Astuce !

Pour toute recherche dans LMDP, ouvrez ALPHABET : accès direct à 700 fichiers

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire * Revue trimestrielle

 http://docpedagfrancais.be/*  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

 

 

Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

 

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  86 articles parus dans LMDP

JULIBEL, le français d'aujourd'hui

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990

 

 

Publiés en version "papier" de septembre 1993 à mars 2004, les numéros 074 à 116 de la revue pédagogique LMDP seront progressivement mis en ligne.

Une cinquantaine d'articles parus dans cette série sont déjà sur notre site Internet : voir la page sommaire (titres en couleur rouge) ou la page archives. * Suivre cette mise en ligne

 

Numéro 088 - Mars 1997

Mis en ligne : février 2015

 

Sommaire

1. Léger strabisme divergent...: un regard tordu sur la peinture Les Bergers d'Arcadie, de Nicolas Poussin

2. Vision et aveuglement dans les mythes grecs

3. CLEFS POUR L'ADOLESCENCE * Un programme «portes ouvertes» sur l'expression

4. Un parcours parmi d'autres en argumentation

5. Vingt-huit titres dans la presse, de 1976 à 1996 * Propositions de recherches

6. Qui suis-je ? Cyrano ! S'identifier...

Édito

Un échange sans violence...

Distancer sa parole et celle de l'autre [...]. Construire la notion de point de vue [...]. Dialoguer, communiquer sans violence et passion, échanger: «Mon camarade pense, moi, je pense...» remplacent peu à peu les répliques agréables du genre «C'est idiot ce que tu dis, c'est faux...» Certes la compétence est fragile, mais la vigilance de l'enseignant qui fait rectifier toute formulation incorrecte peut permettre d'éviter le retour à l'absence de rigueur et à la violence verbale. Comme l'écrit Philippe Meirieu (L'envers du tableau): «Éduquer, c'est accéder à l'universalité d'une culture qui s'ébauche quand l'homme refuse de soumettre l'autre mais décide de se soumettre avec lui à un échange sans violence.»

Nicole ALLIEU, Laïcité et culture religieuse à l'école, ESF éd., 1996, pp. 89-90.

 

Léger strabisme divergent...: un regard tordu sur la peinture

Les Bergers d'Arcadie, de Nicolas Poussin, tableau vu (?) par Henri CUECO, peintre & écrivain

France-Culture, émission Les Décraqués, 16 avril 1996

 

Rappelons que cette émission (lundi-vendredi, 13h30-13h40), animée par Bertrand Jérôme et Françoise Treussard, consiste en jeux variés d'écriture auxquels participent des écrivains. Cette semaine-là, en avril 96, le jeu consiste à parodier l'analyse d'œuvres picturales. Et c'est aujourd'hui au tour d'Henri Cueco (HC): il a choisi de commenter un tableau célèbre de Nicolas Poussin, dont il présente d'abord une description soi-disant objective, avant de porter sur l'œuvre un regard... décidément tordu.

 

[Nous maintenons dans la transcription certaines marques de l'oral...: "alors", "voilà"... et certaines reformulations...]

 

 

 

 

Bertrand Jérôme (BJ) rappelle tout d'abord le principe du jeu.

 

 

BJ: Si l'on interprète le tableau que l'on regarde, on peut lui faire dire n'importe quoi. Le peintre, lui, il a fait de la peinture, et la peinture n'a rien à voir avec ce qu'on peut dire sur elle.

 

 

Ce n'est pas le fait d'interpréter un tableau qui est gênant pour nous, mais l'arbitraire des interprétations généralement admises, qui ne laissent place à aucune autre. Balayons-les! Et ouvrons nos yeux pour voir! Pour voir quoi?

 

Eh bien! Henri Cueco, quel tableau nous proposez-nous de regarder?

 

HC: Un tableau de Nicolas Poussin, les Bergers d'Arcadie. C'est un tableau qui fait 85 cm par 121 cm, et il a été peint avant 1640.

 

Alors, les bergers - en vêtements de bergers - sont en train de déchiffrer une inscription qui est gravée sur le monument, et qui donne le titre de l'œuvre, qui dit ceci: et in Arcadia ego, ce qui signifie, si on décode un peu: Même en Arcadie, au pays du bonheur, tout le monde est mortel. C'est là le thème de l'œuvre. Voilà.

 

Il s'agit donc d'un tombeau découvert par des bergers, sur lequel se lit cette inscription.

 

Avant de relancer HC pour une "interprétation plus... personnelle", BJ demande au peintre et écrivain Ricardo Mosner, participant à l'émission de ce jour, quelle serait sa "lecture" du tableau... - Nous ne la retranscrivons pas. - HC poursuit.

 

 

Et cette fois, la description change de ton !...

HC: Pour moi, dans ce tableau, ce qu'on voit très clairement, c'est qu'on vient de livrer une machine à laver le linge, de la marque Arcadia and Co. Évidemment! C'est presque écrit, d'ailleurs, sur la machine.

La scène se passe à la campagne; les livreurs ont installé la machine sur son socle à l'extérieur: c'est une grosse machine qu'il a fallu porter à trois, et même pousser au moyen de barres de fer...

[A Bertrand Jérôme, qui trouve surprenante cette idée d'une machine à laver...; HC rétorque: «La machine, si vous ne la voyez pas, n'allez pas au Louvre! Parce que vous serez déçu!» - Puis il continue son "analyse"...]

C'est une des toutes premières machines à laver le linge. On voit sur les épaules de Madame Poussin, la femme de l'artiste, les draps de couleur qu'elle souhaite laver.

Contrairement à la plupart des toiles de Monsieur Poussin, le mari, on ne voit pas de traces de ruines, preuve qu'il s'agit d'un objet moderne qui, de toute façon, occupe la presque totalité de l'espace et ne laisse guère de place à des fantaisies mythologiques.

L'auteur du tableau est bien encombré de ce paralléloïde [sic] qui prend toute la place. Aussi, il le cintre légèrement sur le dessus de la ligne d'horizon, prolonge de part et d'autre le cintre de la machine qui en devient élégante. - Une analyse formelle, au passage!

BJ: C'est vrai qu'à partir du moment où vous nous dites ça, ça devient absolument évident. Ils n'ont pas lu le mode d'emploi; ils sont embêtés. C'est ça?

HC: C'est ça. Alors, ensuite, il tisse tout un réseau dynamique et solide dans le paysage. Pour faire diluer la forme dans l'espace, il met de l'air autour de cette masse étouffante, il troue le ciel en prenant soin de ramener le lointain vers le devant par des vapeurs blanches qui proviennent de la machine à laver.

L'absence du peintre s'explique par l'encombrement de la machine, d'une part, et par sa présence hors cadre. Il est en train de peindre la scène: on aperçoit, d'ailleurs, son ombre, au centre, devant - comme on voit parfois, dans les photos, la présence du photographe: une présence ici discrète, présence absente, si l'on veut, qui renvoie à l'interprétation précédente - Même en Arcadie, pays du bonheur, tout le monde est mortel -  et renvoie aussi à l'absence objective du peintre, le jour de la lessive.

La scène représente la démonstration du fonctionnement de la machine. Madame Poussin veut comprendre comment elle marche, mais les livreurs sont perplexes et n'arrivent pas à régler le programme. - C'est une scène habituelle, que chacun d'entre nous connaît, n'est-ce pas? - Le livreur en bleu dit: «Voilà le bouton.» Et le livreur en rouge, embarrassé, dit: «Non, le voici.» La machine, en marche depuis un moment, a dû chauffer, car il y a de plus en plus de fumée dans le ciel. Madame Poussin est lasse; elle s'appuie un instant avec familiarité sur le dos nu du livreur qui est à côté d'elle. En réalité, son geste indique que, mécontente du dysfonctionnement de la machine, elle lui remonte la bretelle. Le livreur est accablé, car il vient de recevoir la machine sur un pied au cours du déchargement: on voit le pansement. Le pied est posé sur un tabouret permettant de se hausser face à cette machine imposante.

«Alors! dit Madame Poussin irritée. (On ne l'entend pas... Mais on suppose.) Ça marche, ou ça ne marche pas? J'en ai assez de porter ces draps!

-  Nous, dit le livreur, on n'est pas techniciens! On est les livreurs: normalement, on livre, et c'est tout.

- Il n'y a pas de notice? dit Madame Poussin.

- C'est pas une histoire de notice! C'est le programme qui déréglé, répond le livreur-chef.»

Le dérèglement de la machine, c'est ce qu'indiquent les trois livreurs avec la position de leurs bras. Ils miment la pendule et indiquent même l'heure: 15h40. Et le plus jeune frère, nonchalant, qui montre le haut de la pendule, ajoute:

«On est là depuis midi.»

Et il ajoute, dans un même geste:

«On l'ouvre? On verra bien!»

Les livreurs sont réellement embêtés. Madame Poussin, gentille, les rassure. Eux voudraient bien récupérer leurs nippes; car, pour bien montrer le bon fonctionnement de la machine, ils ont mis leurs nippes à l'intérieur: pantalons, chemises, slips Marcel, et ont revêtu un drap que Madame Poussin leur a confié.

 

Les différentes couleurs sont destinées à permettre leur identification. Sinon, après une journée de démonstration, ils ne se reconnaissent plus eux-mêmes. Décidément, ça ne marche pas! Pourtant, maintenant, ils font des gestes de machine en marche pour stimuler la machine, comme lorsqu'on imite une locomotive: Tchouk, Tchouk, Tchouk, Tchouk, Tchouk. Ce qu'on prenait tout à l'heure pour de la fumée serait de la vapeur.

Occupons-nous un peu des alentours, en attendant la mise en marche de cette machine... Évidemment, il faut du temps. Sur le dessus de la machine, on repasse; on voit aux alentours différents modèles de fers à repasser en fonte: le fer à repasser à droite, qui refroidit dans le feuillage, et identique - forme inversée - à celui du centre; les deux formes évoquent le va-et-vient du fer à repasser. Les branches d'arbres servent de pattemouille. A droite, on aperçoit les poteaux qui amènent l'électricité dans la maison. [L'entourage de HC conteste... Ça ne ressemble guère à nos poteaux électriques...] Évidemment, c'est l'époque: ils sont mal équarris, peut-être.

D'autres interprétations affirment qu'il s'agit d'une couveuse artificielle, à cause du nom de l'artiste. La composition qui enserre les personnages aurait la forme d'un œuf, mais nous ne croyons guère à cette interprétation... On trouve un œuf qui traîne partout, chez Poussin. Pas plus que nous n'ajoutons d'importance à cette anecdote qui fait dire à Madame Poussin, à qui les livreurs demandaient d'appeler son mari pour prendre une décision:

«Ah! Mon mari! Il ne commande rien! Pas même le mazout!»

début Bergers d'Acadie * sommaire & édito 088

 

 

Vision et aveuglement dans les mythes grecs

 

Un certain nombre de personnages de la mythologie grecque ont connu d'une façon ou d'une autre l'expérience de l'aveuglement... Thème extrêmement fécond, lié surtout à celui de la transgression et de l'interdit, et que l'on retrouve dans les mythes fondateurs d'autres civilisations, aussi bien que dans les littératures modernes. Il nous a paru intéressant de présenter ici le résumé... "libre et personnel" d'une émission radiophonique consacrée à ce sujet. (1)

En effectuant un parcours qui "croise" les mythes, les littératures étrangères, l'intertextualité, la lecture psychanalytique..., les élèves des classes terminales pourront entrevoir - à la lumière de ce document -  une des "métaphores" les plus fortes de la condition humaine.

Un parcours... et aussi un point de départ à proposer aux élèves pour des recherches dans d'autres civilisations, dans des œuvres d'autrefois ou d'aujourd'hui, ainsi que dans leur propre imaginaire.

J. Bradfer, pour la rédaction de L.M.D.P.

 (1) Émission Représentations de l'aveugle, diffusée le 14 mars 1996 sur France-Culture (dans la série Chemins de la connaissance), par Catherine Serre, avec la participation de Christophe Carlier et Nathalie Griton, professeurs de lettres, auteurs des Mythes et des mythologies, aux Éditions Ellipses (32, rue Bargue F-75015 PARIS - 45.67.74.19).

 

 

Le "passage" interdit...

 

Les Grées

Ces trois soeurs, préposées à la garde de l'antre de Méduse, disposent d'un seul œil, qu'elles peuvent se prêter les unes aux autres. Il y en a deux qui dorment, pendant que la troisième possède cet œil... Survient Persée, qui a pour mission de tuer Méduse, en tous cas de la rendre inoffensive: il leur dérobe leur œil et - dans une des versions du mythe - jette cet œil dans un lac. Et, à partir de ce moment, toutes les trois dorment et cessent de protéger l'accès à l'antre de Méduse.

Évoquant ce mythe - où l'œil est presque, comme un objet, hors du personnage -, Jacques DERRIDA, dans Mémoires d'aveugles, explique que le regard est différent de la perception du sujet... "regard sans sujet, regard sans subjectivité". 

 

Lamia

Héra, femme de Zeus, est jalouse de Lamia, parce que Zeus s'intéresse à elle. Pour empêcher Zeus de séduire Lamia, elle la transforme en monstre dévoreur d'enfants. Elle lui ôte la possibilité de dormir, de fermer les yeux. Mais Zeus, pour lui permettre de dormir, lui donne la possibilité d'enlever ses yeux. Lamia, ne pouvant avoir d'enfants, son désir - son regard! - se porte sur les enfants des autres, pour les dévorer.

Dans ce récit, regard et désir se confondent, chez Zeus comme chez Lamia (le mot grec ômma désigne l'oeil ainsi que le désir). L'oeil est lié à une sorte d'appétit empêchant le repos.

De même, regard et pouvoir: Lamia est inoffensive quand elle dort.

Même tème dans le récit du Cyclope Polyphème!

Enivré par Ulysse, et endormi, il devient inoffensif et vulnérable: Ulysse choisit ce moment pour crever son oeil unique au moyen d'un pieu rougi, et pour s'échapper de la grotte où le monstre l'avait emprisonné avec ses compagnons.

 

Argus (ou Argos)

Ici encore, il s'agit du désir et du regard..., du regard et du pouvoir! Zeus convoite Io, prêtresse de Héra; celle-ci, jalouse, transforme Io en génisse. Et c'est à Argus, doté de cent yeux - dont une moitié demeure ouverte pendant le sommeil - qu'est confiée la charge de surveiller Io.

Pour faire échapper Io à la surveillance d'Argus et la dérober, Argus est plongé - au son de la flûte d'Hermès - dans un sommeil complet, et mis à mort. Mais les yeux restent puissants, et seront "neutralisés" en devenant les yeux des plumes du paon. D'un objet actif, l'œil devient, un objet décoratif, mais doté encore d'un pouvoir, non plus de surveiller mais de séduire.

 

Agavé et Ajax: l'aberration du regard

Agavé, mère du roi Penthée, nous est connue par Les Bacchantes d'Euripide. Surprise par Penthée en train de célébrer le culte de Dyonisos, Agavé va dévorer cet homme - mais sans savoir que c'est son fils! Son  regard est comme aveuglé dans une folie, une aberration fatale. Peu de temps après, redevenue... clairvoyante, elle se voit,  horrifiée, devant le cadavre de son fils.

Dans la pièce de Sophocle, Ajax, furieux qu'on lui ait volé sa part (des armes d'Achille...), massacre dans la nuit des troupeaux... croyant décimer une armée ennemie! Il se donne la mort quand cesse son "aveuglement": tragique de la lucidité retrouvée!

Ilios, Tirésias, Œdipe...: l'interdit et l'aveuglement

Ilios, fondateur de Troie - Il a dû porter son regard sur la statue de Pallas (le Palladion) pour la sauver des flammes qui dévorent le temple. Or, il est interdit de regarder le Palladion! Le châtiment sera de perdre la vue (au moins pour un temps... car Pallas la lui rendra).

Tirésias - Il a été homme et femme; il connaît donc la sexualité masculine et la sexualité féminine. Survient un débat entre Zeus et sa femme Héra pour savoir qui, de l'homme ou de la femme, éprouve le plus de plaisir. Et Tirésias sait, puisque lui a été à la fois homme et femme: il révèle que la femme éprouve neuf fois plus de plaisir que l'homme, dans l'amour. Mais ce n'est Zeus qui punit Tirésias en le rendant aveugle, mais Héra, furieuse qu'on ait révélé ce secret de femme. L'aveuglement est le châtiment par rapport à une connaissance que Tirésias n'avait pas le droit de savoir - et surtout de révéler. Il a enfreint l'ordre du secret et du sacré. Mais paradoxalement, au moment où il devient aveugle, il reçoit une sorte de dédommagement qui est le don de double vue, le don de prédire l'avenir. Tirésias devient devin.

Œdipe - A son insu, contre son gré (il vit éloigné de Thèbes pour éviter ce destin), Œdipe exécute l'oracle en transgressant le double interdit du parricide et l'inceste: il va tuer son père Laios, s'unir à sa mère Jocaste... Quand il découvre la vérité, il se crève les yeux et s'exile, accompagné de sa fille Antigone.


- Le mythe d'Œdipe - comme d'autres mythes fondateurs - réapparaît fréquemment dans toutes les littératures européennes, et souvent dès leurs débuts. Par exemple, dans la littérature romane du milieu du 12e s., le Roman de Thèbes, qui reprend et même amplifie le récit originel: Les fils d'Œdipe, Étéocle et Polynice, apprenant qu'ils sont les fruits d'une union incestueuse, piétinent les yeux qu'Œdipe vient de s'arracher.


 

Ces trois personnages passent par l'expérience de l'aveuglement après la transgression d'un interdit; mais ils vont accéder, du même coup, à une sorte de rapport intime avec la divinité qui leur confère une "autre" forme de connaissance, de pouvoir, de notoriété  dans la société mythique...!

A propos D'Œdipe Roi, de Sophocle - Voir et savoir

L'enjeu dramatique d'Œdipe Roi est un savoir. Thèbes, en effet, frappée de la peste, se tourne vers celui dont la perspicacité l'a déjà une première fois sauvée pour qu'il découvre le meurtrier de Laïos. La tragédie est donc porteuse d'une réflexion sur la connaissance, sur le rapport de l'homme à la vérité qui s'exprime par la constante opposition, métaphorique et symbolique, entre le clair et l'obscur, le jour et la nuit, la vue et la cécité. Œdipe, suivant en cela le sens commun et la langue elle-même, établit a priori une analogie entre lumière et savoir; le violent affrontement qui, dès le premier épisode, l'oppose à Tirésias, le devin aveugle, se présente donc comme celui de deux modes de connaissance. Or, par un renversement paradoxal d'essence tragique, le déroulement de l'action prouve que la vérité est dans la nuit de la révélation, non ans la lumière, toujours obnubilée, de l'humaine raison, ou plutôt que son éclat insoutenable éblouit et aveugle; sa découverte entraînera Œdipe dans le monde obscur et solitaire de Tirésias. Seul le spectateur, le temps du spectacle, a, pour un plaisir complexe, l'exorbitant privilège à la fois de savoir et de voir.

Françoise Bazin, in revue L'école des lettres, avril 1996, p. 43 (c'est le début de l'article, pp. 43-62).

sommaire & édito 088 * début "vision et aveuglement"

CLEFS POUR L'ADOLESCENCE

Un programme «portes ouvertes» sur l'expression

Article déjà en ligne
 

Un parcours parmi d'autres en argumentation

Classe de quatrième

Récit de Christian Munster, ISJ? St-Hubert

 

L'objectif de ce parcours est d'amener progressivement les élèves à l'exercice de la dissertation au 3e degré. C'est bien un... parcours où, par conséquent, se croisent plusieurs trajets: lecture et écriture, prise de parole individuelle et échange oral, à propos de domaines variés: presse, essais, romans, et mettant en place des comportements ou attitudes: esprit critique, aptitude à rechercher et à traiter des informations - seul ou en groupe -, capacité d'écoute, tolérance, etc. [La rédaction de LMDP]

 

 

Lire... pour écrire

Partant du principe que pour bien écrire et donc bien argumenter, il faut d'abord savoir lire, nous commençons notre parcours en 4e par des exercices de reformulation orale ou écrite afin de bien cerner le fonctionnement du texte étudié.

A ce stade, il n'est nullement question de poser un jugement critique sur le fond du texte, mais simplement d'en montrer les articulations. La reformulation progressive (d'abord en cinq lignes, puis en dix, puis en vingt lignes) permet de saisir l'essentiel et de laisser de côté l'accessoire d'un texte. Différents exercices de résumés, de contractions, seul ou en groupe, permettent à l'élève d'observer le texte (peut-être pour la première fois).

 

S'informer... et prendre la parole

A l'issue de cette pratique, chaque élève doit choisir un article de fond (minimum de 40 lignes) dans un quotidien ou un hebdomadaire parmi ceux cités par le professeur (le Soir, la Libre Belgique, le Vif-l'Express, le Ligueur). A domicile, l'élève va tenter de faire le plan de cet article et d'en comprendre l'essentiel (une mise au point du vocabulaire avec un dictionnaire s'avère nécessaire).

Ensuite, il lui faut préparer un exposé oral (de 5 à 10 minutes) pendant lequel il présentera aux autres le contenu du texte choisi en insistant sur la structure de celui-ci. Il lui faut repérer l'introduction, les principales parties du corps et la conclusion, si elle existe.

Nous insistons pour que cet exercice oral soit un exposé (avec sa part d'improvisation) et non une lecture d'un texte préparé.

Afin d'éviter ce dernier écueil, nous proposons aux élèves de ne pas s'appliquer à tout rédiger, mais de venir devant la classe avec quelques fiches reprenant les grandes étapes de leur exposé. Pour atteindre le minimum requis de 5 minutes, nous invitons les élèves à faire un développement personnel à propos du sujet choisi, dès que la présentation de l'article est terminée. Ce développement peut être une réflexion critique sur le sujet ou une extension objective par l'apport d'autres sources écrites.

 

Évaluation

Elle se répartit de la manière suivante:

            10 points pour le choix du sujet

10 points pour l'expression orale proprement dite

            10 points pour le respect du timing

20 points pour la clarté de l'exposé et la fidélité à l'original

 

Voici quelques sujets choisis par les élèves avec mon assentiment:

L'habit fait-il le moine?

ou de l'importance de la présentation lors de l'entretien d'embauche (La Libre Belgique)

La conquète spatiale au service du consommateur

(Le Vif)

La justice face à la modernité

Un débat avec quatre magistrats (Le soir)

L'hymne à la vie - Le don d'organes

(Le Soir)

Quelle police en l'an 2000?

(Le Vif)

Des chiens et des hommes - La vivisection

(Le Vif)

 

La première partie du parcours s'achève ici.

*

Pratiquer d'abord, théoriser ensuite...

Dans le courant du troisième trimestre, nous abordons l'argumentation sous son angle théorique, avec l'explication des deux grands pôles de l'argumentation (le pôle démonstratif et le pôle persuasif) et le repérage des principaux arguments. Nous nous attardons aussi à des exercices d'abstraction et de concision (exemple: donner un titre à un paragraphe) dans lesquels l'élève sera obligé de reproduire les techniques vues au premier trimestre.

Cette phrase d'observation formelle étant terminée, nous passons à une phrase d'implication idéologique. L'élève a mûri, et fin de 4e, il est possible de lui soumettre des exercices d'argumentation. L'élève est amené à prendre parti et à critiquer les textes qu'il a devant lui. Des «pour ou contre» sur différents sujets particulièrement mobilisateurs lui permettent de critiquer intelligemment et de reconnaître parfois les mérites de son adversaire.

 

Et revenir à la lecture!

Il reste à montrer que l'argumentation n'est pas toujours triste et sérieuse par des analyses de textes de Montesquieu et de Rousseau qui utilisent l'ironie.

L'analyse d'un roman sous l'angle idéologique, La Ferme des Animaux, de Orwell, leur confirme que l'argumentation est partout et qu'elle se présente sous mille et une formes. 

  Faire pratiquer l'argumentation avec des textes de presse, ou avec d'autres documents qui font partie de l'environnement textuel de l'élève... L'intérêt de la démarche décrite ci-dessus par Christian Munster est souligné également par Jeannne-Antide HUYNH, dans Le français aujourd'hui, 2e suppl. au n° 111 (septembre 1995), p. 15:

 

Il me semble qu'il y a avantage à travailler des "textes" socialement attestés et reconnus: pamphlet, discours (à l'Assemblée), plaidoirie d'avocat ou réquisitoire, écrit polémique ou satirique, tribune libre, lettre ouverte à..., tract, discours publicitaire, critique de film, apologue ou toute forme de récits à visée argumentative...

  sommaire & édito 088  * début argumentation

 

Vingt-huit titres dans la presse, de 1976 à 1996

Propositions de recherches

Deuxième et troisième degrés

 

Des recherches sur un corpus de titres de presse peuvent répondre à une grande variété de parcours et d'objectifs:

 

Activités de lecture: la morphosyntaxe du titre (phrase ou groupe, procédé de nominalisation), son graphisme, son idéologie (Certains journaux sont "réputés" pour leurs titres!), sa double fonction: informer et attirer l'attention, sa rhétorique (les figures de style, le jeu sur le signifiant...).

Ou encore:

* l'étude de la une d'un journal ou de la mise en page de l'ensemble d'un journal ou d'une revue;

* l'analyse de l'article comme objet visuel: surtitre, titre, sous-titre(s), chapeau, intertitre(s);

* la comparaison entre le titre (information annoncée) et la suite du texte (information développée);

* l'observation d'un choix de titres qui seraient comme le reflet d'une période d'histoire locale ou générale (ce qui pourrait se faire avec notre corpus, étalé sur vingt années).

* plus largement: l'étude du style journalistique, la découverte du monde des médias et de ses "ténors"...

 

Elles peuvent aussi déboucher sur des essais d'écriture:

donner un titre à un texte (rédiger le "chapeau", les intertitres), comparer des propositions de titres, négocier et justifier le choix d'un titre, en varier la forme grammaticale (groupe nominal ou phrase, affirmation ou question...), distinguer objectivité et implication (s'engager)...

*   

Dans notre corpus, qui respecte l'ordre de parution - entre 1976 et 1996, nous suivons le plan suivant:

 

 

 

 

 

 

à gauche

- la référence (nom du journal ou de la revue, date)

- le titre proprement dit (parfois avec son sous-titre)

- la situation évoquée et, éventuellement, une indication utile sur le graphisme

 à droite:

            quelques propositions pour la recherche

 

1. Le Figaro, 16.08.76

FESTIVALS

SÉRIES NOIRES

Après l'exposition d'art afro-américain, confrontation culturelle au Nigeria

L'ambiguïté: interprétation(s) de la ligne 2?

Un humour de bon goût? Réactions éventuelles à cette formule?

Sans l'indication ci-contre, quelles hypothèses sur le sens du titre?

2. Le Figaro, 16.08.76

CONVENTION CIRCUS À KANSAS CITY

La grande foire des éléphants

À propos de la convention du parti républicain américain (dont l'animal fétiche est un éléphant).

La politique-spectacle: intention probable du journaliste dans le choix du mot circus?

Pourquoi cet emblème de l'éléphant pour le parti républicain?

3. Le Figaro, 16.08.76

SPÉLÉOLOGIE

Cinquante à l'ombre

À propos d'une cinquantaine de cavernes découvertes dans le Hagengebirge Salzbourgeois

Éveiller la curiosité par une "méprise" sur le sens des mots

Invention de titres qui jouent sur la polysémie de l'expression à l'ombre

4. Titre cité par Catherine Kerbrat-Orecchioni, dans son livre La connotation, P.U. de Lyon, 1977, p. 93

Rhapsodie en blouses

Quelle expression est ici remaniée?

S'agissant d'un magazine féminin, quelles hypothèses sur le contenu de cet article?

 sommaire & édito 088 * début 28 titres

5. Le Figaro, 01.12.1979

Dublin: Mésentente cordiale

L'échec d'une réunion du Marché commun à Dublin

Remaniement d'une expression désignant quel fait de ce 20e siècle? Quel procédé d'écriture?

6. La Libre Belgique, 05.01.1980, p. 1.

Le temps des cancres las

Plus loin dans l'article, on peut lire: Ceux qui se fournissent dans le prêt-à-papoter de la culture de série...

Jeu d'homonymie peu flatteur... Pourquoi? Au vu du titre, puis du bref extrait, quelles hypothèses sur le contenu de cet article?

papoter, cancres, culture de série...:: quel champ lexical est esquissé?

7. La Libre Belgique, 04.04.1980.

Un sursis pour un sursaut

Quel procédé d'écriture pour résumer l'événement dans le titre? Sens précis de sursaut, de sursis?

Démission présentée la veille par Wilfried Martens, premier ministre. Sursis: le Roi réserve sa réponse... Sursaut: 5 sénateurs CVP n'ont pas approuvé un article de la loi sur la régionalisation... Sursis: On espère que W. Martens les ramènera...

8. Le Canard Enchaîné, 1982.

Vatican connexion

Article traitant des finances du Vatican

Réécriture de quel autre titre? Et dans quel but, vraisemblablement, connaissant le style de ce quotidien?

9. La Libre Belgique, 18.01.1983.

Un tramway nommé désert

Réécriture de quel autre titre? Ce titre exprimerait quelle prise de position?

Après l'augmentation des tarifs des transports en commun à Bruxelles

10. Titre (en italien) du journal Tutto Sport, 25.05.1983.

Tragédie grecque à Athènes

Après la défaite de la Juventus de Turin dans une finale européenne contre Hambourg (match joué à Athènes).

Quelle référence littéraire? L'hyperbole et l'épopée dans le style journalistique - Recherche d'exemples... ou invention d'exemples - Réflexion sur la presse à sensation: quels choix stylistiques... pour quel public?

11. La Libre Belgique, 23.12.1983

Veilleurs de jour pour "Ronde de Nuit"

Quelle allusion culturelle? Le travail sur le matériau linguistique: équivalence prosodique (rythme) et syntaxique

Des artistes occupent le Rijksmuseum d'Amsterdam pour protester contre la réduction des subsides.

12. La Vie (revue), 17.05.1984

Tumulus vus des cumulus

La photographie aérienne au service de l'archéologie

Sens des deux noms? Quel procédé d'écriture?

13. PLOQUIN Françoise, Le français dans le monde (revue) n° 225 (mai-juin 1989), p. 12.

Du fond de cette pyramide

Titre en 3 lignes: DU FOND / DE CETTE / PYRAMIDE

Allusion à quel mot historique? Un des intertitres poursuit l'allusion: Dix siècles vous contemplent (sous la pyramide, on aperçoit la base du donjon de Philippe Auguste, 13e siècle).

Article sur la pyramide du Louvre, œuvre de l'architecte sino-américain Pei Ieoh Ming (récemment inaugurée).

 sommaire & édito 088 * début 28 titres

 

14. PLOQUIN Françoise, Le français dans le monde (revue), n° 229 (nov.-déc. 1989), p. 10.

La Défense passe à l'attaque

Article sur le quartier rénové de la Défense à Paris. Disposition en deux lignes:

LA DÉFENSE / PASSE A L'ATTAQUE


S'informer sur ce quartier...

Quelle forme de maniement de la langue?

Effet du "dessin" du titre (son graphisme)?

15. A la une de Vers l'Avenir, janvier 1993

Inondés, et privés d'eau

Crues exceptionnelles dans la vallée de la Meuse (eau de ruissellement infiltrée dans des réservoirs d'eau potable...)

Quelle structure grammaticale? Le titre invite à la lecture par un double procédé:

1. paradoxe apparent: "inondé" vs "privé d'eau"

2. effacement d'une information importante: de QUI s'agit-il? Susciter le désir de lire...

16. La Libre Belgique, 13-14.02.1993

Arsenic et Vieille Montagne

Titre à la une: une affaire de sol contaminé en Belgique

Paronymie du titre de quel film célèbre (1944)? Autre pastiche: Art scénique et bouts de ficelle (émission humoristique vers 1980 sur France Inter). Exploitation de "savoirs partagés" entre le journal et son lecteur (connivence culturelle)

17. Vers l'Avenir, 24.03.1993

Écotaxer

l'énergie

écotaxer: ce mot figure-t-il - en 93 - dans le dictionnaire?

Recherche: le "lexique" de la protection de l'environnement!

La néologie: une mode? une nécessité terminologique?

18. La Vie, 22.06.1995

Haut les chœurs!

Reportage sur les chorales enfantines

Quel procédé?

Recherche et création de titres d'après ce procédé!

 

19. La Vie, 22.06.95, p. 6.

[surtitre]

[titre]

 

La lessive de la semaine

UNE OMBRE SUR LES LUMIÈRE

Dans la chronique hebdomadaire: les faits de la semaine

Sens figuré de "lessive"?

Sens figuré de "ombre" dans cette expression?

La Banque de France décide de ne pas tirer à l'effigie de Louis et Auguste Lumière les billets de 200FRF: on a découvert leur rôle dans la collaboration du temps de Vichy... (On remplacera par l'effigie de Gustave Eiffel).

20. La Vie, 22.06.1995

[titre sur deux lignes]

Accusé de viol par un adepte

Le "MESSIE" en prison

Structure grammaticale? Viol/messie  et messie/prison: effet d'accroche par ce double contraste... Et par les majuscules!

A propos de Gilbert Bourdin, "messie cosmoplanétaire", 71 ans, écroué à la Maison d'Arrêt de Digne-les-Bains, pour viol sur une adepte de la secte qu'il dirige.

21. Le Soir, lundi 27 novembre 1995

La S.N.C.B. tire son plan.

Belgicisme (voulu?) pour la couleur locale?

 

Article relatant les difficultés que rencontre l'administrateur de la SNCB, E. Schouppe, pour faire admettre sa version du plan de restructuration de la société.

22. Le Soir, jeudi 30 novembre 1995

La Sabena mise chaos par la grève

Procédé d'écriture? Hypothèses sur l'intention de l'article?

Article à propos de la grève qu'a connue la Sabena, et du grand désordre qui s'en est suivi.

 

23. Le Soir, jeudi 1er février 1996, p. 17

Piétonnier borné

Jeu sur le sens propre ET sur le sens figuré

Bornes "dynamiques" aux entrées du piétonnier de Mons... Le conducteur surpris sera verbalisé et devra en principe payer une redevance de 1000BEF au commissariat.

24. Elle-Belgique (revue), supplément hors-série à La Libre Belgique, 6 mai 1996, couverture

Quoi de neuf sous le soleil?

Ecclésiaste, 1, 9: Il n'y a rien de nouveau sous le soleil.

Quel procédé dans la réécriture? Voir titre 25!

Rem.: l'expression "sous le soleil": 27 fois dans l'Ecclésiaste!

Ce titre, en bas en gauche de la page, qui représente une femme au soleil. Mention "spécial beauté" verticalement à gauche de l'image.

25. Avenir du Luxembourg (journal), 14.05.1996, p. 6

Sous les déchets, l'histoire

Découverte, en avril, de vestiges d'une ancienne tannerie sous les décombres d'une décharge "sauvage" à Chiny (Belgique)

Matrice syntaxique: "sous le/la/les + N, le/la/les + N"

Réemployée dans:

Sous les pavés, la plage (graffiti, mai 68) - Sous le soleil, les pavés (JT de FR2, reportage sur Paris-Roubaix, 1996), etc.

26. Heyrendt Alain (journaliste), La Libre Belgique, 15.05.1996, p. 6

[sous titre en 2 lignes]

Salut nazi: jugement le 26 juin

Le bras tendu hier,

aujourd'hui muette

Syntaxe - L1: absence de verbe; juxtaposition GN + GN sans déterminant; L2-3: deux C de phrase, ni sujet, ni verbe. Quelle opposition de sens entre L2 & L3?

Comparution (chambre correctionnelle, Bruxelles) de Nadine Lemmens et Patrick Sessler, du Front National. Nadine Lemmens, conseillère communale de Bruxelles, avait prêté serment le 9 janvier 1995 en faisant le salut nazi. L'article est illustré par la photo de N. L. prêtant serment.

27. La Libre Belgique, 21.06.1996, page 1

Cybermafieux contre cyberflics

Ce titre de la "une" annonce un article situé page 8.

Pastiche de quel titre d'œuvre (film, livre)?

Néologie: mode ou nécessité? Effet recherché?

Dans le corps de l'article: cybercriminalité, cyberdélinquant (-ce), cybercriminel, cyberpolicier, cyberpaiement (à propos de chantage au virus... à des firmes qui doivent payer rançon...; à propos aussi du blanchiment de l'argent sale). Le composant "cyber" dans la langue d'aujourd'hui: cybernaute, cybercafé...

28. F. Me. [sic], La Libre Belgique, 24.09.1996, page 2

«De Morgen» accuse,

le parquet assume

Deux lignes sur deux colonnes, en bas à droite d'une page consacrée tout entière à l'affaire Dutroux.

Équivalence syntaxique (S + V), prosodique (2 x 5), phonologique (assonance sur les voyelles finales [a] [Y])

Effet de "séduction" dans le titre: une double fonction du titre, à la fois, informative et incitative.

Marc Dutroux, pédophile arrêté en août 1996. La gendarmerie serait-elle responsable de rétention d'informations?

 

 

 

 

Quelle synthèse, quels prolongements?

              

                Une synthèse n'est pas... imposée (par l'enseignant), mais CONSTRUITE (avec les élèves)!

              Tenir compte par conséquent des réactions de la classe! Ce qui a suscité intérêt et questions: procédés de style? compréhension lexicale? allusions aux faits, aux personnes? rôles du titre dans la presse? le monde des médias?...

               Des prolongements..., par exemple:

                              Classer les titres du corpus ci-dessus: d'après leur forme syntaxique, d'après leurs figures de rhétorique

                              Rechercher des titres: les expliquer, les classer, les reformuler de différentes façons...

              Composer des titres pour un texte donné, selon des règles précises, telles que: ambiguïté (double sens), sonorité (paronymie, homonymie), rythme, matrice lexicale, pastiche ou parodie (citation détournée de son sens premier, ou remaniée)...

sommaire & édito 088 * début 28 titres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

QUI SUIS-JE?... CYRANO!

Classe de deuxième R

Récit de Paul Quiriny, ISM, Liège

 

Commentaires d'un enseignant ragaillardi...

Ils sont formidables!

Par-delà ou avec (c'est selon) leurs boucles d'oreilles, leurs jeans troués, leurs airs de jean-foutre ou d'adultes mal réveillés...

Je me suis senti dépassé. Renversé même par la réceptivité des élèves, le démon de la comédie et l'extraordinaire verve de Cyrano...

Un simple exercice d'expression et d'écoute est devenu une aventure pédagogique dont les élèves se sont progressivement approprié la direction.

J'avais passé deux soirées à imaginer une activité qui pousserait l'étudiant à sortir de sa coquille, et à lui proposer un support particulièrement éclairant.

J'avais passé plusieurs heures à mémoriser la tirade du nez pour la dire avec conviction, alors que Depardieu et Belmondo l'avaient fixée sur la pellicule.

Il n'aura fallu que cinq minutes à mes chers potaches de deuxième rénové pour me dire:

«Ah! non! c'est un peu court, brave homme!

On pourrait faire... Oh! Dieu!... bien des choses en somme.

En variant le genre, - par exemple, tenez:...»

Et voilà que je me retrouve avec des productions orales d'une très grande originalité, fleurant bon la rime et la métaphore, sur fond de clin d'œil et de rond de jambe. Avec des productions écrites où l'humour rivalise avec le fantasme et la compassion. Avec des grilles d'évaluation produites par la classe. Avec des initiatives personnelles.

Bref, les élèves ont revu ma copie et, avec une grandeur d'âme insoupçonnée, m'ont associé à leur entreprise de création.

Aujourd'hui que nous sommes revenus sur terre, il me semble quand même que l'orthographe est un peu moins sacrifiée, le vocabulaire un rien plus coloré. Oui, les cahiers d'écriture personnels passent plus volontiers par mes mains et les araignées commencent à déserter la bibliothèque de la classe.

Il y a probablement quelque chose de changé en 2e rénové B.

Question de flair. Grâce à Cyrano.

 

DESCRIPTIF de l'ACTIVITÉ

Projet initial

 

1.   Activité fonctionnelle: se présenter au groupe en un minimum de quatre phrases particulièrement pittoresques, sur un ton accrocheur, en y associant pleinement le corps. - Présentation originale.

 2.   Déroulement de l'activité:

      A. Appropriation des outils

            1.         Lecture et compréhension de la tirade du nez (Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)

            2.         Expression du texte: travail sur la voix, le ton, l'articulation, le geste...

            3.         Atelier: chaque groupe de 4 élèves propose 3 façons différentes de dire 4 vers de la tirade.

4.   Lecture publique: les élèves se partagent les différentes présentations du nez, en alternance, de façon à couvrir toute la tirade. Pour permettre au prof d'apprécier la qualité du rendu, c'est un élève qui désigne d'un geste le condisciple qui prend le relais: expérience concluante.

5.   Contrôle: chaque élève est invité

      - à lire en public toute la tirade;

      - à réciter devant ses condisciples 4 évocations consécutives du nez de Cyrano.

 

            B.        Exécution de l'activité

                        1.         La classe fixe d'abord les critères de réussite de la tâche:

                                   «J'aurai réussi ma tâche si...»

                                   Travail en groupe qui débouche sur une grille d'évaluation (voir ci-dessous).

                        2.         Prestation individuelle et évaluation par le groupe/le prof.

3.  Chaque étudiant est invité à présenter DEUX de ses condisciples par écrit (deux fois quatre phrases). Pour ce faire, la classe dispose, après chaque prestation individuelle, d'UNE minute pour écrire quelques mots clés qui rappelleront l'évocation.

 

GRILLE D'ÉVALUATION PRODUITE PAR LES ÉLÈVES

sommaire & édito 088 * début Cyrano

            J'aurai réussi ma tâche si...

CRITÈRES

+

-

?

1. Je produis un minimum de 4 phrases

 

 

 

2. Je fais face au groupe, je regarde mes condisciples et pas seulement le prof.

 

 

 

3. Mes quatre phrases sont pittoresques, c'est-à-dire:

            - humoristiques (ont-ils souri, ri...?)

            - imagées (comparaisons, métaphore, personnification)

            - poétiques (vers, rimes...)     

 

 

 

4. Je parle à haute et intelligible voix:

            - hauteur et intensité (forte, basse, grave, faible)

      - articulation (syllabes détachées, avalées, mâchées)

            - débit (rapide, lent...)

 

 

 

5. Mon ton est accrocheur:

            - variation de la voix (intonation)

            - variation du débit

            - recours délibéré à certains accents

            - silence

            - ...

 

 

 

6. Mon corps participe à ma présentation:

            - expression du visage

            - gestes

            - occupation de l'espace

            - accessoires (matériel, vêtements...)

 

 

 

 

Remarque: Il aura fallu une période et demie pour produire cette grille (travail en groupe, partage, élaboration finale). Travail indispensable, tout à fait dans l'esprit du programme actuel (v. Socles de compétences), qui éclaire et responsabilise les étudiants. De fait, l'évaluation s'est faite sur des critères connus et maîtrisés, ce qui a permis à TOUS les élèves de s'exprimer.

 

Exemple de présentation: (Jeremy, 13 ans)

Hello, girls and boys! Jeremy gives you a big kiss!

Pas mal, non, après un an d'anglais?

Pépé m'a dit: «Jeremy, fais de la marche, et tu deviendras un homme!» Voilà pourquoi, chaque matin ou à peu près, je me tape 700 mètres jusqu'à mon arrêt de bus.

J'en profite d'ailleurs pour enrichir mon herbier de fleurs rarissimes telles que pâquerettes et pissenlits.

Le prof a beau me répéter chaque semaine, soit quatre fois par mois: «Jeremy, lis et tu deviendras quelqu'un!», je trouve, moi, que, face à la télé, j'suis vraiment quelqu'un. Je la connais par cœur, cette boîte à images. Tenez, ce soir, les filles vont regarder à 20h50 les deux gamines de Julie Lescaut embrasser leur papa... alors que les mecs auront digéré les "mini Keums"! Vous me fixez tous avec attention... Vous me suivez... Vous avez compris que ce soir je vais regarder... (la classe en chœur: la télé!)... ma voisine se déshabiller dans son clapier!...

Quand la télé tombe en panne, je suis un tantinet (fallait que je l'glisse pour vous, M'sieu!)... un tantinet malheureux, je me console un tantinet avec Les tuniques bleues et enfin, je pratique avec conviction le plus vieux hobby du monde: la sieste!

Si vous voulez en savoir plus sur mon jardin secret, c'est tout simple: fréquentez-moi!

Et maintenant, place à mon collègue Gaétan et son édition spéciale. 

*

 EXTENSION DE L'ACTIVITÉ À LA DEMANDE DES ÉLÈVES

sommaire & édito 088 * début Cyrano

1.         Lecture par le prof du contexte de la tirade du nez, à savoir tout l'acte I.

            *          Le prof remet à chaque élève des notes pour situer le cadre et ses personnages.

*    Certains passages difficiles (très littéraires) sont traduits en seconde lecture par le prof et les étudiants qui le désirent. - N.B.: Nombreuses réactions positives et... trouvailles!

 

2.         Atelier d'écriture - Support: Si j'étais Cyrano, je...

           

A. En prose:

                        *          Travail individuel (dictionnaire, prof-ressource)

                        *          Chaque étudiant lit sa production à son voisin pour correction, amélioration...

                        *          Lecture devant la classe pour ceux qui en expriment le désir (soit 12 sur 18)

                        *          On se rend compte alors que

                                   -           le conditionnel pose problème quant à sa formation et son emploi;

                                   -           la pronominalisation peut éviter certaines répétitions;

                       Remède: exercices de structuration pour les plus faibles. Les autres continuent leur travail ou assistent les premiers.

                       Remarque: à ce moment-là déjà, les plus "branchés" se frottent à la versification... sous le manteau!

                        *          Chaque production, relue et corrigée, est remise au prof qui évalue. - Moyenne: 14,7/20.

 

        B.        En vers:

*    Par curiosité, défi ou réel intérêt, le groupe propose d'améliorer quelques vers produits par l'une des étudiantes, notamment dans le choix des rimes. Ravi de l'aubaine, le prof s'empresse d'accepter, mais pose d'emblée une condition: le produit final ne peut être son texte, mais bien une œuvre collective.

*    Rappel: vers / rime / règles graphiques / strophe...

*    Des élèves font remarquer que ce serait bien si on pouvait utiliser des images, faire preuve d'humour... (Ils sont vite suivis.)    

*    Distribution des dictionnaires Robert. Des élèves apportent des dictionnaires de synonymes.

*    Production finale (en italique, l'apport du prof):

      Moi, si j'étais Cyrano...

      Je promènerais mon nez dans les vieux greniers (8)

      Qui fleurent bon l'épopée et les baisers volés. (1)

      Je profiterais de cette disgrâce charnue (2)

      Pour avoir davantage pignon sur rue

      Et livrer à de mignonnes ingénues (3)

      Tous les atours d'une existence à peine déçue. (4)

      Et au crépuscule de ma vie,

²     Je couvrirais de senteurs exquises (5)

      Les mille et une écorchures de son exuvie, (6)

      Histoire, mordious!, de défier une dernière fois la bêtise. (7)

     

Variantes / difficultés "élèves":

     (8)   fourrerais, plongerais

     (1)   transpirent l'aventure et les serments oubliés

     (2)   grosse verrue // infortune... (?)

(4)  les avantages d'une vie qui vaut la peine d'être vécue (mais tous trouvent cette formule un peu longue...)

(5)  parfums subtils, odeurs délicates

(6) L'idée des étudiants: les blessures d'un corps usé, voire même d'un cadavre...

(7)  Les élèves voulaient absolument glisser ce jurement.

 

*      Inventaire des ressources stylistiques mises en œuvre dans cette production. Les élèves expliquent les images, certains mots employés, la pertinence de certaines tournures... pour s'approprier pleinement leur production.

*      A la demande générale, mesure de chaque vers... et retour au texte de Rostand pour admirer l'alexandrin, la césure à l'hémistiche, les rimes.

*      Lecture publique de l'œuvre collective. Quelques timides regrets (strophes inégales, vers asymétriques, manque de temps...), mais satisfaction d'avoir rencontré un esprit supérieur (Cyrano) et de s'être essayé à un genre difficile (la poésie).

*      Prolongement: voir un enregistrement de la pièce Cyrano de Bergerac ou le film avec Gérard Depardieu.

sommaire & édito 088 * début Cyrano

 

 

LMDP

langue maternelle * documents pédagogiques

Ressources pour la classe de français dans l'enseignement secondaire * Revue trimestrielle

 http://docpedagfrancais.be/*  Écrivez-nous

Échange, recherche, formation

 

 

Copie autorisée pour usage pédagogique non lucratif et avec mention de la source

 

 

ACCUEIL
Ouvrir un numéro en ligne

ALPHABET

Index de tous les fichiers LMDP

COIN LECTURE

bibliographie, programmes, sites...

LIBRAIRIE

livres recensés depuis janvier 2001

ARCHIVES:

  86 articles parus dans LMDP

JULIBEL, le français d'aujourd'hui

Base de données initiée à la rédaction de LMDP

Julibel - recherche * Julibel - mode d'emploi

SOMMAIRE 

numéros parus depuis 1990