Astuce !

Pour toute recherche dans LMDP, ouvrez ALPHABET : accès direct à quelque 1000 documents

 

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://docpedagfrancais.be/*  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

livre du mois, bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 9000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990

 Article paru dans le numéro 101 (juin 2000) de LMDP - Mise à jour 08.2017  

© LMDP * Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

 Mon heure littéraire... ou:  Quand l'élève prend l'initiative

Récit de Marc Tailler, ITC Bertrix (Belgique)

Classes de 3e TT et TQ

  Nous avons encore tous en mémoire le souvenir parfois pénible des fameuses élocutions que nous devions présenter seul devant une classe plus ou moins intéressée et un prof plus ou moins bâillant au fond de la classe. Nous écoutions ânonner la vie des baleines en Alaska, la biographie de Michel Preudhomme ou la culture du riz en Corée du Sud.

Pour avoir mal vécu ces élocutions en tant qu'élève puis en tant que prof, j'ai imaginé une activité de remplacement que mes élèves ont baptisée mon heure littéraire.

 [Cette 'heure littéraire' est l'une des cinq périodes hebdomadaires de français. Les quatre autres périodes sont consacrées, grosso modo, pour moitié à des activités d'expression - lecture et écriture - dans des domaines utilitaires (le CV, par exemple, qui intéresse beaucoup mes "techniciens") ou fictionnels: je veille au départ à rejoindre les penchants des élèves en matière de lecture...; puis nous lisons Stephen King, Jules Renard, F. Andriat... (Ce dernier sera d'ailleurs invité par les élèves... On travaille donc la lettre en situation...); et pour moitié à des activités de structuration liées aux divers moyens d'expression (de cette façon, le normatif est lié le plus possible à des situations de communication...).]

Quelques remarques préalables

 *    Un mot d'ordre: lorsque quelqu'un a la parole, je me tais et j'écoute.

*    On prévoit quelques pages dans le classeur du cours de français, à la rubrique mon heure littéraire (prise de notes obligatoire).

*    Les classes où l'activité se pratique sont la 3e T de qualification et la 3e T de transition, classes de techniciens que l'on dits réfractaires aux activités de français. A démontrer!

*    Durée de l'activité: une période de cours

*    En début d'année, on fixe un ordre de passage; ainsi, l'élève "voit venir".

*    Fréquence: une fois par semaine

*    L'élève qui passe aura présenté au prof sa préparation au moins une semaine avant le passage.

*    L'activité compte pour des points (présentation et préparation).

*    Il serait bon et surtout honnête que le prof, lorsqu'il propose cette activité en début d'année, présente lui-même son heure littéraire.

 Voici comment cela peut se dérouler.

 Première partie. - La citation

Présentation originale et humoristique d'une citation d'un auteur connu (romancier, poète, homme politique...). L'élève peut chercher dans le Dictionnaire des citations de K. Petit ou dans la Larousse des citations ou tout simplement dans le journal (par exemple tel dicton cité dans la chronique météo de L'Avenir du Luxembourg).

Exemple de citation:

«Il y a des gens si ennuyeux qu'ils vous font perdre une journée en cinq minutes.» (Jules Renard)

1.       Le présentateur (l'élève "qui passe") note la citation au tableau. Les autres élèves l'écrivent sur leur feuille de cours.

2.  Discussion - Qu'est-ce que l'auteur a voulu dire? Comment s'y prend-il? Plusieurs doigts se lèvent. C'est le présentateur qui va lui-même fixer l'ordre de passage (en principe, priorité à qui lève la main le premier).

3.       Est-ce qu'on est d'accord avec l'auteur? Pourquoi? Exemples pris dans la vie quotidienne (argumenter à partir de son vécu).

4.       Si le groupe classe n'est pas parvenu à donner une explication satisfaisant le présentateur, celui-ci donne lui-même sa vision des choses.

5.       Le professeur-arbitre, qui s'est tu jusque-là, peut intervenir pour ajouter l'une ou l'autre remarque concernant la construction de la citation (par exemple, dans le cas de cette citation, le procédé d'opposition, d'hyperbole: "24 heures vs 5 minutes").

6.       Le présentateur donne oralement une courte biographie de J. Renard. Ce nom est reporté sur une ligne du temps (2) qu'on aura prévue avant l'entame des pages réservées à mon heure littéraire.

[Important, cette ligne du temps, pour des jeunes qui n'ont pas des masses de repères temporels...! Grâce - entre autres - à cette heure littéraire, on multiplie ces repères: Thalès, Ampère (voir leurs cours de math, d'électricité...) et bien d'autres, ils peuvent mieux les situer. ]

 Deuxième partie - Le mot-surprise

 Le mot doit figurer au dictionnaire. Pas de nom propre! Le présentateur le note au tableau; les élèves le transcrivent. Mêmes procédés, mêmes règles que pour la citation. Exemple: l'élève a choisi le mot varlope, et ajoute: "n. c. fém.".

1.       Les élèves questionnent. Le présentateur se contente de répondre par oui ou par non. Est-ce une chose, un animal, une maladie, une danse...?

          En général, la classe parvient par déduction ou recoupements à identifier le mot-surprise. (Ici encore, le prof n'intervient que si ça traîne ou si la consigne de l'ordre de passage n'est pas respectée. On rédige enfin - à la manière du dictionnaire - la définition du mot.

2.       Le présentateur propose et fait noter, quand c'est possible, un synonyme du mot-surprise. Ou bien on découvre des mots du même domaine (ici: des outils...), ou encore des composés ou des dérivés...

 Troisième partie - L'objet-surprise

 Le présentateur présente l'objet, prenant soin de choisir un objet rare, bizarre... Exemple (cela plaît à des élèves du technique!): un outil ancien.

1.      Il le fait passer de main en main.

2.       Viennent les questions à propos de l'objet dans le but de l'identifier (S'en sert-on dans tel métier? - Est-il encore utilisé aujourd'hui. - On le trouve dans notre pays?...). Le présentateur répond par oui ou par non, et peut préciser "ça brûle". Si ça dure trop longtemps (4 ou 5 mn), il nomme l'objet et le décrit brièvement (il doit indiquer ses sources: dictionnaire, revue...). Cela est noté dans le classeur.

 Quatrième partie - Le proverbe et le dicton

 Le présentateur effectue au préalable une recherche (dictionnaire de proverbes, dictionnaire usuel...).

1.       Le proverbe est écrit au tableau. Exemple: «A bon chat, bon rat

2.       Les élèves (on respecte toujours l'ordre dans la prise de parole) proposent des explications. Puis vient la discussion: le proverbe est-il encore d'actualité? dans quelles circonstances? avons-nous vécu des situations à ce propos?...

3.  Transcription dans le cours: le proverbe et son explication.

          Le prof-arbitre peut intervenir: complément d'information (par exemple pour distinguer proverbe et dicton, pour faire observer l'écriture particulière du proverbe: rythme, rime, parallélismes...).

          Même démarche pour le dicton (Recherche dans un dictionnaire de dictons, dans une chronique météo du journal...). Exemple: «Neige de décembre est engrais pour la terre

Cinquième partie - Découverte d'un personnage historique

          Il pourra être contemporain ou non, sportif, scientifique, littéraire. Ici encore, importance d'une documentation préalable établie par le présentateur (il découvre des sources d'informations, apprend à consulter celles-ci, à les vérifier, à les classer).

1.       Le présentateur donne un indice de son personnage. Exemple, pour Jacques Brel: "chanteur", ou "1929", "ou 1978"...

2.       Jeu de questions-réponses, comme ci-dessus.

3.       Le nom trouvé est inscrit au tableau, ainsi qu'une brève notice. Copie dans le classeur. On reprend la ligne du temps pour situer le personnage (avec d'autres repères: inventions, modes, politique, conflits...).

 Sixième partie - Présentation de deux mots-valises

            Fusion en un seul mot de deux mots existants, et dont la définition ne figure pas (encore) au dictionnaire. Exemple: éléphantôme, hebdromadaire, abricoler...

1.       L'élève présente "ses" mots-valises, les écrit au tableau. (De nouveau, importance de sa recherche préalable: ici, créer des formes nouvelles, à la fois vraisemblables et amusantes).

2.       Les élèves proposent des définitions, aussi synthétiques et humoristiques que possible. Interdic­tion de reprendre dans la définition les mots qui sont les matériaux du mot-valise. Ne reprendre ni "fantôme", ni "éléphant" dans la définition d'éléphantôme (mais plutôt: "Pachyderme trompeur d'un château d'Écosse"). Ce qui contribue à élargir le vocabulaire de chacun.

3.       On retient pour finir les définitions les plus appropriées.

 Septième partie: mon histoire

Le présentateur imagine une histoire dont il est lui-même le héros (pas question, donc, de faire référence à un film, à un livre): un enfant ou un adolescent se découvre un don particulier (un seul!) et, pour le reste, est tout à fait normal. (Rappel préalable de connaissances sur la construction narrative: situation initiale, élément modificateur, péripéties, situation finale).

Pour chaque histoire, il est impératif de tenir compte de quelques consignes:

*       Raconter brièvement la vie du personnage avant que le don se manifeste.

*       Première manifestation du don (intervention d'une fée, d'un magicien, du hasard...).

*        Quels sont les pensées et les sentiments du personnage qui découvre ce don? Quels projets fait-il? Quel usage, bon ou mauvais, en fait-il?

*     Réactions des autres vis-à-vis de ce don.

*     Disparition du don et retour à la vie normale.

Quelques exemples choisis par les élèves: L'enfant qui change les autres en bêtes... Qui parle avec son chien... Qui marche au fond des eaux... L'enfant "chance"...

Du naturel, du fou-fou, de l'original! En plus, devenir un narrateur qui nous fait croire que son histoire est vraie (décors réels, souci des détails, évocation de personnages existants, descriptions soignées...).

Huitième partie - Évaluation et cotation

Ici, la parole est à tous, élèves et professeur, pour apprécier les étapes de l'heure littéraire: ce qui était chouette, ce qui l'était moins, et surtout pourquoi (ceci ne va pas de soi!). 

Les élèves donnent leur cote sur 10; le prof-arbitre cote sur 30, explique aux élèves quels autres critères il prend en compte.

Le bilan: globalement très positif

 Voilà à peu près dix ans que ça dure, et que ça porte du fruit!

Les élèves marchent et jouent le jeu. Présentateur, élèves, professeurs vivent dans l'interactivité; tous se sentent concernés, complices, motivés.

L'heure littéraire est une occasion très favorable, pour le jeune meneur de jeu, de se sentir investi d'un rôle qui le valorise: pas évident, pourtant, de se trouver seul devant la classe... Cette position le prépare à long terme à l'épreuve de qualification face à un jury. Bref, le jeune y prend ou y reprend confiance en soi.

Il s'agit là de développer des apprentissages importants: surveiller son maintien, se servir du tableau, travailler l'intensité et le rythme de la parole, éviter les blancs...; et, préalablement, entreprendre des recherches dans des ouvrages de référence, dans la presse, auprès des parents et de l'entourage.

Faut-il aussi souligner la conformité aux grandes orientations du programme de français: lire - écrire - parler - écouter (dur dur, ce dernier point!)?

Soulignons enfin le côté ludique et plaisant de l'activité: bonne humeur, humour (par exemple dans la définition des mots-valises), rivalité de bon aloi pour piéger le présentateur, pour identifier au plus vite le personnage historique, la définition correcte...

La preuve qu'il est possible - et souhaitable - de concilier plaisir et rigueur. 

Dans le journal de bord des heures littéraires de Kim Widard, nous lisons, à la date du 2 février 2000

(notes prises au cours de l'heure littéraire numéro 6): 

Passage 6: Jean-Yves Lejeune

1.  La citation: A force de péter plus haut que le cul, le cul prend la place du cerveau (Julos Beaucarne)
 (
report de l'auteur sur la ligne du temps)

2.  Le mot-surprise: zyrcon: n. c. masc. Pierre précieuse utilisée en bijouterie.

3. L'objet-surprise - Un coffin: étui cylindrique en bois, utilisé  par le faucheur et dans lequel il met à tremper sa pierre à aiguiser la faux.  (Ce mot n'est pas dans le PLI de 92 mais dans celui de 1988! Il est aussi dans le PR de 1978.)4.  Le proverbe et le dicton: La caque sent toujours le hareng - On se ressent toujours de son origine, de son passé. - A la Chandeleur, l'hiver cesse ou prend vigueur - NB: Il a plu ce jour-là!

5. Découverte du personnage historique.

    Indices: né en 1890, mort en 1970. - Le général de Gaulle - Report sur la ligne du temps - Il aurait pu rencontrer Julos Beaucarne.

6.  Les mots-valises: styloterie, le bic de la chance; hiboutil, marteau du grand-duc.

7.  Mon histoire: L'enfant qui voyait au travers des murs. - Jean-Yves: adolescent, cheveux bouclés, élève moyen... - Un jour, à son réveil, en se frottant les yeux, il aperçoit son frère qui se préparait dans la pièce voisine... - Le don! - Péripéties: à l'école, dans les maisons de sa rue... Un après-midi, il aperçoit un voleur dans le salon du voisin, il alerte la gendarmerie. - Perte du don: il est tout de même soulagé... - Trop voir, cela fait mal aux yeux!

  

Autres articles téléchargeables parus dans LMDP :

http://docpedagfrancais.be/Sitelmdp/archives.html

 LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://docpedagfrancais.be/*  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

livre du mois, bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 9000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990