, le refus de la contrainte

9 : les participes dépassés... idée de chose démodée, d’objet ringard

11 : les groupes verbeux... suggère un langage inadéquat, bavard

15 : les beaux pluriels à la dérive « pluriel » connote code, règle, tandis que « dérive » connote évasion

16 : Mais où est donc le temps des jeux ? Annonce clairement la seconde partie (à rapprocher de « le temps des cerises »).

Claude Raucy nous confie, à ce propos :

Mais où est donc... Jeu de mots fondé sur la suite mnémotechnique « mais, ou, et, donc... » Jean-Claude Watrin détache bien les quatre premières notes.

Mais où est donc / le temps des jeux

la formule sèche / l’évasion

17-24 : Mélange humoristique de français et d’anglais, sans respecter les structures ni de l’un ni de l’autre : provocation au nom de la liberté.

26 : le sexe des dindonneaux : une question bien peu essentielle, en vérité !

28-27 : opposition lexicale « calorifiques » vs « rafraîchira » ; de nouveau la remise en cause de la loi.

Inversement, dans la seconde partie, quelques formes font écho à la première : bourriques (que le PLI définit « personne têtue, stupide »), crève-cœur, rachitiques, « triste au cœur »...

Ne pas oublier le sens... carcéral du mot « préau » (la promenade en rond des détenus)...

Relever ensuite dans cette seconde partie tout ce qui, au contraire, chante un autre monde, un autre style de vie. Demander aux élèves à quoi les font rêver les mots :

flûtes, sentir bon, sureau, sauter en parachute, Élise, coquelicots, cerises, course d’escargots ...

* Ce travail sur la « connotation » est important pour découvrir un aspect essentiel du langage poétique !

Une autre démarche, sur ces mêmes mots :

voir si les élèves ont une certaine souvenance - ou un souvenir assez précis - de certains textes, de certains mythes, de certains personnages, de certaines œuvres artistiques... auxquels ces mots peuvent les faire songer.

* Ce travail sur l’intertextualité ne nous paraît pas prématuré au premier degré :

il est intéressant, en effet, de faire découvrir - progressivement - qu’un texte peut en cacher un autre, en citer un autre, parfois de façon très voilée... et que l’appartenance à un milieu culturel est faite d’une communauté et d’un partage de souvenirs...

Par exemple :

flûte : flûte de Pan (le mythe grec, mais aussi tel instrumentiste contemporain, tel disque entendu...) ;

Élise : la sonate à Élise (Beethoven, vous connaissez ?), et plus largement des musiques dédiées à telle ou telle bien-aimée...

les coquelicots... : souvenir de quel(s) texte(s), ou comptine(s)... chantée(s) à la Maternelle ?

(Voir, en annexe, un poème de Desnos... Certains élèves l’auraient-ils déjà lu ?)

le temps des cerises : outre la souvenance... gustative ou climatique, le clin d’œil évident à ceux qui connaissent la célébrissime chanson (1866) du chansonnier Jean-Baptiste Clément : une occasion « en or » de la situer dans l’histoire de la Commune, de la sensibilité des milieux populaires, d’un certain romantisme attardé...

les courses d’escargots : des élèves auraient peut-être lu du Prévert ?

 

[Cette démarche - intertextuelle au sens large - doit éviter le piège d'un certain snobisme... Être cultivé, c'est plus et mieux qu'un dressage ou un gavage de la mémoire pour la rendre capable de "régurgiter" servilement des citations. D'ailleurs, ignorer telle citation, ne pas saisir telle allusion ne signifie pas "inculture", et n'entraîne pas la disqualification. L'inculture, ce serait plutôt l'incapacité d'ouverture, le refus du métissage, du partage du savoir et des émotions, et surtout le refus de la diversité qui fait la richesse d'une communauté culturelle. - Citons à ce sujet le philosophe Michel Serres: "Je fais l'éloge du métissage [...) Plus j'ai d'appartenances, plus je suis instruit."]

Philippe Mathieu

Annexe :

Le coquelicot

Le champ de blé met sa cocarde

                                Coquelicot

Voici l’été, le temps me tarde

De voir l’arc-en-ciel refleurir.

L’orage fuit, il va mourir,

Nous irons te cueillir bientôt,

                                Coquelicot

Robert DESNOS, Chantefables et Chantefleurs, Libraire Gründ, 1970.

Autres articles téléchargeables parus dans LMDP :

http://docpedagfrancais.be/Sitelmdp/archives.html

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://docpedagfrancais.be/*  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

livre du mois, bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 9000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990