Astuce !

Pour toute recherche dans LMDP, ouvrez ALPHABET : accès direct à quelque 1000 documents

 

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://docpedagfrancais.be/*  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

livre du mois, bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 9000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990

 

Article paru dans le numéro 82 (septembre 1995) de LMDP  

Découverte active d'une bibliothèque

 Classe de sixième * Un récit de Dominique Nottet, CS  NDBL, VIRTON                       

Suivi d'une réflexion sur la lecture

 L'objectif de ce déplacement à Louvain-la-Neuve était donc de mettre les élèves en contact avec cet espace bien particulier, et au premier abord bien complexe, qu'est la bibliothèque... Immense labyrinthe de rayons qui n'en finissent pas...

 L'ambiance de départ était très bonne: un jour sans cours, qu'attendre de mieux quand on est en rhéto! En outre, destination Louvain-la-Neuve...: de quoi faire rêver avant l'heure nos futurs petits louvanistes. Des consignes relativement précises et peut-être peu alléchantes n'atteignent en rien le moral de nos protégés: il s'agit bien sûr d'aller passer une journée à la bibliothèque avec des horaires que l'on se doit de respecter.

 Arrivée vers 10h30 - Pause de midi vers 13h30 - Reprise vers 14h30. Le retour est prévu à 16h22, ce qui permettra à la majorité d'avoir réintégré ses pénates vers 18h30, 19h00. Cela nous laisse donc une première période de 2 heures 45, suivie d'une seconde de 1 heure 45 pour mener à bien le travail prévu. Des plans des différents départements de la bibliothèque avaient été distribués pour leur permettre un premier repérage.

 Laissons là les détails pratiques et venons-en au travail en question: en quoi consiste-t-il, et où en sont les élèves lorsqu'ils arrivent à la bibliothèque?

 Par groupe de deux, et depuis environ deux mois, les élèves ont été invités à travailler selon le programme suivant:

             Objectif général: découverte «active» d'une bibliothèque. 

            Moyen: réalisation d'un travail (15 à 20 pages) à réaliser par groupe de deux élèves.

 1.    Choix d'un sujet

2.     Plan précis des différentes parties

3.    Travail de recherche - liste des documents utilisés - liste des éléments à compléter - organisation du travail en bibliothèque

4.    Rédaction à partir des documents existants (avant le passage en bibliothèque!)

5.    Journée en bibliothèque

6.    Fin de la rédaction

7.     Établissement d'une bibliographie relativement complète (± 30 ouvrages)

8.     Dactylographie des travaux 

 Le sujet peut être considéré comme un point de vue approfondi d'une question... Il s'agit de le cerner assez précisément avant d'entamer le travail. 

Exemple (c'est un des sujets choisis):

              La folie de Van Gogh

*       Introduction

*       Biographie générale

*       Zoom sur les derniers mois de sa vie: la folie

*       Analyse d'une œuvre de cette période

*       Conclusion

*       Prolongements:

                        Van Gogh, de Pialat;

                        les artistes maudits;

                        du génie à la folie...

En résumé, il s'agissait de trouver un sujet qui leur «permettrait» - pour ne pas dire qui les obligerait à - une recherche en bibliothèque. Une consigne essentielle était donc d'éviter les sujets traités d'un seul bloc dans un seul livre...: première difficulté. Le jour du départ, les élèves devaient avoir remis un plan précis de leur travail ainsi qu'une liste de titres, de thèmes, de points qu'il leur faudrait soit approfondir soit découvrir lors de cette journée.

 A l'arrivée à la bibliothèque, nous avons commencé par orienter vers les départements ad hoc les élèves dont les sujets étaient relativement précis (domaine de l'histoire, de l'histoire de l'art, de l'architecture, de la littérature...). Pour ceux dont ce n'était pas le cas, direction département pédagogique avant l'explication concernant l'utilisation du fichier central, utilisation rien moins que simple pour des élèves du secondaire...

(x) [Exemples: travail sur la comparaison du film et du livre La liste Schindler; travail sur la mode masculine, sur les enfants dans la publicité...]

Heureusement, le personnel du CGD (Centre général de documentation) se montra réellement très disponible et nous permit un gain de temps considérable. En effet, la manipulation des fichiers est parfois complexe, voire laborieuse; certains ne sont normalement consultables que par informatique - nous avons heureusement pu profiter des anciens -; une restructuration nous mettait bien souvent face à de nouvelles références, qu'il fallait comprendre autrement...! Pour en revenir à l'informatique, certains s'y sont arraché les cheveux. D'autres, grâce encore une fois à des personnes très disponibles, sont parfois vaguement arrivés à un ouvrage qui peut-être pourrait leur servir...

La première chose qui nous a vraiment frappés: une immense bibliothèque. Virton, Louvain-la-Neuve: quelle différence! L'organisation, pourtant sans reproches, de l'ensemble du personnel, ne nous a pas permis une recherche prolifique, puisque nous n'avons pu compléter qu'un seul point de notre recherche...

Malgré cela, une ambiance chaleureuse et un calme sérieux nous ont mis à l'aise et nous ont permis de sortir satisfaits de ce labyrinthe.

 

Force est de constater tout d'abord que pour certains élèves, ceux dont les sujets ne correspondaient pas à des départements précis, les premiers moments de cette «visite» ont été ardus; les professeurs se doivent alors d'être présents, actifs, encourageants. Avouons ensuite que quelques isolés n'ont rien trouvé mais ont mis à profit cette journée par une recherche active.

 Vers 12h00, et pour la majorité des groupes, tout se précise, et le peloton se disperse délibérément. Certains vont à la réserve des mémoires, d'autres commandent des livres qu'ils pourront consulter l'après-midi, d'autres encore ont trouvé ce qu'ils cherchaient, rejoignant ainsi le groupe des sujets précis au travail depuis un moment déjà. Il est 13h00, et tout le monde semble occupé.

 On pense alors à modifier quelque peu les consignes de départ: comme certains doivent attendre l'après-midi pour recevoir les livres commandés, la pause-repas est avancée. L'information circule... et est rapidement suivie. Retour prévu à 14h30. 

Louvain et sa bibliothèque... Quelle aventure!

Nous ne savions où donner de la tête. Un nombre impressionnant de livres bien rangés nous observaient avec un air glacial. Notre recherche a duré toute la journée; nous avons eu d'énormes difficultés à trouver le livre qui nous convenait, car il se cachait au fin fond de cette jungle de papier. Jungle de papier où chaque rayon correspond à un thème bien précis. Imaginez-vous cette richesse de savoir?

Cette exploration a été pour nous une expérience exténuante certes, mais également très instructive.

 L'après-midi sera plus court et plus calme. Chacun travaille dans son coin, à recopier ou à photocopier. Restent les quelques exceptions dont j'ai déjà parlé et qui continuent leurs courageuses investigations; restent aussi ceux dont je n'ai pas encore parlé: les touristes qui, même à raison d'une semaine passée dans ce lieu fatigant, ne parviendraient pas encore à mettre la main sur la plus petite information intéressante...

(xx) [Il serait d'ailleurs souhaitable, d'après les élèves eux-mêmes, que la proportion soit inversée: période plus longue l'après-midi que le matin.]

 Les professeurs, quant à eux, peuvent profiter égoïstement de cette période pour vaquer alors à leurs propres occupations.

 15h45, premier rappel des troupes, en vue de rassembler tout le monde pour 16h00. Certains sont soulagés, d'autres gèrent activement ces quinze dernières minutes. Retour alors à Marbehan, via Ottignies, sans encombres, sans perte d'effectif, avec une expérience en plus, qui, simplement parce que c'est une expérience, a quelque chose de positif...

             Remarques ou modalités pratiques

 *     Le prix d'une carte d'accès personnalisée à la bibliothèque est de 500 BEF pour l'année. Un seul professeur possédant cette carte pourrait, semble-t-il, obtenir l'accès au groupe.

*     Cette expérience s'est réalisée à la bibliothèque de Philo et Lettres. Pour une section Bio ou Paramédicale, cela limite un peu le choix de sujets. A quand cette même visite dans une bibliothèque de sciences?

*     Réalisé dans le cadre du cours de français, le travail à effectuer a été donné pour la circonstance, alourdissant peut-être l'emploi du temps des élèves. Nous pensons qu'il serait possible de profiter d'un travail à réaliser dans un autre cours pour mettre en œuvre cette même expérience.

       Se «repose» alors le problème mentionné ci-dessus: quid des travaux en sciences ou en toute autre discipline? Plusieurs groupes d'élèves nécessiteraient plus d'accompagnants et une organisation pratique plus complexe.

*     Cette expérience a été réalisée en février. Les élèves auraient préféré qu'elle se déroule plus tôt dans le cours de l'année; nous le pensons également. 

[Une telle expérience de traitement systématique de l'information peut, en effet, retentir avantageusement sur la méthode de travail des élèves dans la suite de leur année scolaire.]

Dominique Nottet  

début article

Réflexion: Former des lecteurs

Diversifier les textes à faire lire par les élèves
Trop souvent, l'apprentissage scolaire se pratique sur des textes presque exclusivement narratifs, au déroulement linéaire. D'autres textes - encyclopédies, poèmes, catalogues - induisent des lectures "vagabondes" et sélectives (quoique rigoureuses!), avec haltes prolongées, raccourcis, retours en arrière...

Diversifier les situations de lecture
Il faut accoutumer l'élève à diverses finalités de lecture: lire pour comparer, pour contrôler ou vérifier, pour valider ou infirmer, pour contester ou approuver, pour illustrer, pour structurer ou hiérarchiser des informations. Sans éliminer, bien entendu, "lire pour le plaisir"!
Exploiter, pour cela, ce qui interpelle l'élève dans son environnement immédiat: ses propres questions sur des mécanismes, des faits, des objets proches.

Mettre la bibliothèque au centre de l'école
Dans le système scolaire du Danemark, c'est à peu près ainsi que la bibliothèque est considérée. La classe - ce que nous autres, nous appellerions classe - est généralement le lieu où l'élève passe, en début de période, pour délimiter, avec son ou ses professeur(s), des champs de recherche ou d'exercices, pour recevoir des consignes ou des conseils de méthode; et de là, il rend à la bibliothèque, espace central et vital du bâtiment scolaire, où, accompagné de conseillers, il est responsable d'une tâche préalablement définie, et qui sera évaluée - fin de journée, de demi-journée... - lors du retour dans la classe.
En France aussi, le C.D.I. (Centre de documentation et d'information) est souvent bien mis à profit pour entraîner l'élève à la recherche. Le rôle du documentaliste  y est important pour observer et affiner les comportements: motivation, méthode...

Tiens, à propos, qu'en est-il, en Belgique, des bibliothèques scolaires?

début article

Autres articles parus dans LMDP:

 

http://docpedagfrancais.be/Sitelmdp/archives.html

 

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire

 http://docpedagfrancais.be/*  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

  

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

livre du mois, bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  89 articles parus dans LMDP, mis à jour

JULIBEL, le français d'aujourd'hui : plus de 9000 fiches

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990